La maladie de Berger est une cause majeure d’insuffisance rénale. © hywards, Adobe Stock

Santé

Maladie de Berger

DéfinitionClassé sous :maladie auto-immune , maladie de Berger , atteinte rénale

La maladie de Berger, aussi appelée néphropathie à IgA, est une maladie auto-immune des reins. Elle est due à la production anormale d'anticorps IgA (augmentation en quantité et modification de leur structure), ce qui entraîne la formation d'agglomérats appelés complexes immuns. Ces derniers se déposent dans les glomérules, un réseau capillaire qui participe à la filtration du sang dans les reins. Ces lésions entraînent la destruction progressivement des reins et aboutissent à une insuffisance rénale.

La maladie de Berger est relativement fréquente et touche entre 0,2 % et 1 % de la population. Elle se déclare le plus souvent chez l'adulte jeune (autour de 20 ans), avec un ratio de 6 pour 1 entre hommes et femmes. Les causes et le mécanisme demeurent inconnus mais on soupçonne une composante héréditaire associée à des facteurs environnementaux. Il existe également des formes de maladie de Berger dites secondaires, consécutives à une cirrhose hépatique, une maladie de Crohn, une maladie cœliaque (intolérance au gluten), le VIH, l'hépatite B, une polyarthrite rhumatoïde, un cancer du poumon ou pancréatique.

Maladie de Berger : symptômes

  • présence de sang dans les urines (visible ou non) chez 30 % des patients ;
  • protéinurie ;
  • hypertension artérielle ;
  • insuffisance rénale.

Outre les signes cliniques, le diagnostic définitif repose sur l'analyse de la biopsie rénale qui montre la présence de dépôts d'IgA caractéristiques.

Maladie de Berger : évolution et traitement

L'évolution est extrêmement variable et impossible à prédire : 30 % des patients affectés par une néphropathie à IgA évoluent vers la nécessité de dialyse et une transplantation rénale dans les 20 années après le diagnostic. Le traitement n'est proposé qu'en cas de protéinurie importante ou d'hypertension. Il consiste à prendre des médicaments anti-hypertenseurs et protégeant le rein (IECA - Inhibiteurs de l'Enzyme de Conversion de l'Angiotensine, cortisone). Des tests ont également été menés avec des immunosuppresseurs. Des études chez la souris ont montré qu'un régime sans gluten pouvait stopper la progression de la maladie à un stade précoce, mais cela reste à vérifier chez l'Homme.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !