Pour fêter les 25 ans d’Hubble, la Nasa et l’Esa nous offrent un merveilleux feu d’artifice céleste, comme le télescope spatial en a le secret. Ce tableau inédit nous dépeint dans le visible et le proche infrarouge la nébuleuse Gum 29 et l’essaim Westerlund 2, lequel compte parmi ses 3.000 étoiles quelques-unes des plus chaudes et des plus turbulentes de la Galaxie.
Cela vous intéressera aussi

Comme l'a déclaré l'astronauteastronaute et directeur adjoint du bureau des missions scientifiques de la NasaNasa, John Grunsfeld, à l'occasion du 25e anniversaire du lancement du célèbre télescopetélescope spatial : « HubbleHubble a complètement transformé notre vision de l'Univers ». En effet, depuis un quart de siècle déjà -- après avoir surmonté des difficultés à ses débuts --, ce télescope de 2,4 m de diamètre nommé en l'honneur du grand cosmologiste Edwin HubbleEdwin Hubble, n'a eu de cesse de repousser les limites et de nous inviter dans l'intimité d'une multitude d'objets célestes, d'ordinaire indiscernables, qu'ils soient dans notre Galaxie ou aux confins du cosmos.

Pour récompenser la fidélité du grand public depuis ses premières observations, la Nasa et l'EsaEsa livrent, comme il se doit, un feufeu d'artifice inédit et haut en couleurcouleur, que l'on peut qualifier de céleste. L'œilœil aiguisé du télescope spatial nous emmène pour l'occasion à 20.000 années-lumièreannées-lumière de la TerreTerre, à la découverte de l'essaim d'étoilesétoiles Westerlund 2 au sein de la nébuleusenébuleuse Gum 29.

L’amas Westerlund 2 regroupe environ 3.000 étoiles âgées en moyenne de seulement 2 millions d’années. En haut à droite et en bas, gros plans sur quelques piliers de gaz de cette région, située à 20.000 années-lumière de nous et où bourgeonnent d’autres étoiles. © Nasa, Esa, <em>the Hubble Heritage Team</em> (STScI/AURA), A. Nota (ESA/STScI), <em>the Westerlund 2 Science Team</em>

L’amas Westerlund 2 regroupe environ 3.000 étoiles âgées en moyenne de seulement 2 millions d’années. En haut à droite et en bas, gros plans sur quelques piliers de gaz de cette région, située à 20.000 années-lumière de nous et où bourgeonnent d’autres étoiles. © Nasa, Esa, the Hubble Heritage Team (STScI/AURA), A. Nota (ESA/STScI), the Westerlund 2 Science Team

Un paysage mouvementé

Les quelque 3.000 étoiles qui composent cet ensemble, découvert dans les années 1960 par le Suédois Bengt Westerlund, étendu sur 6 à 13 années-lumière, sont ici révélées dans le proche infrarougeinfrarouge et le visible par la caméra grand champ WFC3 (Wide Field Camera 3). L'âge moyen de toutes ces étoiles, qui comptent parmi les plus chaudes et massives de la Voie lactéeVoie lactée, est de deux millions d'années seulement.

De doux et gentils bébés serait-on tenter de dire (deux millions d'années, c'est très jeune pour une étoile en comparaison avec notre SoleilSoleil âgé de 4,6 milliards d'années) ; en réalité, il s'agit plutôt d'astresastres vigoureux et turbulents qui affectent profondément leur environnement. En témoignent les paysages creusés et modelés par les ventsvents violents d'ultravioletsultraviolets que certains de ces jeunes monstres stellaires émettent. Sur les crêtes et autres reliefs qui rappellent une image emblématique de la carrière d'Hubble, les « piliers de la création », on découvre des étoiles encore en incubation dans leurs coconscocons, révélées dans ce tableau composite dans le visible par la caméra ACS (Advanced Camera for Surveys).

Un spectacle à découvrir en haute résolutionrésolution (fichier de 28,5 Mo à télécharger ici), de long en large, arpent d'une année-lumière après arpent... Hubble n'a pas fini de nous étonner jusqu'à l'arrivée de son successeur, le James Webb Space Telescope (JWSTJWST), prévue en 2018.