La version cargo du Dream Chaser de Sierra Nevada a de bonnes chances de décrocher une partie du deuxième contrat de ravitaillement en fret de la Station spatiale internationale. Réponse le 5 novembre, date à laquelle la Nasa devrait faire son choix entre les quatre sociétés en compétition pour le décrocher ou se le partager. © Sierra Nevada

Sciences

La navette spatiale de Dream Chaser en lice pour ravitailler l'ISS

ActualitéClassé sous :accès à l'espace , Dream Chaser , Sierra Nevada

Bien qu'exclue par la Nasa pour le transport de passagers, Sierra Nevada, avec son avion spatial Dream Chaser, devrait être une des entreprises sélectionnées pour le deuxième contrat de ravitaillement de la Station spatiale internationale. L'agence spatiale américaine ne veut en effet pas tout miser sur le format classique de la capsule orbitale et espère maintenir en activité la filière du véhicule ailé, héritage des navettes spatiales.

Malgré deux revers importants, Sierra Nevada parie toujours autant sur son véhicule spatial Dream Chaser. En octobre 2013, alors que le programme réalisait un sans-faute, de retour d'un vol libre non habité, le véhicule a raté son atterrissage à la suite du dysfonctionnement de son train d'atterrissage gauche. Un an plus tard, Sierra Nevada était éliminée de l'appel d'offres pour transporter les astronautes de la Nasa à bord de la Station spatiale internationale et les redescendre sur Terre. C'est SpaceX et Boeing qui ont été sélectionnées.

Loin de se décourager, la firme du Nevada s'est depuis positionnée sur le deuxième contrat de ravitaillement en fret de la Station spatiale pour la période 2018-2024 que la Nasa s'apprête à passer. Le premier ayant été remporté par Orbital Sciences (8 vols) et SpaceX (12 vols). Ce contrat qui devait être attribué cet été le sera finalement le 5 novembre avec à la clé un beau pactole de 14 milliards de dollars (12,3 milliards d'euros) que se partageront les firmes retenues. Trois autres véhicules sont en compétition. Ceux de SpaceX, Boeing, Orbital ATK et Lockheed Martin dont la proposition d'un véhicule en permanence dans l'espace a semble-t-il été écartée par la Nasa.

Si à l'origine la Nasa souhaitait seulement deux prestataires de service, il semble acquis que trois sociétés seront sélectionnées. SpaceX et Boeing proposent une capsule orbitale et Orbital ATK un module de forme cylindrique sans aile. Ce qui laisse un champ libre pour Sierra Nevada qui a de fortes chances d'être sélectionnée car elle est la seule à proposer un véhicule ailé. En effet, la Nasa, qui développe de son côté la capsule Orion, ne veut pas dépendre de ce seul type de technologie pour le transport de passagers de l'exploration habitée du Système solaire. Elle a donc tout intérêt à sélectionner le Dream Chaser, au design similaire à celui de la navette spatiale.

L'amarrage du véhicule à la Station se fera à l'aide d'un mécanisme fourni par l'Agence spatiale européenne (IBDM). © Sierra Neva Corporation

Transporter du fret à bord de l'ISS

Pour répondre aux besoins de la Nasa qui demande de transporter des charges utiles dans différentes configurations pressurisées ou pas et une capacité de retour également pressurisée, Sierra Nevada propose une version cargo autonome dérivée de sa mini-navette de transport d'équipage dont la structure en composite sera construite par Lockheed Martin. Elle sera dotée d'un module pressurisé non propulsif et d'une plateforme qui permettra de transporter du fret exposé au vide de l'espace. À la différence de la version habitée, le cargo sera doté de deux ailes pliables, de façon à tenir à l'intérieur d'une coiffe de 5 mètres de diamètre, d'un logiciel adapté à une utilisation sans pilote et bien entendu de capacités de transport étendues. Ainsi, ce véhicule automatique pourra transporter jusqu'à 5,5 tonnes de fret et en redescendre 1.750 kilogrammes. À la fin de ses missions, le module pressurisé sera utilisé comme poubelle et se consumera dans l'atmosphère terrestre avec jusqu'à 4,7 tonnes de charges.

L'autre attrait de ce véhicule est son mécanisme d'amarrage IBDM (International Berthing and Docking Mechanism) fourni par l'Agence spatiale européenne. Premier du genre à être conçu selon des standards communs à toutes les agences spatiales partenaires du programme de l'ISS, il sera utilisable par tous les futurs véhicules, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Son fonctionnement est unique car il prévoit une fonction d'accostage (soft docking), un avantage important, par exemple pour éviter de perturber des expériences de microgravité en cours.

L'IBDM comporte une plateforme à 6 degrés de liberté qui garantit l'alignement et l'amortissement du mouvement relatif. Il peut servir de deux manières différentes : entre deux véhicules autonomes et en mode accostage dans lequel les véhicules restent immobiles l'un par rapport à l'autre. Ce second cas est par exemple celui du bras robotique. Le Dream Chaser pourra donc s'amarrer soit de façon autonome soit à l'aide du Canadarm, le bras de la Station spatiale.

Quant à la version habitée du Dream Chaser, les études sont à l'arrêt. Cependant, le programme n'est pas mort. Toutes les modifications apportées au véhicule cargo sont compatibles avec la version habitée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi