Le recyclage d'anciennes pierres taillées suggère que les hommes préhistoriques se servaient probablement de ces outils pour préserver la mémoire des populations qui les ont précédées. © Efrati et al, 2022
Sciences

Les Préhistoriques collectionnaient les outils de leurs ancêtres

ActualitéClassé sous :archéologie , Ancêtres de l'humain , préhistoire

Comment les souvenirs se transmettaient-ils à la Préhistoire ? Une étude révèle que des Hommes du Proche-Orient recyclaient d'anciennes pierres taillées et les incorporaient au jeu d'outils qu'ils créaient, probablement pour conserver la mémoire de leurs ancêtres.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Apprenez à tailler le silex comme à la Préhistoire  La taille du silex détient une place importante dans la société du Mésolithique, période de la Préhistoire. C’est à cette époque qu’elle bénéficie de l’arrivée d’une nouvelle technique utilisant un percuteur tendre. Découvrez, durant cette vidéo de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), comment les premiers Hommes façonnaient leurs outils. 

La patine constitue une modification chimique qui s'est notamment produite sur les outils utilisés par les hommes préhistoriques. Cette patine se forme au cours du temps sous l'influence de certaines conditions chimiques et environnementales et affecte divers matériaux tels que le métal, le verre mais également plusieurs types de roches. Les pierres taillées arborent cette patine grâce à laquelle l'histoire d'un outil peut être, sinon reconstruite, au moins imaginée.

Des outils de pierres taillées présentant une patine ont été « recyclés » par des hommes du Paléolithique, notamment au Proche-Orient

Les différences entre des pierres nouvellement taillées et des plus anciennes résident dans leur couleur et leur rugosité. De précédentes études archéologiques ont déjà mis en évidence le fait que des outils de pierres taillées présentant une patine ont été « recyclés » par des hommes du Paléolithique, notamment au Proche-Orient.

Préserver la mémoire des vieux outils

Une récente étude publiée dans le journal Scientific Reports a analysé les objets patinés présents sur le site de Revadim, en Israël, qui date de l'Acheuléen supérieur et plus particulièrement d'il y a entre 500.000 et 300.000 ans. Les outils identifiés servaient notamment à racler des surfaces et à trancher et ils ont été trouvés en association avec des bifaces et des restes d'éléphants à défenses droites. Les auteurs expliquent que les outils qu'ils ont trouvés sur ce site ont eu deux cycles de vie, séparés par un long intervalle de temps. Le premier cycle concerne la conception de la pierre taillée et son utilisation immédiate par les concepteurs de l'outil. Ce dernier a ensuite été inutilisé et probablement jeté, ce qui lui a permis d'acquérir une patine.

Les anciens outils étaient taillés à nouveau sans que ce processus n'altère leur forme originelle. © Efrati et al, 2022

Le second cycle a ensuite débuté lorsqu'une personne a retrouvé l'objet patiné et l'a remodelé et affûté en mettant à nu la pierre sous la patine. Les auteurs ne sont pas en mesure d'expliquer si ces pierres patinées ont été récoltées par des humains sur le lieu de leurs ancêtres ni si elles furent apportées sur le site de Revadim depuis par des populations provenant d'une autre localité. Il semble toutefois que le choix, la collecte et le recyclage de ces pierres patinées aient été intentionnels. Une telle intention de recyclage peut évidemment être motivée par des raisons économiques. La pierre a en effet déjà une forme d'outil, elle était fonctionnelle et peut le redevenir. Les auteurs suggèrent néanmoins que la réutilisation de pierres patinées était motivée par d'autres raisons.

Les auteurs indiquent en effet que parmi les outils ayant été recyclés, la forme de la plupart a été peu modifiée. Les tranchants ont été aiguisés mais la majorité des objets servait, au cours de leur second cycle de vie, à gratter et à racler les surfaces alors que certains étaient destinés à trancher, probablement des carcasses, au cours de leur premier cycle de vie.

Les pierres taillées ont été recyclées mais des traces de patine demeurent, elles sont indiquées en rouge. © Efrati et al, 2022

Les auteurs interprètent cela comme la volonté des personnes ayant collecté les objets patinés de préserver ces objets autant que possible tout en leur conférant une parfaite fonctionnalité. Cette incorporation d'anciens outils parmi ceux des populations plus récentes pourrait avoir été motivée par la puissance technique qu'ils auraient acquise au cours de leur premier cycle de vie. La collecte et la préservation de ces outils anciens auraient permis de créer et de maintenir un lien de mémoire entre les populations humaines anciennes et récentes. La conservation de ces outils a aussi pu permettre de sauvegarder l'itinéraire d'un objet à travers ses fonctionnalités, ainsi que le souvenir des personnes qui l'ont utilisé.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !