Représentation artistique d'un Machairodus lahayishupup mangeant un Hemiauchenia, un parent du chameau. L'image fait partie d'une peinture murale de la formation Rattlesnake dans le centre de l'Oregon, où des fossiles de l'espèce nouvellement identifiée ont été trouvés. La fresque est exposée au John Day Fossil Beds National Monument. © Roger Witter
Planète

C'était le plus gros félin ayant jamais vécu sur Terre

ActualitéClassé sous :paléontologie , tigre à dents de sabre , mégafaune

[EN VIDÉO] Interview : comment se forment les fossiles de dinosaures ?  Les fossiles sont les seuls vestiges des dinosaures à avoir survécu jusqu'à notre époque. C’est à partir de ces restes que les scientifiques peuvent espérer comprendre ces anciens animaux. Futura-Sciences a interviewé Éric Buffetaut, paléontologue, afin d’en savoir plus sur leur formation. 

La mégafaune présente en Amérique du Nord au Miocène n'avait rien de très sympathique. En témoignent les fossiles d'un énorme tigre à dents de sabre qui aurait été le félin plus gros ayant jamais vécu sur Terre.

Le plus gros chat domestique du monde s'appelle Omar et il pèse 15 kilos pour 1,20 mètre. Le plus gros félin actuel, le tigre de Sibérie, peut, quant à lui, mesurer jusqu'à 3 mètres pour un poids de 300 kilos. Mais ces animaux restent des nains en comparaison avec le spécimen identifié par le biologiste Jonathan Calede, de l'Université d'État de l'Ohio, grâce à une dent géante et une portion d'humérus. Vivant il y a 5 à 9 millions d'années (donc heureusement bien avant l'apparition de l'Homme), Machairodus lahayishupup pouvait peser jusqu'à 400 kg et chasser des proies atteignant 2.700 kg, affirment les scientifiques américains. « C'était de loin le plus grand félin vivant à cette époque et probablement l'un des plus grands de l'histoire de la Terre», atteste Jonathan Calede, premier auteur de l'étude parue dans le Journal of Mammalian Evolution.

Ce sont en tout sept morceaux d'humérus non classés issus du Musée d'Histoire naturelle de l'Université de l'Oregon qui ont été analysés par Jonathan Calede et son collègue John Orcutt, professeur adjoint de biologie à l'Université Gonzaga. Le plus gros mesure 46 cm de long et 4,3 cm de diamètre. À titre de comparaison, l'humérus moyen d'un lion mâle adulte moderne mesure environ 33 cm de long.

Un paresseux de 3 mètres comme petit-déjeuner

Les chercheurs ont établi une estimation de la taille de la nouvelle espèce sur la base de l'association entre la taille de l'humérus et la masse corporelle chez les grands félins modernes, et ont bâti des hypothèses sur les probables proies du chat en fonction de sa taille et des animaux connus pour avoir vécu dans la région à l'époque : rhinocéros, chameau géant ou le Megatherium, l'énorme paresseux terrestre qui pouvait atteindre 3 mètres de long. « Jusqu'à présent, on utilisait surtout des dents fossilisées pour classer les espèces de grands félins. Nous montrons ici que l'humérus peut aussi servir d'indice », indique Jonathan Calede.

L’humérus de Machairodus lahayishupup retrouvé au Musée d'Histoire naturelle de l'Université de l'Oregon. © John Orcutt

Machairodus lahayishupup serait ainsi un ancien parent du Smilodon, un tigre à dents de sabre éteint il y a environ 10.000 ans. Les dents retrouvées au Musée d'Histoire naturelle n'incluent malheureusement pas les fameuses canines en forme de sabre, mais ont fourni des preuves supplémentaires que le fossile appartenait bien au genre Machairodus, le nom scientifique du tigre à dents de sabre.

L’ère des supercarnivores

Machairodus lahayishupup ne détient toutefois pas le record du plus gros mammifère carnivore. En 2019, des chercheurs avaient affirmé avoir identifié une nouvelle espèce de « supercarnivore » vivant au Kenya il y a 23 millions, dénommée Simbakubwa kutokaafrika (grand lion d'Afrique en swahili). Selon leurs estimations, ce dernier pouvait atteindre 1,5 tonne (soit sept fois plus gros qu'un lion) et s'attaquer à des animaux de la taille des éléphants et des hippopotames. Une estimation basée toutefois uniquement sur la taille de sa mâchoire, et que l'on ne peut pas vraiment classifier comme félin.

La quasi totalité de ces mastodontes ont disparu de la surface de la Planète il y a environ 10.000 ans. Les deux principales hypothèses sont le massacre par les premiers humains, et le changement du climat et de la végétation.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !