Sciences

Le télescope spatial Kepler a découvert ses premières exoplanètes

ActualitéClassé sous :Astronomie , exoTerre , exoplanète

C'est officiel, parmi les centaines de candidates en cours d'investigation observées par le satellite Kepler, 5 exoplanètes viennent de s'ajouter aux centaines déjà connues. Il s'agit des premières planètes découvertes par Kepler et ce sont des Jupiter chauds. D'ici 2012, grâce à cet instrument, la Nasa devrait découvrir ainsi de véritables exoterres.

Une comparaison de la taille des exoplanètes découvertes par Kepler. Re désigne le rayon de la Terre, pris comme unité. Crédit : Nasa-JPL

Il n'y a pas encore de publication sur arXiv, mais l'annonce a été faite lors d'une séance de l'American Astronomical Society à Washington. Le satellite de la Nasa, Kepler, a bel et bien découvert ses premières exoplanètes, baptisées Kepler 4b, 5b, 6b, 7b et 8b.

Comme pour Corot, c'est par la méthode du transit planétaire que les astronomes sont parvenus à détecter des géantes gazeuses orbitant très près de leurs étoiles. Il a été possible de déduire leurs températures, comprises entre 2.000 et 3.000° C. Leurs tailles et leurs périodes orbitales courtes, de l'ordre de quelques jours, plus précisément entre 3,3 et 4,9, ont rendu particulièrement facile leur détection avec Kepler, comme on s'y attendait.

Rappelons tout de même que la mission Kepler a comme but principal d'estimer à quel point l'apparition d'exoterres orbitant dans la zone d'habitabilité d'une étoile est un processus courant dans la Voie lactée. C'est une tâche plus difficile et plus longue que de découvrir des Jupiter chauds. En effet, la baisse de luminosité de l'étoile lors d'un transit est plus faible pour une planète tellurique d'une masse comparable à celle de la Terre et, de plus, c'est en plusieurs centaines de jours que doit se compter la période orbitale d'une telle exoterre.

Comme trois transits doivent être observés pour que l'on soi raisonnablement sûr de la découverte, on comprend que la moisson d'exoterres n'est pas pour l'année 2010.

La mission Kepler a été lancée le 6 mars 2009 et elle doit durer jusqu'en novembre 2012. D'ici là, elle observe en continu près de 150.000 étoiles. Si des exoplanètes plus « classiques » que des exoterres devraient être découvertes en quantité notables et assez rapidement comme le montre cette annonce de la Nasa, il faudra donc attendre encore un peu pour apprendre l'existence de monde susceptibles d'abriter des formes de vies, même primitives.

En attendant, on peut continuer à envoyer des messages aux ET avec des iPhones, et rêver de Pandora autour de Polyphème. Remarquablement d'ailleurs, il pourrait bien exister des exoplanètes autour de Alpha Centauri et Kepler est en mesure de détecter des exolunes autour des géantes gazeuses.

Cela vous intéressera aussi