Cité fortifiée de Carcassonne, conçue comme un verrou stratégique entre Aquitaine et Espagne par les architectes de Saint-Louis puis de Philippe Le Bel ; double enceinte (la première date du IVe siècle et la deuxième du XIIIe siècle), château comtal du XIIe siècle. Cité médiévale reconstituée sur le bâti du XIIIe siècle par Viollet-le-Duc au XIXe siècle, patrimoine mondial de l'UNESCO. © tourisme-carcassonne.fr.
Sciences

Quel était l'essor des villes au Moyen Âge ?

Question/RéponseClassé sous :histoire , Villes , croissance urbaine

L'essor urbain est une caractéristique du XIIIe siècle en Europe : dans les villes se produisent les principaux brassages de population, s'affirment de nouvelles institutions et apparaissent de nouveaux centres économiques et intellectuels. La ville acquiert une « personnalité » qui s'émancipe des structures féodales existantes et du monde rural.

Pour définir la ville au Moyen Âge, le critère le plus important est celui de la démographie : peu de moyens sont à disposition des chercheurs pour quantifier la population puisque l’état civil n'existe pas encore. Il y a cependant des ancêtres de cadastre (les « compoix » dans le sud de la France) et des documents fiscaux qui dénombrent les foyers (pas les individus, estimés à quatre ou cinq par famille).

Ancêtre de matrice cadastrale ou compoix de la ville de Vendres (Hérault), daté de 1438. Archives départementales cote 329 EDT 22. © Hérault / Archives départementales.

Le grand historien médiéviste Jacques Le Goff a eu l'idée de comptabiliser les couvents des ordres mendiants (franciscains, dominicains, augustins...) qui s'installent volontiers dans les villes de plus de cinq mille habitants, pour une question de ressources alimentaires. Ainsi une grande ville (avec une population entre 20.000 et 40.000 habitants) peut compter quatre couvents ; une ville moyenne (10.000 habitants) en compte deux. Dans les petites villes (2.000 à 3.000 habitants), on ne trouve pas de couvent mendiant. Cela permet d'estimer la population de Paris à 250.000 habitants au début du XIVe siècle ; c'est l'exception française et européenne !

Plan de Paris en 1575, graveur Cruche, publié par François de Belleforest dans La Cosmographie universelle de tout le monde. © Wikimedia Commons, domaine public.

L'essor urbain voit la multiplication des villes moyennes et l'élargissement du nombre des grandes villes. Vers 1250, Paris est déjà la plus grande ville d'Occident ; Florence et Venise dépassent les 100.000 habitants, Milan en compte 75.000, Bologne, Gênes, Londres et Gand 60.000, Barcelone 50.000. Ce sont les métropoles d'Europe occidentale au XIIIe siècle.

La croissance urbaine

La ville au Moyen Âge se développe à partir d'un noyau existant, relié à un ou des bourgs extérieurs, à un monastère. On constate, entre le XIe et le XIIIe siècle, une forte augmentation de la population qui favorise l'exode rural vers la ville. Les petites villes ont un rayon d'attraction d'une dizaine de kilomètres, les villes moyennes jusqu'à 30 kilomètres. Paris parvient à rayonner sur plus de 200 kilomètres, ce qui explique sa population exceptionnelle.

La croissance démographique résulte d'une augmentation de la production agricole, liée à l'amélioration des techniques de culture et aux grands défrichements qui se produisent dès le XIe siècle. L'historienne Claude Gauvard souligne que le système seigneurial particulièrement performant à cette période, est en grande partie à l'origine de la hausse de la productivité agricole, et par effet domino, de la croissance démographique et de la croissance urbaine. La reprise de l'essor urbain au XIe siècle, part des campagnes porteuses d'un essor agricole et de surplus commercialisables de plus en plus abondants.

Vue de Bordeaux (Civitatis Burdegalensis in Aquitanea Genuina Descrip.: description authentique de la ville de Bordeaux en Aquitaine) au XVe siècle. © The Hebrew University of Jerusalem & The Jewish National & University Library.

L’autonomie administrative des villes au Moyen Âge

Dès le XIIe siècle, les villes revendiquent une plus grande autonomie administrative : en échange de contreparties financières versées aux seigneurs, elles obtiennent des privilèges en matière de justice et de défense des biens et se font concéder des chartes de franchises. La bourgeoisie devient une composante caractéristique de la ville : être bourgeois est un privilège urbain acquis selon le lieu, en habitant la ville, en étant propriétaire, en achetant le privilège de bourgeoisie...

A partir du XIIIe siècle, les souverains tentent d'imposer leur autorité sur les villes « privilégiées » : le roi se fait remettre la charte de franchises lorsqu'il entre dans une ville et la concède à nouveau en son nom aux autorités municipales, sous forme de privilège royal. La ville doit alors obéissance au roi et le souverain en profite pour y installer sa propre juridiction, limitant ainsi l'autonomie des bourgeois en matière de justice.

