Des corps datant du début du Moyen Âge ont été inhumés dans des latrines en Écosse. Le visage de l'une des personnes a été modélisé. © University of Aberdeen
Sciences

Les restes de 14 individus ayant vécu au VIe siècle découverts dans des latrines en Écosse

ActualitéClassé sous :Moyen Âge , archéologie , anthropologie

À quels types de restes des archéologues s'attendaient-ils à être confrontés lorsqu'ils ont entrepris de fouiller les latrines de bains publics datant d'il y a plusieurs siècles en Écosse ? Ils supposaient certainement qu'ils y trouveraient des restes organiques sous forme d'excréments humains ou peut-être des objets manufacturés perdus mais probablement pas la découverte qu'ils firent en réalité.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Guédelon : construire un château comme au Moyen Âge  Un petit groupe de passionnés a décidé de bâtir un château fort avec les techniques utilisées au Moyen Âge. « Construire pour comprendre », c’est la devise de ce défi architectural hors du commun lancé il y a presque 19 ans. Découvrez les origines du château de Guédelon durant cette courte vidéo. 

En 1976, des latrines de bains publics du fort romain de Cramond, à côté d'Édimbourg en Écosse furent excavés des restes de squelettes humains. Ceux-ci appartenaient à neuf adultes ainsi qu'à cinq enfants. Cet assemblage de corps avait été daté du XIVe siècle après J.-C. en 2010, mais ce résultat a été révisé depuis grâce à une datation au radiocarbone qui indique que les individus ont vécu entre les VIe et VIIe siècles après J.-C. Parmi ces individus, quatre portent les marques de traumatisme crânien. Les individus semblent avoir été enterrés à la hâte, ce qui a pu être interprété comme faisant suite à un événement dramatique. Certains restes ont été érodés, probablement à la suite de leur mise à nu après le passage de pilleurs de tombes.

Les latrines contenant les squelettes sont situées dans le fort romain de Cramond, près d'Édimbourg. © Czére et al., 2022

Des vagabonds écossais ?

Les auteurs d'une étude publiée dans le journal Archaeological and Anthropological Sciences expliquent que les restes ostéologiques de personnes dans cette zone géographique sont une opportunité de comprendre quels pouvaient être les régimes alimentaires et les déplacements des Hommes à cette période. Afin de répondre à ces interrogations, les auteurs ont examiné les restes des neuf adultes présents dans les latrines. Des analyses isotopiques ont été réalisées sur les os du crâne et sur les dents des adultes. La minéralisation des molaires définitives se produit au cours des premières années de la vie et emprisonne les isotopes présents dans la nourriture ainsi que les marques d'éventuels événements de stress, tels que les carences, ayant lieu au cours de cette période.

Les restes de neuf adultes, ici schématisés en couleur, ont été trouvés dans les latrines. © City of Edinburgh Council 2014, Czére et al., 2022

Les analyses isotopiques révèlent tout d'abord que les individus se nourrissaient principalement d'aliments contenant des protéines d'origine terrestre et qu'hommes et femmes avaient un régime alimentaire similaire. Si ces individus sont enterrés sur un site proche de la côte, l'absence de protéines d'origine marine dans leur régime alimentaire n'est pas surprenante. Les traces de poissons dans les repas des Hommes n'apparaissent dans cette zone qu'au Xe siècle après J.-C. Ceci serait dû, d'après les auteurs, à l'influence accrue des règles alimentaires dictées par la religion chrétienne mais également à l'urbanisation grandissante et à la croissance des industries de pêche.

Les frontières culturelles des groupes ayant peuplé l'Écosse au début du Moyen Âge n'empêchaient pas la mobilité

La plupart des adultes devaient être présents dans la région depuis plusieurs années mais certains ont dû passer leur enfance dans des régions distinctes. Ceci suggère que les frontières culturelles des groupes ayant peuplé l'Écosse au début du Moyen Âge n'empêchaient pas la mobilité sociale ni physique. De précédentes recherches ont montré que les individus inhumés dans ces latrines avaient un haut rang social et appartenaient peut-être à la noblesse. La raison de la mort tragique de certains individus, à la suite des blessures et des hémorragies crâniennes notamment, reste néanmoins inconnue.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !