Sciences

En images : la comète Hartley 2 au plus près de la Terre

ActualitéClassé sous :Astronomie , Comète 103P/Hartley 2 , astronome

À 18 millions de kilomètres de nous, le 20 octobre, la célèbre comète Hartley 2 était au plus près de la Terre. Elle avait déjà mobilisé de nombreux astrophotographes depuis plusieurs semaines. Voici un petit florilège des images où la belle visiteuse verte tient la vedette.

La comète 103P/Hartley 2 saisie le 9 octobre dernier au milieu de nombreux objets célestes de la constellation de Persée. © J. Clauss

On l'espérait assez brillante pour attirer le regard des néophytes le 20 octobre, date de sa plus proche apparition. Mais 103P/Hartley 2 sera restée discrète, puisqu'à peine perceptible à l'œil nu. Pourtant les astronomes ne boudent pas leur plaisir, qu'ils soient professionnels ou amateurs. Les premiers s'intéressent particulièrement à cette comète pour deux raisons : elle est très jeune et active, comme l'a montré le télescope Hubble, et si son éclat n'a pas été exceptionnel, c'est simplement qu'Hartley 2 est une toute petite comète dont le noyau n'excède pas 1,5 kilomètre. Autre raison de satisfaction pour les professionnels, la comète recevra dans quelques jours la visite de la mission Epoxi.

De leur côté les astronomes amateurs sont tombés sous le charme de cette nouvelle visiteuse, une comète verte dont la jolie coloration provient du cyanogène qu'elle expulse. Voici quelques jours, nous vous présentions deux belles rencontres célestes faites par la comète Hartley 2. Voici d'autres images réalisées sur les quatre continents.

Pas de frontières pour les passionnés

Le développement d'internet avec ses forums et ses réseaux sociaux permet de partager rapidement et à l'échelle planétaire des événements comme le passage d'une comète. Notre saga commence en Chine le 16 octobre. C'est depuis le mont Wawushan, au cœur d'un parc national, que Yadong Hu a pu saisir l'image de la comète au milieu des étoiles à l'aide de son télescope.

© Yadong Hu

Ce soir là comme le lendemain, l'italien Rolando Ligustri commande à distance une lunette astronomique installée dans un observatoire automatique au Nouveau-Mexique. En assemblant ses deux prises faites à 24 heures d'intervalle, il illustre parfaitement le déplacement de la comète.

© Rolando Ligustri

Autre lieu, autre méthode : le 18 octobre à San Juan, sur l'île de Porto Rico, Abe Schwartz réalise pendant trois heures des séries de poses avec son télescope de 130 millimètres de diamètre. Comme l'instrument compensait la rotation terrestre, le mouvement rapide de la comète est parfaitement mis en valeur.

© Abe Schwartz

Toujours le 18 octobre, Nick Howes réalisait un cliché depuis l'Angleterre, à l'aide d'une lunette de 105 millimètres de diamètre qui révélait l'étendue de la coma et la très faible queue gazeuse de la comète 103P/Hartley 2. C'est le vent solaire qui est à l'origine de cet appendice, repoussant à l'arrière du noyau les particules arrachées. Hartley 2 sera toujours restée assez loin de notre étoile, ce qui explique qu'elle ne présente pas une queue très étendue.

© Nick Howes

Le 20 octobre, alors que la comète Hartley 2 était au plus près de la Terre, l'astronome amateur Doug Zubenel l'observait depuis le Kansas. En raison d'un ciel très pur, il admira le passage de nombreux météores issus du courant météoritique des Orionides, et en profita pour photographier la comète sans instrument astronomique. Son image révèle une myriade d'étoiles au milieu du feuillage automnal des arbres, avec au centre la tache verte de Hartley 2.

© Doug Zubenel

Terminons ce tour d'horizon par une superbe image postée sur notre forum d'astronomie. Elle est l'œuvre de l'astrophotographe Jérôme Clauss qui observait le 9 octobre en compagnie d'autres passionnés depuis une ancienne piste d'aéroport à Grevillers. Son appareil photo installé sur monture équatoriale avec un zoom réglé sur 100 millimètres de focale lui a permis de réaliser un compositage de 18 poses de 5 minutes, qui montre la comète Hartley 2 dans la constellation de Persée à proximité du double amas d'étoiles (NGC 869 et 884). De belles nébulosités rouges viennent compléter le tableau, ainsi que d'autres amas à découvrir sur cette version annotée. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi