Malgré un premier essai en vol prometteur, le développement du SpaceShipTwo accumule un retard, ce qui reporte au-delà de 2015 l'ouverture du service commercial. © Virgin Galactic

Sciences

Tourisme spatial : Virgin Galactic pourrait changer de stratégie !

ActualitéClassé sous :Astronautique , tourisme spatial , accès à l'espace

-

Les problèmes à répétition dans le développement du moteur-fusée du vaisseau SpaceShipTwo pourraient contraindre Virgin Galactic à revoir sa feuille de route. En l'état, les 100 km d'altitude seraient hors de portée pour l'avion spatial de Richard Branson !

Lorsqu'en octobre 2004 Richard Branson remporte l'Ansari X Prize, qui récompense la première société capable de faire voler un véhicule habité à 100 km d'altitude et à deux reprises, nombreux sont ceux qui parient sur un développement rapide du tourisme spatial. Les premiers vols sont alors prévus dès 2007. Près de 10 ans après cet exploit, car c'en était bien un d'atteindre cette altitude après 15 vols d'essais, Virgin Galactic est clouée au sol.

Spaceship Company, la co-entreprise de Scaled Composites et du groupe Virgin de Richard Branson, qui construit le SpaceShipTwo, n'arrive toujours pas à mettre au point le moteur-fusée qui amènera l'avion à la frontière de l'espace, fixée à une centaine de kilomètres d'altitude. Pour l'atteindre, il faudrait que le moteur fonctionne pendant 90 secondes. Pour le moment, les essais sur banc de test n'ont pas permis de dépasser 75 secondes en raison de problèmes d'oscillation de pression, ce qui est assez classique avec la propulsion hybride, une technique insuffisamment mature.

Le SpaceShipTwo sera lancé depuis le White Knight 2, un avion de 43 m d'envergure, l'emportant sous son fuselage, jusqu'à environ une vingtaine de kilomètres d'altitude d'où s'effectuera la séparation des deux engins. Le SpaceShipTwo utilisera alors son propre système de propulsion pour rejoindre l'espace. © Spaceship Company

Une mise au point plus compliquée que prévu pour l'avion spatial

Depuis le début du développement du moteur, et au fur et à mesure des essais, les soucis s'accumulent pour les équipes de Spaceship Company, de sorte que chaque essai a été interrompu prématurément en raison de problèmes imprévus. Et ce n'est pas le premier essai en vol, réalisé début mai qui va raccourcir les étapes de développement. Il a duré 16 petites secondes et permis d'atteindre la vitesse de Mach 1,3. En clair, il reste beaucoup de chemin à parcourir avant d'arriver à la pleine poussée, la pleine durée et dans la bonne direction. Résultat, compte tenu du degré d'avancement du projet, il est très difficile de donner une date pour un premier vol habité. En fait, tout dépend du risque que la société sera prête à prendre.

Dans ce contexte, Virgin Galactic pourrait être amenée à changer de stratégie. En 2014, Richard Branson devrait décider de faire un premier vol touristique très médiatisé, mais surtout très risqué, pour rassurer investisseurs et clients. Ensuite, il se murmure que les premiers vols touristiques monteraient à seulement 65 km, voire 70 km d'altitude, donc avec une durée de combustion plus faible. Ce qui laisserait le temps de mettre au point une version plus aboutie de l'avion spatial et de résoudre les contraintes liées au moteur.

Mais de là à penser que Virgin Galactic est dans une impasse, et que le choix d'une motorisation hybride pour le moteur-fusée ne s'avère pas aussi pertinent qu'il avait été jugé au début du projet, il y a un pas que les spécialistes ne souhaitent pas encore franchir. Cependant, si Richard Branson et Burt Rutan ne parviennent pas à mettre au point le moteur-fusée avec les performances nécessaires pour amener le SpaceShipTwo à une centaine de kilomètres d'altitude, ils n'auront pas d'autre choix que de tout remettre à plat. Au vu des sommes déjà investies et des contrats de lancement d'ores et déjà signés, une belle pagaille se profile à l'horizon, peut-être même juridique si l'on se cantonne en dessous de cette frontière

Cela vous intéressera aussi