Les morsures de serpents sont toujours une source d'inquiétude en raison de l'inoculation potentielle de venin. Une connaissance préalable des premiers gestes à adopter en cas de morsure permet de gérer au mieux ces situations d'urgence. © mgkuijpers, Adobe Stock
Santé

Morsure de serpent venimeux : que faire ?

Question/RéponseClassé sous :vie , serpent , animaux
 

[EN VIDÉO] L'attaque d'un serpent à sonnette filmée en 500 images par seconde  Dans cette vidéo filmée, on découvre un rat-kangourou attaqué par surprise par un serpent à sonnette. Le mouvement foudroyant du prédateur est capturé à un rythme de 500 images par seconde. Malgré toute l’énergie, il va manquer sa proie. Les biologistes qui ont capturé cette séquence une nuit de l’été 2015, au Nouveau-Mexique, s’intéressent de près à la relation proie-prédateur en milieu naturel. 

L'été se profile et les sorties dans les hautes herbes réservent des rencontres dont beaucoup aimeraient bien se passer. Si les serpents ne mordent l'Homme qu'en cas de défense, mieux vaut être préparé à cette éventualité car nous partageons de nombreux espaces et qu'un malentendu est vite arrivé.

Les serpents sont des animaux fascinants mais dont le comportement et la morphologie font peur à de nombreuses personnes. S'ils n'attaquent l'Homme que lorsqu'ils se sentent menacés par lui, les morsures de serpent sur l'être humain demeurent un risque réel, notamment lors de randonnées dans les hautes herbes. Cependant, toutes les morsures de serpent ne présentent pas la même dangerosité pour l'Homme et il est pour cela nécessaire d'identifier le groupe de serpents auquel appartient celui qui a provoqué la morsure.

La couleuvre à collier ne possède ni crochets à venin, ni glande à venin, sa morsure est donc inoffensive pour l'Homme. © Alis Photo, Adobe Stock

Les serpents dits constricteurs, tels que les couleuvres, ne produisent en effet généralement pas de venin et le repos ainsi que la désinfection de la plaie sont en théorie les seuls comportements à adopter après la morsure d'un serpent non venimeux. Toutefois, en l'absence de compétences naturalistes et médicales, il est tout de même impératif d'appeler les urgences et d'adopter le comportement conseillé en cas de morsure de serpent venimeux. La description du serpent à l'interlocuteur du service des urgences pourra l'aider à déterminer quel type de serpent est responsable de la morsure.

Une morsure, plusieurs symptômes

Un serpent venimeux n'injecte pas toujours de venin lors de la morsure, il s'agit dans ce cas d'une « morsure sèche », qui ne génère que des symptômes locaux, tels que des points qui sont les traces des crochets et une douleur au niveau de la zone mordue. En revanche, lorsque le serpent a injecté du venin, la zone autour de la morsure gonfle et une réaction œdémateuse a lieu. Celle-ci peut s'étendre sur une zone de taille variable et la gravité ainsi que l'urgence de la situation dépendent de la zone qui a été mordue.

Les morsures de serpent sont caractérisées par deux trous qui sont les points d'entrée des crochets dans la chair. © LCosmo, Adobe Stock

En fonction du type de venin (par exemple qui provoque une nécrose, empêche le sang de coaguler, paralyse le système nerveux, cause des dommages musculaires) qui a été injecté, les symptômes associés varient d'un état de confusion à des troubles digestifs (maux de ventre, vomissements, diarrhée) et des problèmes cardiovasculaires qui peuvent par exemple se manifester par une chute de tension et une perte de connaissance. En fonction de la quantité de venin présente dans le corps et de la morphologie de la personne, les différents symptômes peuvent apparaître entre une demi-heure et plusieurs heures après la morsure, sauf si la personne est allergique au venin car dans ce cas les symptômes apparaissent très vite après la morsure.

La vipère aspic est présente en France et sa morsure venimeuse présente un danger pour l'Homme. © vincentpremel, Adobe Stock

En cas de choc anaphylactique, la vie de la personne est en danger car celle-ci rencontre notamment une arythmie cardiaque et des difficultés à respirer. Les personnes qui connaissent leur allergie sont donc en possession d'adrénaline auto-injectable. Par ailleurs, en cas d'allergie ou non, le comportement suivant est celui à adopter.

Du sang-froid et des gestes simples

Il est important pour la victime et son entourage de conserver leur sang-froid car le stress et l'activité augmentent la vitesse à laquelle le venin se répand dans le corps. Il faut appeler les urgences (le 15 ou le 112) et suivre les conseils que donne l'interlocuteur. En l'absence d'un accès immédiat au téléphone et si la personne mordue est inconsciente, il faut la placer en position latérale de sécurité et veiller à ce qu'elle respire bien. Comme indiqué précédemment, la zone qui a été mordue gonflera, il faut donc ôter les objets et vêtements (bijoux, chaussures par exemple) qui exerceront une pression lorsque l'œdème se formera et veiller à ce que le membre reste immobilisé. En cas de douleur importante, il est possible de prendre du paracétamol mais pas d'aspirine ni d'anti-inflammatoire car ceux-ci fluidifient le sang et augmentent le risque de saignement.

Les erreurs à ne pas commettre

Certains gestes sont à proscrire absolument, tels que la pose d'un garrot, qui peut endommager le membre mordu. Outre la désinfection de la plaie avec un antiseptique et son nettoyage avec de l'eau et du savon, celle-ci ne doit pas être touchée. Il ne faut donc pas utiliser de kit anti-venin, tenter d'aspirer le venin avec la bouche ni inciser la plaie pour tenter d'en faire sortir le venin. Dans tous les cas, si la personne mordue est accompagnée, il faut rester avec elle jusqu'à l'arrivée des secours et surtout, encore une fois, garder son sang-froid.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question Santé de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez (plus ou moins secrètement). Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !