Le portrait de Sophie Germain. © Domaine public
Sciences

Chasseurs de Science : Sophie Germain, le mathématicien était une femme | Podcast

ActualitéClassé sous :Mathématiques , femme scientifique , théorie des nombres

-

Ce nouvel épisode de Chasseurs de Science met en avant une personnalité scientifique que vous avez choisi sur Patreon. C'est une histoire hors du commun que nous vous narrons : celle d'une femme prête à tout pour étudier les mathématiques, même à mentir aux plus grands scientifiques de son temps.

Envie de ne rien manquer de l’actualité ? D’apprendre de nouvelles choses chaque jour ? Ou simplement de vous immerger dans un voyage sonore ? Découvrez les Podcasts de Futura !

Pour la première fois, vous avez pris les manettes de notre podcast historique Chasseurs de Science. Les contributeurs de notre page Patreon ont pu choisir la personnalité scientifique à l'honneur de ce 23ème épisode, et c'est la mathématicienne française Sophie Germain qui a emporté le suffrage haut la main. L'histoire de Sophie Germain débute dans une période troublée, en pleine Révolution française. Elle ne rêve pas de la vie à laquelle sont cantonnées la plupart des femmes aisées de son époque. Baignée par les écrits d'Archimède, elle veut étudier les mathématiques

Mentir pour étudier les mathématiques

Mais les écoles qui l'enseignent, notamment Polytechnique, sont interdites aux femmes. Sophie ne se laisse pas abattre et élabore un subterfuge culotté pour se procurer les cours de mathématiques et partager ses remarques avec le professeur, un certain Joseph-Louis Lagrange. Ce mensonge marque le début de la carrière mathématique de Sophie Germain, qui malgré ses remarques brillantes sur la théorie des nombres, ne restera que l'ombre des scientifiques hommes de son temps.

Transcription du podcast

1794. Joseph-Louis Lagrange lit avec attention un courrier qui lui est adressé. Le vénérable scientifique, à qui l'on doit de nombreuses avancées en mécanique céleste ou sur la théorie des nombres, n'a plus rien à prouver. Il termine sa carrière prolifique en tant que professeur à l'école Polytechnique dans un Paris en pleine révolte. La Terreur parcourt les rues et les scientifiques ne sont pas épargnés. Joseph-Louis a vu tomber la tête de son meilleur ami avec qui il participe à l'élaboration du système métrique : Laurent Lavoisier. Dans ce contexte troublé, il essaye de mener ses cours au mieux. S'il est de notoriété publique que ses élèves le haïssent, à cause de son accent italien marqué et sa voix fluette, il les pousse tout de même à lui partager leurs réflexions après chaque leçon.

Parmi les commentaires qu'il reçoit, ceux d'un certain Antoine Auguste Le Blanc sont les plus pointus. Impressionné par ses remarques sur la théorie des nombres, Joseph-Louis initie une correspondance scientifique avec le jeune homme. Après de longs échanges, il décide de le convier dans son bureau de l'École Polytechnique.

On toque à la porte. Le voici ! Joseph-Louis s'était imaginé mille et une choses à propos d'Antoine Auguste. Parfois, il le pensait malingre et peu gâté par la nature. Ou au contraire, il le voyait comme un brillant jeune homme bien élevé, aussi doué pour la rhétorique que les raisonnements scientifiques. Mais là... il devait y avoir une erreur ! Antoine Auguste Le Blanc a la bouche bien dessinée et le nez un peu trop long. Il porte ses longs cheveux attachés en chignon. Le brillant cerveau avec qui Joseph-Louis Lagrange échange depuis plusieurs mois est en réalité une jeune femme de 19 ans ! Une certaine Sophie Germain.

1789. La petite Sophie passe la plupart de son temps dans la bibliothèque de son père. Ambroise-François Germain ne veut pas voir sa fille traîner dehors alors que la Révolution vient d'éclater. Les livres fascinent Sophie, surtout ceux qui parlent de science. Elle a lu et relu la grande Encyclopédie de Diderot, mais son préféré relate l'histoire et les théories d'Archimède. Si les posters avaient existé au XVIIIe siècle, elle aurait probablement recouvert les murs de sa chambre avec des portraits du mathématicien antique. Sophie est particulièrement inspirée par l'histoire de sa mort : tué, à ce qu'on dit, par un soldat romain alors qu'il traçait des cercles sur le sable sur une plage à Syracuse en Sicile.

