La thérapie génique a pour but de remplacer un gène défectueux par une copie fonctionnelle dans le chromosome des patients. Les méthodes d'insertions actuelles utilisent des systèmes viraux pour transférer le gène d'intérêt dans le chromosome. Mais l'insertion du gène par le virus s'effectue de manière aléatoire dans le génome, ce qui représente un risque important de complications secondaires.
Cela vous intéressera aussi

Le risque entraîné par ces insertions aléatoires à été récemment mis en évidence à l'hôpital Necker (Paris), où un protocoleprotocole de thérapie géniquethérapie génique pour traiter des enfants atteints d'une maladie génétiquemaladie génétique incurable (X-SCID, aussi appelée "les enfants bulles") a été interrompue suite au développement d'une leucémieleucémie par un des enfants. Cette leucémie étant la conséquence directe de l'insertion du gènegène "thérapeutique" dans un gène suppresseur de tumeur.

La nouvelle méthode développée par Michele Calos et ses collaborateurs, à l'Université de Stanford (Californie), permet l'insertion ciblée du gène à un locuslocus précis du chromosome.

La méthode est basée sur un mécanisme communément utilisé par les bactériophagesbactériophages (virusvirus infectant des bactériesbactéries). Une enzymeenzyme, "l'intégrase" permet de couper et d'insérer l'ADNADN phagique en un point spécifique à l'intérieur de l'ADN bactérien. Pour ce faire l'enzyme reconnaît une séquence sur l'ADN phagique appelée le site donneur attB et le lie à un site spécifique sur l'ADN bactérien le site receveur attB. Il existe aussi des sites attB chez les mammifèresmammifères, suggérant qu'ils puissent être utilisé comme point d'insertion pour des gènes thérapeutiques.

L'équipe a injecté dans des souris modèles de l'hémophiliehémophilie le gène codant pour le facteur de coagulationcoagulation IX lié a une site attB. Au même moment certaines souris ont aussi reçu une injection de l'enzyme "intégrase". Après une semaine les souris ayant reçu le traitement à l'intégraseintégrase ont montré une expression 12 fois plus importante du facteur IXfacteur IX, que les souris non traitées. Démontrant ainsi que l'intégrase avait bien permis l'intégration et l'expression du transgènetransgène dans les chromosomes de la souris.

De plus parmi les 53 sites d'intégration possibles dans le génomegénome de la souris, le gène codant le facteur IX n'a été retrouvé qu'à deux positions, dont une largement majoritaire. Ceci démontre bien la spécificité d'intégration de cette nouvelle technique.

L'équipe du Pr Calos espère maintenant pouvoir rapidement entreprendre des essais cliniquesessais cliniques chez l'homme, afin de soigner une maladie génétique mortelle de la peau chez l'enfant.

Par OlivierOlivier Namy - Futura-Sciences UK