Une photo d'une cécilie, ici l'espèce Siphonops annulatus. C'est un amphibien apode et annelé qui ressemble à un serpent. © Carlos Jared
Planète

Comme les serpents, ce drôle d'amphibien produirait du venin

ActualitéClassé sous :amphibiens , cécilie , glande à venin

Certaines espèces d'amphibiens possèdent des glandes qui rendent leur peau ou un de leurs organes toxiques. Mais la cécilie géante, un amphibien qui ressemble plus à un serpent qu'à une grenouille, possède une autre sorte de glande toxique. Située à la base de ses dents, cette dernière rendrait sa salive venimeuse.

Les gymnophiona ou cécilies sont des animaux vermiformes qui se confondent facilement avec un serpent. Dépourvu de membres antérieurs et postérieurs, leur long corps allongé et annelé mesure en moyenne entre 20 et 50 centimètres. Ils font partie de l'ordre des amphibiens au même titre que les grenouilles et les salamandres.

Pourtant, une espèce de cécilies, Siphonops annulatus, pousse un peu plus loin la ressemblance avec son lointain cousin le serpent -- les amphibiens appartiennent à la superclasse des tétrapodes aux côtés des reptiles, des mammifères et des oiseaux. Selon une publication parue dans iScience, l'étrange animal possède des glandes pleines de venin qui rendraient sa salive toxique. 

Sur cette image, se distinguent les glandes à venin situées autour des lèvres d'une cécilie. © Carlos Jared

Des glandes à venin reliées aux dents

Pedro Luiz Mailho-Fontana, un post-doctorant de l'institut de Butantan de Sao Paulo (Brésil), a découvert plusieurs autres glandes situées sur la mâchoire supérieure et inférieure de Siphonops annulatus. De longs conduits connectent la glande à la base de chaque dent de l'animal. Leur origine embryonnaire est inédite chez les amphibiens.

Les glandes orales ont la même origine embryonnaire que les glandes à venin des reptiles

« Les glandes toxiques de la peau de la cécilie annelée se forment à partir de l'épiderme, mais ces glandes orales se développent à partir du tissu dentaire, c'est la même origine embryonnaire que les glandes à venin des reptiles », explique Pedro Luiz Mailho-Fontana dans un communiqué.

Les premières analyses du contenu des glandes révèlent la présence de la phospholipase A, une enzyme retrouvée fréquemment dans les glandes venimeuses de plusieurs espèces de reptiles, mais aussi dans le dard des abeilles et des guêpes. Toutefois, des analyses biochimiques complémentaires sont nécessaires pour confirmer que les glandes rendent bien la salive de la cécilie venimeuse, la seule présence de la phospholipase A ne peut en attester. Si c'est le cas, les glandes venimeuses des cécilies pourraient être une version primitive des glandes à venin existantes chez les serpents.

« Les serpents sont apparus au Crétacé, probablement il y a 100 millions d'années, mais les cécilies sont beaucoup plus anciennes, elles sont âgées d'environ 250 millions d'années », explique Marta Maria Antoniazzi, une spécialiste de l'évolution de l'institut Butantan.

Mâchoire supérieure avant montrant les glandes liées aux dents. © Carlos Jared
Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !