Au cours de l'histoire, l'Homme a toujours eu recours à l'expansion des terrains agricoles pour produire davantage de nourriture. Ceci a malheureusement contribué au réchauffement climatique.

Les solutions envisagées par la communauté scientifique comportent des changements au niveau des pratiques agricoles conventionnelles, mais pas seulement. Une étude publiée dans le journal NS Public Health Nutrition confirme qu'il serait bien plus facile de nourrir neuf milliards de personnes d'ici à 2050 si une plus grande partie de la population réduisait sa consommation de produits carnés : en réalité, les caloriescalories mises à disposition des animaux d'élevage rapportent peu de calories en retour à l'humain. Par exemple, pour 100 calories de céréalescéréales données aux animaux, nous n'obtenons qu'environ 40 nouvelles calories de lait, 22 calories d'œufs, 12 de poulet, 10 de porc ou 3 de bœuf ; ce qui n'est pas viable à long terme.

Ainsi, encourager les populations à bouleverser leur habitude alimentaire pour leur santé et pour le futur de l'environnement serait donc au cœur des objectifs des gouvernances.