Sciences

Homo habilis et les outils

Dossier - Art préhistorique : la Préhistoire et ses peintures
DossierClassé sous :préhistoire , Homme , homo habilis

-

Les secrets de la Préhistoire se dévoilent peu à peu, notamment grâce à l'étude de l'art préhistorique, en particulier des peintures. Comment les civilisations antérieures à l’écriture ont-elles évolué ? Quelles transformations techniques ont bien pu avoir lieu au fil du temps ? Découvrez-le dans ce dossier.

  
DossiersArt préhistorique : la Préhistoire et ses peintures
 

En 1964, l'attribution au genre humain d'une nouvelle espèce capable de fabriquer des outils a constitué un tournant dans l'histoire de la paléoanthropologie. Ainsi naît Homo habilis (apparu il y a 2,45 millions d'années).

En 1960, la découverte d'une nouvelle espèce fossile dans les gorges d'Olduvaï (Tanzanie) vient brusquement réorienter la recherche des premiers humains de l'Asie vers l'Afrique. Représenté par les fragments d'une mandibule inférieure, une molaire maxillaire, deux pariétaux, des doigts et des os de la main et du poignet, le nouveau venu semble « moderne », et ses doigts larges, évoquant ceux des humains, paraissent indiqués pour avoir façonné les outils qui l'entourent.

Ainsi naît Homo habilis, l'« homme habile », premier représentant du genre humain, qui vivait entre 2,45 et 1,55 millions d'années en Afrique de l'Est, mais aussi en Afrique australe. Décrit en avril 1964 dans la revue Nature par Louis Leakey, Phillip Tobiaset John Napier, Habilis déclenche dans la communauté des paléoanthropologues un tumulte qui ne s'est guère apaisé.

Premier représentant officiel du genre humain, voici Homo habilis, l’« homme habile », ici représenté par une femelle ! Il fut ainsi nommé parce qu’il avait été trouvé non loin d’outils, dont on sait aujourd’hui qu’ils ne sont aucunement le propre de l’homme. © Dunod, tous droits réservés

Homo habilis, le premier homme ?

C'est que ce premier homme ne nous ressemble, au final, pas tant que cela. Probablement charognard et non chasseur, comme on l'a d'abord pensé, sa stature est celle d'un enfant de sept ans et sa capacité crânienne reste inférieure à 700 cm3. S'il maîtrise la bipédie, ce n'est pas un grand marcheur, comme les autres espèces d'Homo, et les éléments connus de son squelette post crânien évoquent les australopithèques par bien des aspects.

Est-il vraiment le premier homme ? Pour certains auteurs, le taxon Homo habilis est valide, mais certains restes osseux doivent être attribués à une autre espèce, Homo rudolfensis. Pour d'autres, il n'appartient pas au genre Homo et n'est donc pas à l'origine de notre lignée. En 2007, il a par ailleurs été établi qu'Homo habilis et Homo erectus avaient cohabité sur la rive est du lac Turkana, au Kenya, pendant près de 500.000 ans, ce qui invalide l'idée que le second ait évolué à partir du premier.

C'est dans ce débat sur les origines du genre humain et notre berceau africain, inauguré en 1964 par Habilis et loin d'être clos, que s'invite depuis 2013, une mandibule mise au jour en Éthiopie qui pourrait illustrer la transition entre le groupe des australopithèques et le genre Homo. Datant d'il y a 2,8 millions d'années, elle nous vieillirait de 400.000 ans !