Le virus Lloviu, proche d'Ebola, isolé pour la première fois sur des chauves-souris en Europe

Classé sous :Virus , Chauve-souris , Ebola
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'étonnante langue de la chauve-souris  Lorsque la chauve-souris glossophage de Pallas s’approche d’une fleur, l’afflux sanguin des papilles à la surface de sa langue augmente. Elle s’allonge ensuite rapidement et permet à l’animal de boire le nectar avec une vitesse et une précision sans commune mesure. Découvrez en vidéo cet étonnant phénomène. 

Il y a un nouveau membre parmi les filovirus, la famille virale d'Ebola : le virus Lloviu. Des scientifiques sont parvenus à l'isoler du sang de Minioptères de Schreibers (Miniopterus schreibersii), une espèce de chauve-souris européenne. Il a été détecté dès 2002 en Espagne, puis en Hongrie, mais seulement par le biais de son matériel génétique constitué d'ARN. Cette fois-ci, les scientifiques ont réussi à cultiver le virus Lloviu en laboratoire sur des cellules de reins de chauve-souris, mais aussi sur des cellules de singes et d'humaines. Cela suggère que le virus Lloviu aurait la capacité d'infecter les êtres humains, mais cela reste à confirmer formellement. À l'heure actuelle, ce n'est qu'une hypothèse.

L'ARN du virus a également été détecté dans des ectoparasites qui vivent sur les Minioptères, comme des tiques (ixodes) et des Nycteribiidae, des insectes qui se nourrissent du sang des petits mammifères volants. « Il est essentiel que nous en sachions davantage sur la distribution de ce virus et que des recherches soient menées dans ce domaine pour évaluer les risques et nous assurer que nous sommes préparés à d'éventuelles épidémies et pandémies », a déclaré Simon Scott, un scientifique de l'équipe à l'origine de ces recherches parues dans Nature Communications

Un minioptère de Schreibers hôte naturel du virus Lloviu. © Ivan Kuzmin, Adobe Stock