Il n'y a pas que les oies qui tardent à quitter les contrées du nord de l'Europe pour venir passer l'hiver sous nos contrées. Les oiseaux migrateurs au long cours – ceux qui hivernent en Afrique tropicale – semblent être particulièrement tardifs à partir cet automne. Et cette fois, la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) le confirme : la situation n'est pas normale !
Cela vous intéressera aussi

De mémoire d'ornithologueornithologue, on n'avait jamais vu ça. En cette première semaine de décembre, le réseau des observateurs de la LPOLPO et des autres associations signalent des hirondelles un peu partout en France, y compris jusqu'à Dunkerque (Nord). Si l'hirondelle rustique - dont quelques oiseaux hivernent à présent presque chaque année dans notre pays - forme le gros du contingent, on signale aussi quelques hirondelles de fenêtrefenêtre, et même une hirondelle de rivage dans l'Aude, espècesespèces plus sensibles au froid que leur cousine. Le plus incroyable est cette hirondelle rousseline (originaire du pourtour méditerranéen) observée le 30 novembre... en baie de Somme !

D'autres migrateursmigrateurs au long courslong cours sont encore signalés en ce moment même dans l'hexagone. Ainsi la rousserolle effarvatterousserolle effarvatte, petit passereaupassereau des marais, qui part théoriquement en août et septembre. Ou encore l'engoulevent d'Europe, aux mœurs nocturnesnocturnes, et dont un individu a été signalé en Camargue.

Balbuzard pêcheur, milanmilan noir, faucon hobereau, cigogne blanchecigogne blanche, pluvier guignard, chevalier stagnatile, sternes pierregarinsternes pierregarin et arctiquearctique, sont autant de migrateurs au long cours - certains hivernants très loin vers l'Afrique du Sud - qui ont été signalés récemment en migration.

Pour Philippe J. Dubois, en charge du programme « avifauneavifaune et changements climatiqueschangements climatiques » à la LPO, ce phénomène « est un indice de plus que nous sommes témoins de changements climatiques rapides, majeurs, auxquels sont confrontés les oiseaux et singulièrement les migrateurs ». Il ajoute que « la migration n'est pas une processus biologique irréversible. C'est une stratégie adaptative comportementale des espèces face à des modifications de l'environnement et en premier lieu, climatiques. Une espèce sédentaire peut devenir migratrice si les conditions de vie ne sont plus satisfaisantes. De même, un migrateur peut se sédentariser au fil du temps ».

Mais les choses semblent aller très vite à présent. C'est pourquoi la LPO s'interroge, comme la plupart des scientifiques, sur la capacité d'adaptation des oiseaux dans un laps de temps aussi court, puisque ces changements climatiques se font à une vitessevitesse remarquable. Le scénario climatique hivernal comporte encore des incertitudes et nul ne sait quelle sera la bonne stratégie pour les oiseaux : partir ou rester ?

Pour les ornithologues la question n'est donc plus « y aura-t-il de la neige à Noël ? », mais bien plutôt « y aura-t-il des hirondelles à Noël ? ».

Allain Bougrain DubourgAllain Bougrain Dubourg

Président de la LPO

Et la migration de printemps ?

La LPO s'inquiète également sur le retour (migration de printemps) des oiseaux qui pourraient ne pas trouver les ressources alimentaires (insectesinsectes) dont les pics de production se montreraient trop précoces en raison du réchauffement.