Le XVIIIe siècle est plein de bouleversements scientifiques, politiques ou encore philosophiques, mais les jeunes femmes comme Sophie sont tenues éloignées de cette agitation. Sophie souhaite devenir mathématicienne : manipuler les chiffres, élaborer des théories comme Archimède et ainsi comprendre le monde. Mais son père a d'autres projets de carrière pour elle : il ne souhaite pas voir sa fille se tourner vers une carrière trop masculine. Il préfère qu'elle se tourne vers un autre type de science. Les sciences ménagères. Pleine de détermination, Sophie se procure les cours de mathématiques de l'école Polytechnique, qui est interdite aux femmes. D'ailleurs, elle le restera jusqu'en 1970, soit près de deux cents ans de connaissance rendue inaccessible aux femmes. Dès le départ, Sophie se passionne pour la théorie des nombres, une branche des mathématiques qui s'intéresse aux propriétés des nombres entiers naturels ou relatifs. Ce sont ses remarques sur cette théorie qui impressionnent Lagrange.

D'ailleurs ce dernier ne se formalise pas de la supercherie montée par Sophie pour le rencontrer. Au contraire, il est impressionné par sa ténacité et son courage. Le vieux scientifique et la jeune femme brillante se lient d'amitié. Leur entrevue ne passe pas inaperçue du cercle scientifique parisien et Sophie devient rapidement la coqueluche de ce petit monde. Elle devient la protégée de Jacques Antoine Cousin qui met à sa disposition son immense bibliothèque et sa richesse. La famille de Sophie finit par la soutenir aussi. Son père et les mariages avantageux de ses deux sœurs, Angélique et Marie-Madeleine, lui assurent des revenus confortables sans qu'elle ait à travailler. 

Elle peut ainsi consacrer chaque instant de sa vie aux mathématiques, domaine scientifique auquel elle apporte une contribution certaine. En 1801, elle échange des dizaines de lettres avec Carl Friedrich Gauss - le même Gauss que la fameuse courbe - sous son nom de plume, Le Blanc. Une profonde amitié se noue entre les deux scientifiques. La ville natale de Gauss est envahie par la Prusse et Sophie joue de ses relations pour assurer la sécurité de son ami. Elle lui révèle alors sa véritable identité. Gauss réagit en ces termes, le 30 avril 1807 : 

« Comment vous décrire mon admiration et mon étonnement, en voyant se métamorphoser mon correspondant estimé M. Leblanc en cet illustre personnage, qui donne un exemple aussi brillant de ce que j'aurais peine à croire. (...) Les charmes enchanteurs de cette sublime science ne se décèlent dans toute leur beauté qu'à ceux qui ont le courage de l'approfondir. Mais lorsqu'une personne de ce sexe, qui, par nos mœurs et par nos préjugés, doit rencontrer infiniment plus d'obstacles et de difficultés que les hommes à se familiariser avec ces recherches épineuses, sait néanmoins franchir ces entraves et pénétrer ce qu'elles ont de plus caché, il faut sans doute qu'elle ait le plus noble courage, des talents tout à fait extraordinaires, le génie supérieur. »

Elle tente plusieurs fois d'intégrer l'Académie des sciences et finit par y parvenir le 8 janvier 1816. Sophie est alors la première femme à assister aux séances l'institution pluricentenaire en tant que scientifique et non en tant que femme de scientifique. Résolument moderne, elle ne se marie pas, ce qui était mal vu à son époque. Elle décède d’un cancer du sein le 27 juin 1831 à 55 ans. De Sophie Germain, il nous reste un théorème qui porte son nom et ses contributions au problème des surfaces et de la vibration des élastiques, qui n'ont pas été reconnus de son vivant. Mathématicienne de l'ombre, elle n'a pas publié d'article scientifique. Son nom n'apparaît qu'en note de bas de page dans la production de ses collègues masculins. (ironique) Ultime reconnaissance, La Poste lui a consacré un timbre en 2016.

Merci d'avoir écouté Chasseurs de Science. La musique de cet épisode a été composée par Patricia Chaylade. Au texte et à la narration, Julie Kern. Si vous appréciez notre travail, n'hésitez pas à nous laisser un commentaire et cinq étoiles sur les plateformes de diffusion pour nous soutenir et améliorer notre visibilité. Vous pouvez aussi vous abonner sur Spotify, Deezer et Apple Podcast pour ne plus manquer un seul épisode. Quant à moi, je vous retrouverai bientôt pour une future expédition temporelle, dans Chasseurs de science. À bientôt !

Musique :

Patricia Chaylade

Of Course, par Emily Rubye

Friends From Far AlfiedAlways RememberingThe Wind Is Changing, par Howard Harper-Barnes

---

Le rendez-vous audio de l'intelligence animale ! À retrouver toutes les deux semaines.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !