Les molaires sont les dents du fond de la mâchoire. © mkarco, fotolia

Santé

Molaire

DéfinitionClassé sous :médecine , dents , molaire

Une molaire est une dent située dans la partie postérieure de la mâchoire et qui sert à écraser et broyer les aliments. Pendant la mastication, les molaires de la mâchoire inférieure et de la mâchoire supérieure s'emboîtent les unes dans les autres. Une molaire possède une large couronne (la partie visible de la dent, en dehors de la gencive) avec des tubercules (élévations) arrondis.

De manière générale, chez les animaux, la dentition dépend du régime alimentaire. Par exemple, chez les mammifères herbivores comme les ruminants, les molaires possèdent une table d'usure plate. Chez les mammifères carnivores comme le chat, les molaires appelées carnassières ne sont pas aplaties.

Nombre de molaires dans la dentition humaine

Sur les 20 dents de lait, 8 sont des molaires. La première molaire apparaît entre 12 et 16 mois environ, et la deuxième à deux ans ; les jeunes enfants n'ont pas de prémolaire. Ces molaires lactéales tombent entre 9 et 14 ans. Les premières molaires définitives sortent vers  6-7 ans, en arrière des dents de lait, et les deuxièmes molaires définitives vers 12-13 ans. Les dents de sagesse ou troisièmes molaires apparaissent vers 17 à 25 ans. Une dentition adulte complète comprend donc 12 molaires.

Certaines personnes n'ont pas de dents de sagesse, ou seulement deux ou trois au lieu de quatre. Souvent ces dents n'ont pas assez d'espace pour pousser correctement et doivent être retirées. C'est le cas notamment des dents incluses ou semi-incluses qui peuvent favoriser des infections.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le bisphénol A a une dent contre nos dents  D’après une étude scientifique dirigée par Sylvie Babajko, le bisphénol A altérerait l’expression de deux gènes impliqués dans la formation de l’émail des dents chez le rat. L’extrapolation à l’Homme semble tout à fait plausible.