Sciences

ATV-4 va ravitailler la Station spatiale internationale

ActualitéClassé sous :Astronautique , ISS , cargo spatial

Avec le lancement de l'ATV-4, Arianespace s'apprête à lancer la plus lourde charge utile jamais emportée par une Ariane. Plus de 20 tonnes s'élanceront à destination de la Station spatiale internationale. Décollage le 5 juin !

Construit par Astrium, à la tête d’un consortium d’industrie européenne, l’ATV-4 sera lancé le 5 juin avec une charge utile de sept tonnes pour l'équipage de l'ISS. © Esa, Cnes, Arianespace, service optique du CSG

Pour sa deuxième mission de l'année, Arianespace doit lancer le quatrième véhicule de transfert automatique (Automated Transfer Vehicle, ATV-4) de l'Agence spatiale européenne. Baptisé Albert Einstein, du nom du physicien à qui l'on doit la théorie de la relativité, cet ATV sera lancé depuis le Centre spatial guyanais dans la nuit du 5 au 6 juin à 23 h 52 mn 13 s exactement, heure française métropolitaine. Il sera placé sur une orbite circulaire inclinée à 51,6° à une altitude de 260 km par une Ariane 5 ES, et devrait s'arrimer à l'ISS le 15 juin.

Avec plus de 20 tonnes, cette charge utile sera la plus lourde jamais lancée par une Ariane 5. La performance demandée au lanceur pour ce vol est de 20.252 kg, dont 19.887 kg représentent le véhicule de transfert automatique à séparer sur l'orbite visée.

En janvier 2013 débutait le chargement de l'ATV-4 Albert Einstein. © Esa, Arianespace, Cnes, service optique du CSG

Nouveau record de charge utile pour Arianespace

Cette quatrième mission de ravitaillement de la Station au moyen d'un ATV, après celles de mars 2008, février 2011 et mars 2012 (ATV-3), représente la contribution annuelle dont l'Esa doit s'acquitter pour l'utilisation de la Station spatiale (150 millions de dollars). C'est le principe du barter element, un système de troc mis en place par les partenaires de la Station spatiale internationale : chacun paie son utilisation de l'ISS par la fourniture d'un service.

Au total, environ 2.600 kg de fret ont été conditionnés dans 209 sacs, dont 605 kg réservés à la cargaison de dernière minute. Il s'agit d'articles qui ne peuvent pas être stockés sur une période prolongée, comme les denrées périssables. Avec 1.400 articles, il s'agit du plus grand assortiment de produits jamais acheminé à bord de l'ISS. Pêle-mêle, on trouve des pyjamas, des brosses à dents, des t-shirts, des chaussettes et autres produits de première nécessité. Les astronautes recevront également du beurre de cacahuètes, des gaufres, des fraises, des lasagnes, du tiramisu, du parmesan et même des noix de macadamia, ainsi que d'autres denrées alimentaires pour plusieurs mois.

Le mécanisme d'amarrage de l'ATV à l'essai dans les locaux de l'Esa. © Esa

Améliorer le quotidien avec l’ATV-4 Albert Einstein

L'ATV-4 embarque également des pièces de rechange et une nouvelle expérience destinée au Fluid Science Laboratory. Développée par Astrium à la cité universitaire de Friedrichshafen, elle vise à étudier le comportement des émulsions en conditions de microgravité. Enfin, les réservoirs du cargo contiennent près de 4,8 tonnes d'ergols, nécessaires à l'arrimage à l'ISS, mais aussi aux opérations de contrôle d'orbite et d'attitude de la Station. L'ATV emporte également 860 kg de carburant destinés au ravitaillement de l'ISS, ainsi que 565 kg d'eau potable et 100 kg d'oxygène.

Seule incertitude, un réflecteur installé sur la Station et qu'utilise le système d'amarrage de l'ATV pourrait avoir été endommagé lors de l'amarrage d'un cargo russe Progress fin avril. En cas d'impossibilité de s'amarrer en toute sécurité à la Station, l'ATV est capable de se garer à quelques centaines de mètres, et d'y rester le temps nécessaire au règlement du problème. Cela dit, pour que l'Agence spatiale européenne et la Nasa autorisent son lancement, les garanties fournies par Roscosmos doivent être solides quant au bon fonctionnement du système.

Le cinquième ATV, dernier de la série, sera lancé à la mi-2014. Sa construction a d'ores et déjà commencé. Il fait actuellement l'objet de premiers tests de recette système sur le site d'Astrium, à Brême (Allemagne).

Cela vous intéressera aussi