Charte de coutumes et privilèges accordés aux bourgeois de Calais par le comte de Boulogne et de Gueldre avant 1180 ; Archives départementales du Pas-de-Calais. © Pas-de-Calais / Archives départementales.

La ville médiévale, lieu d’échanges

Entre ville et campagne, les échanges sont quasi permanents : la campagne a besoin de la ville pour vendre et acheter, pour effectuer des démarches administratives, financières (emprunts) ou judiciaires (règlement de conflits). On peut parler de complémentarité puisque la ville exploite également les ressources (alimentaires) de la campagne. Une grande partie des urbains sont d'anciens ruraux venus chercher du travail en ville mais également une part de liberté dont ils ne disposent pas en étant les manants d'un seigneur.

Vue de Nîmes (Nemausus, Nismes, Civitas Narbonensis Galliae Vetustissima : Nîmes, antique cité de Gaule narbonnaise) au XVe siècle. © The Hebrew University of Jerusalem & The Jewish National & University Library.

La ville au Moyen Âge est un lieu essentiel d'échanges commerciaux, que ce soit entre ruraux et urbains mais aussi entre villes d'une même région. L'exemple de la Flandre fait apparaître un réseau de villes qui travaillent ensemble pour développer leurs activités artisanales. En Champagne, dès la fin du XIIe siècle, les grandes foires urbaines s'organisent autour de deux pôles : Provins et Troyes ; ensuite sont instituées les foires de Lagny et de Bar-sur-Aube. Les marchands vont d'une foire à l'autre, suivant un calendrier fixé pour pouvoir être présents à chacune d'elles.

Vue des remparts de Provins (Seine-et-Marne), ville de foire médiévale : remparts édifiés entre le XIe et le XIIIe siècle, d'une longueur de 5 km à l'origine. Provins est classée au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO. © Wikimedia Commons, domaine public.

Dans l'Occident médiéval, les réseaux urbains reposent sur trois types de villes :

  • un grand nombre de petites villes vivent du marché hebdomadaire, des travaux agricoles et de quelques activités artisanales
  • les capitales de province et de diocèse regroupent des marchands et des artisans plus nombreux, mais aussi des agents administratifs du roi ou de l'évêque pour les cités épiscopales
  • les grandes métropoles sont capables de proposer une gamme diversifiée d'activités commerciales, artisanales, industrielles et financières à une échelle internationale.

Comment les villes prennent forme

Les grandes villes prospèrent sur des axes commerciaux actifs et au sein de riches terroirs agricoles, comme en France du nord-est et dans les Flandres. Une multitude de facteurs et de processus sont à prendre en compte dans le développement des villes :

  • l'ancienne ville gallo-romaine fournit le noyau à partir duquel la ville médiévale s'étoffe ; de nombreuses villes moyennes et grandes sont issues d'un réseau urbain antique (Paris, Toulouse, Avignon, Arles, Poitiers, Besançon...)
Vue de Besançon, dans la boucle du Doubs : axe principal (ancien cardo romain) entre pont et promontoire fortifié, "Grande Rue" actuelle ; formation de la ville médiévale dès le XIIe siècle. © INRAP.
  • un noyau urbain peut se greffer à une abbaye, une église ou une forteresse ; avec le développement de la féodalité au XIe siècle, apparaissent des châteaux (ou mottes castrales) autour desquels s'installent les populations par souci de protection et d'enrichissement. Au XIIe siècle, les villes castrales sont présentes sur tout le territoire français (toponymie : Châteauneuf, Neuchâtel, Castelnaud...)
Vue aérienne de Bram (Aude) : construite à partir du XIe siècle autour de son église (cinq anneaux identifiables). © Jaysi.
  • la ville peut surgir ex nihilo comme les bastides du sud-ouest et les « villes neuves » du Bassin Parisien souvent liées aux grands défrichements. Les bastides sont un exemple de première planification urbaine au XIIIe siècle : fondées par les comtes de Toulouse puis les rois de France et d'Angleterre, elles contribuent à l'occupation du territoire, au contrôle de la population et au développement économique. Leur vocation est commerciale et les habitants bénéficient d'exemptions d'impôts et de droits seigneuriaux.
Vue de Labastide d'Armagnac (Landes), fondée en 1291 par Bernard d'Armagnac et ratifiée en 1294 par Edouard Ier d'Angleterre ; plan en damier et place rectangulaire typiques. © Fédération des Bastides d'Aquitaine.

A savoir

Avec une population d'environ seize millions d'habitants au début du XIVe siècle, on estime que le royaume de France compte 32.500 paroisses (communautés de 700 habitants) et que la densité de population est de 40 habitants au km2 ; on dénombre alors 5 % de citadins pour 95 % de ruraux. Paris mise à part, les métropoles du royaume (plus de 30.000 habitants) sont Rouen, Arras, Saint-Omer dans le nord et Toulouse au sud.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information Histoire(s) : chaque semaine, Futura vous propose de remonter le temps. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !