Sciences

Cygnus capturé par le bras de l'ISS pour y être docké

ActualitéClassé sous :Astronautique , robotique , Cygnus

Le cargo Cygnus ne peut pas s'amarrer lui-même à la Station spatiale internationale. C'est l'ISS elle-même qui l'attrape, avec son bras robotique, le Canadarm 2. Avec plusieurs entreprises intervenant dans ce domaine, le Canada est aujourd'hui en pointe dans la robotique spatiale.

Le bras robotique de la Station spatiale Canadarm2 capturera le cargo spatial Cygnus pour le docker sur un port libre. Crédit Orbital Sciences

Réalisé dans le cadre du programme Cots de la Nasa, Cygnus est un cargo en deux parties qui comprend un module de service, développé par Orbital Sciences et un module pressurisé qui sera fourni par Thales Alenia Space. Cet engin n'est pas conçu pour s'amarrer à l'ISS comme le font les cargos russes et européens (Progress, ATV). Il sera capturé par le bras robotique de la station qui le « dockera », comme disent les habitués de l'ISS, sur un des ports libres de la partie américaine. Le HTV japonais s'accroche à la Station de la même façon.

Cygnus aura pour mission le transport de fret (équipements, pièces de rechange, expériences scientifiques) et d'autres éléments à destination de la Station. La Nasa a d'ores et déjà commandé 8 vols à Orbital Science, qui seront réalisés entre 2011 et 2020.

Le module pressurisé fourni par Thales Alenia Space sera une évolution d’un MPLM (ici à l’image attrapé par Canadarm2). © Nasa

Il sera lancé par Taurus II, un petit lanceur à 2 étages qui intègre des systèmes et une motorisation qui ont fait leur preuve sur d'autres lanceurs d'Orbital Sciences et utilisés avec succès depuis plusieurs années (Pegasus, Taurus et Minotaur).

Capable de lancer de 4.750 à 6.250 kg, en fonction de l'altitude et de l'inclinaison visée, Taurus II doit réaliser son vol d'essai au printemps 2011. Tous les clignotants sont au vert. Le moteur du second étage a récemment été testé avec succès et on attend sous peu l'essai du moteur du premier étage qui sera réalisé au centre spatial de Stennis de la Nasa.

Lancé le 11 septembre 2009, le cargo spatial japonais HTV, évoluant en vol libre, a été saisi 6 jours plus tard par Canadarm2 avant d'être accroché à la Station. Cygnus sera saisi et amarré de la même façon. © Nasa

Le Canada en pointe dans la robotique spatiale

Pour réaliser l'interface qui sera utilisée entre Cygnus et le bras Canardarm2, Orbital Science a choisi MDA (MacDonald, Dettwiler and Associates). Cette entreprise canadienne a développé et fabriqué le système d'entretien mobile de la Station, qui comprend justement le Canadarm2 ainsi que la base mobile, les deux chariots Ceta et le Manipulateur agile spécialisé, plus communément appelé Dextre. MDA a également développé la perche d'inspection OBSS qui permet d'inspecter en orbite les tuiles de la protection thermique de la navette (une des recommandations de la CAIB).

Son expertise dans la robotique spatiale a permis de hisser le Canada en pointe dans la robotique spatiale. C'est également une entreprise canadienne, Spar Aerospace qui a conçu et développé les bras télémanipulateurs Canadarm équipant les navettes, dans le cadre d'un accord conclu entre la Nasa et le National Research Council du Canada.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi