L'huile de soja modifie l'expression d'une centaine de gènes au sein de l'hypothalamus des souris. © polsen, Adobe Stock

Santé

L’huile de soja est néfaste pour le cerveau de la souris

ActualitéClassé sous :Nutrition , biologie , soja

Une nouvelle étude confirme que l'huile de soja est néfaste pour le cerveau des rongeurs et plus précisément pour leur hypothalamus. 

L'huile de soja est l'une des matières grasses végétales les plus consommées au monde derrière l'huile de palme. Pourtant, sa surconsommation présenterait un risque pour la santé, si l'on en croit le faisceau de preuves à notre disposition : corrélation avec des pathologies métaboliques chez les humains, nocivité probable chez l'animal et mécanisme biologique identifié. Une nouvelle étude parue dans la revue Endocrinology met en évidence que l'huile de soja serait intrinsèquement néfaste pour l'hypothalamus des souris, résultats qui viennent s'ajouter à une expérience plus ancienne qui avait également démontré l'effet néfaste de l'huile de soja sur la signalisation insulinique de l'hypothalamus.

Si les effets de l'huile de soja sur l'hypothalamus de la souris s'avèrent mauvais, qu'en est-il pour l'Homme ? © Jaboticaba Fotos, Adobe Stock

L'huile de soja altère l'expression de certains gènes 

On savait déjà que la consommation en excès d'huile de soja avaient des conséquences néfastes sur la santé. Pour expliquer ce phénomène, des scientifiques étudient les effets de cette huile sur l'hypothalamus des souris dans le cadre d'un régime riche en graisse. Trois groupes de souris ont été formés, chacun consommant un type d'huile différent (huile de soja, huile de soja dépourvu d'acide linoléique, huile de coco). L'huile de soja avec ou sans oméga-6 altère l'expression de plus de 100 gènes au sein de l'hypothalamus dont ceux associés à l'ocytocine, un neurotransmetteur important, corrélé à la dépression et à l'autisme lorsqu'il dysfonctionne. Cette étude permet de confirmer des soupçons déjà établis et de démontrer que ces effets sont indépendants de la teneur en oméga-6 de l'huile de soja. Enfin, on ne sait pas vraiment quel composé au sein de l'huile de soja cause tous ces dommages. Rappelons que dans un aliment on trouve en moyenne plus de 26.000 composés. Reste à trouver celui ou ceux (en combinaison) qui posent problème.

Il faut diminuer notre consommation d'huile de soja

Si l'on ne sait pas très bien ce qui cause tous ces effets délétères chez les souris, et si les mêmes effets sont à l'œuvre chez l'Homme, on peut d'ores et déjà conseiller à la population de consommer moins d'huile de soja. C'est ce que préconisent les auteurs de l'étude dans leur papier. On pourrait suggérer à la population de se servir à la place d'huile d'olive ou de colza qui confèrent un profil nutritionnel adéquat à une bonne santé. Sans sombrer dans la paranoïa, on peut éviter de l'utiliser en cuisine et fuir les plats préparés qui en contiennent. Bien sûr, il y a des enjeux économiques qui font que cette huile est fortement disponible et peu chère. Peut-être faut-il revoir l'approche systémique de nos systèmes alimentaires, comme le suggérait récemment un rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le cadre de la malnutrition ? 

  • L'huile de soja est la deuxième huile la plus consommée au monde. 
  • Cette huile a un impact délétère sur l'hypothalamus des souris révèlent plusieurs études.
  • Cela devrait pousser à éviter sa consommation exacerbée dans notre alimentation.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi