Si votre chien ou votre chat est mordu par une vipère telle que celle-ci, il y a urgence à l’emmener chez un vétérinaire. © pedro, Adobe Stock

Planète

Mon animal s’est fait mordre par une vipère, que faire ?

Question/RéponseClassé sous :chien , chat , animal de compagnie
 

Dès le printemps et jusqu'à l'automne, il n'est pas rare que nos animaux de compagnie, chats comme chiens, se fassent mordre par un serpent. Notamment par une vipère. L'ennui, c'est que cette dernière injecte un venin dangereux pour l'animal. Il y a alors urgence à consulter un vétérinaire. Et en attendant, quelques gestes de premiers secours peuvent aider.

L'hiver, les vipères hibernent. Mais dès les mois de mars ou d'avril, elles réapparaissent dans nos campagnes. En France, on rencontre essentiellement la vipère aspic (Vipera aspis) que l'on trouve sur l'ensemble du territoire, la vipère péliade (Vipera belus), la vipère d'Orsini (Vipera ursinii) et la vipère de Seoane (Vipera seonaei) qui se fait toutefois de plus en plus rare. Et même si on ne sait pas toujours les distinguer, on craint leurs morsures venimeuses.

Également pour nos animaux. Car avec le retour des beaux jours, nos chats sortent peut-être plus. Et nous emmenons généralement plus volontiers nos chiens en balade. Une excellente idée, mais attention aux sorties en lisière de forêt, dans les champs ou les herbes hautes. Car en plus des tiques qui peuvent s'y cacher, nos animaux peuvent y tomber sur une vipère qui, effrayée, pourrait en venir à les mordre.

Selon les vétérinaires, les chats se font généralement mordre les pattes. Alors que les chiens se font attaquer au niveau du museau. Notamment parce que les vipères peuvent se cacher dans des amas de cailloux ou parmi de vieilles branches que les chiens aiment fouiller. Tout cela explique -- au moins en partie -- pourquoi les conséquences d'une morsure de vipère sont généralement plus malheureuses pour ces derniers.

Le réel danger, c’est que votre chien ou votre chat se révèle allergique au venin de vipère. Dans ce cas, la morsure constituera plus encore une urgence vétérinaire. © chalabala, Adobe Stock

Une urgence vétérinaire

Notez d'abord qu'une morsure de vipère se reconnaît par la présence sur la peau de votre animal de deux petits trous séparés de 0,5 à 1 centimètre. C'est une blessure douloureuse. Ainsi, si vous n'avez pas assisté à l'attaque, vous devriez être alerté par les plaintes de votre chat ou de votre chien. Après la morsure, un œdème, une nécrose ou une hémorragie peuvent survenir. Et en fonction de la quantité de venin injecté par la vipère, l'animal subira fièvre, convulsions, diarrhées, vomissements ou même paralysie. Des signes qui apparaissent entre 30 minutes et 3 heures après la morsure.

Vous l'aurez donc compris : une morsure de vipère, c'est une urgence. L'objectif est donc d'emmener au plus vite votre animal chez un vétérinaire. Mais en attendant et pour limiter les conséquences, essayez d'abord de calmer votre animal. Le stress ou un effort accélèrent son rythme cardiaque et donc, la progression du venin dans son corps. Puis essayez de refroidir la morsure. À l'aide d'un tissu froid, d'eau glacée ou même de glaçons. Pour calmer la douleur, cette fois, tout autant que limiter, là encore, la propagation du venin. Vous pouvez aussi essayer d'immobiliser le membre mordu.

En revanche, n'utilisez pas d'alcool. Si vous voulez désinfecter la blessure, utiliser une solution iodée de type bétadine. Pas non plus d'anti-venin pour humain. Ne posez pas de garrot. N'incisez pas la morsure. Ne cherchez pas non plus à la réchauffer. Et éviter même l'utilisation d'un aspivenin. Tous ces gestes risquent d'empirer la situation pour votre animal.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : la vipère du Gabon championne du camouflage  On trouve aux alentours des grottes de Lastoursville, discrètement tapie dans les feuilles mortes, la vipère du Gabon. Laurent Chirio fait partie de l’équipe qui explore ces lieux. Spécialiste des reptiles et des amphibiens, il nous en dit plus sur ce serpent durant cette interview. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !