23 espèces de chauves-souris abritent des coronavirus susceptibles d’être transmis à l’Homme. © Vectorfair.com, Adobe Stock
Santé

Plus de 400.000 personnes sont infectées chaque année par un coronavirus de type SARS-CoV-2

ActualitéClassé sous :Coronavirus , Epidémie , Pandémie

Quelque 500 millions de personnes en Asie du Sud-Est sont exposées aux chauves-souris porteuses de coronavirus. Des interactions qui présentent un grand risque de transmission, même si la plupart d'entre elles sont bénignes et passent inaperçues.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Live : la cohabitation est-elle toujours possible entre hommes et grands singes après la crise du coronavirus ?  Futura a invité Fabien Quétier, ingénieur agronome et docteur en écologie au bureau d’étude Biotope, et Nicolas Granier, docteur en écologie et primatologue également pour Biotope, à partager avec nous leurs expériences de cohabitation avec des grands singes. 

Si personne n'a encore confirmé l’origine du SARS-Cov-2, il est quasiment certain que le virus provient d'un réservoir animal, et plus probablement d'une chauve-souris. Ces vingt dernières années, plusieurs virus issus de chauves-souris ont ainsi « sauté » de l'animal à l'Homme, causant des épidémies, comme le SRAS, le MERS, et bien sûr, la Covid-19. Des événements, somme toute, relativement rares. À moins que...

Selon une nouvelle étude pré-publiée sur le serveur MedXriv, environ 400.000 personnes seraient infectées chaque année par un coronavirus de type SARS-CoV. Et l'on parle bien ici d'une transmission directe et non pas de tous les cas de transmission interhumaine qui peuvent éventuellement survenir après. En somme, c'est un peu comme si l'on avait 400.000 « patients zéro » de SARS-CoV-2 chaque année.

Chaque infection représente un risque potentiel que le virus s’adapte à l’humain

Sauf que, bien entendu, la plupart de ces coronavirus n'entraînent aucun symptôme ou seulement des symptômes bénins, de telle sorte que ces infections passent complètent inaperçues. Soit ils sont mal adaptés à l'humain, soit ils sont immédiatement détruits par le système immunitaire, soit ils restent cantonnés à de petites communautés. Néanmoins, chacune des 400.000 infections représente le risque que le virus s'adapte à son hôte et entraîne une épidémie, mettent en garde les chercheurs. « Il y a certainement aussi un grand nombre de maladies liées à ces coronavirus et dont on n'identifie pas la cause », avance Peter Daszak, l'auteur principal de l'étude.

Un modèle statistique et épidémiologique

Parmi les chauves-souris, 23 espèces sont connues pour être porteuses de coronavirus de type SRAS susceptibles de passer à l'Homme. Ces chauves-souris vivent pour la plupart en Asie -- ce qui explique pourquoi la majorité des épidémies trouvent leur source dans cette région--, notamment dans le sud de la Chine, au Laos, au Vietnam et en Indonésie, des zones très peuplées. Peter Daszak et ses collègues de l'alliance EcoHealth et de la Duke-NUS Medical School de Singapour ont créé une carte détaillée des 23 espèces et ont constaté que 500 millions de personnes étaient exposées à ces chauves-souris.

Ils ont ensuite utilisé un modèle épidémiologique et statistique pour évaluer la fréquence des zoonoses liées à ces chauves-souris. Ils se sont par exemple appuyés sur une précédente étude portant sur 218 personnes et montrant qu'au moins de 3 % d'entre elles avaient été testées positives pour les anticorps de coronavirus transmis par les chauves-souris. Les chercheurs ont pris en compte différents paramètres, comme le nombre d'espèces de chauves-souris susceptibles d'abriter des virus de type SRAS, la capacité de ces virus à infecter les humains, la durée et la fréquence de contacts, ou le degré d'immunité des populations exposées.

Carte : a) Nombre d’espèces de chauves-souris avec des virus de type SARS-CoV en Asie du Sud-Est. b) Risque de transmission (nombre d’espèces rapportées à la population humaine). © Peter Daszak et al., MedXriv, 2021
La meilleure façon de prévenir les épidémies est de contrôler le passage initial de l’animal à l’Homme

Cette étude n'est pas la première à montrer la forte présence des coronavirus de type SRAS chez les chauves-souris. En février, des scientifiques avaient ainsi identifié deux variants proches du SARS-CoV-2 circulant au Cambodge il y a plus de 10 ans. En 2020, six coronavirus inconnus avaient été identifiés chez des chauves-souris en Birmanie. Les coronavirus ne sont cependant pas les seuls virus animaux à menacer les humains.

Le virus Ebola, par exemple, est un filovirus tandis que le virus de Lassa est un arénavirus (le principal réservoir de ce dernier est un petit rongeur appelé Mastomys natalensis). Mais, dans le contexte de la Covid-19, notre attention devrait particulièrement se porter sur les virus SARS-CoV, avancent les auteurs de l'étude. « La meilleure façon de prévenir les épidémies et les pandémies est de contrôler le passage initial de l'animal à l'Homme et de surveiller le début de propagation des épidémies avant qu'elles ne deviennent incontrôlables ». Comme on le voit sur les cartes, le travail se situe clairement du côté de l'Asie.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !