Des résultats exploratoires ont examiné le lien entre la consommation d’oméga-3 et la structure cérébrale et la fonction cognitive chez des personnes d’âge moyen. Bonne nouvelle, même une petite consommation de ces acides gras serait bénéfique pour la santé du cerveau.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Interview : le neurofeedback permet-il au cerveau de mieux fonctionner ? Le neurofeedback offre à un utilisateur la possibilité d’observer l’activité de son propre cerveau. Cette procédure non invasive possède des applications plutôt inattendues. Futura-Sciences a interviewé, lors de son allocution à TEDxCannes, Maureen Clerc, chercheuse à l’Inria (Institut national de recherche en informatique et en automatique), afin qu’elle nous parle en détail de cette technique.

Selon une nouvelle étude publiée dans Neurology, la présence d'oméga-3 dans les globules rougesglobules rouges est associée à une meilleure structure cérébrale et à une meilleure fonction cognitive chez des quadragénaires en bonne santé.

Le régime alimentaire est un facteur clé de la santé du cerveaucerveau et en particulier les oméga-3, associés à de meilleurs résultats neurologiques chez les personnes âgées. Pour rappel, les oméga-3 sont des acides grasacides gras polyinsaturés essentiels que l'on retrouve surtout dans les poissons gras, les alguesalgues et les huiles végétales comme l'huile de noixnoix, de lin ou de colza. Cependant, les études sur l'association entre oméga-3 et santé du cerveau de personnes d'âge moyen font défaut.

L'hippocampe, une structure du cerveau, joue un rôle majeur dans l'apprentissage et la mémoire. © pankajstock123, Adobe Stock
L'hippocampe, une structure du cerveau, joue un rôle majeur dans l'apprentissage et la mémoire. © pankajstock123, Adobe Stock

Toute quantité d’oméga-3 est bénéfique pour le cerveau

La recherche a inclus 2.183 participants de 46 ans en moyenne, exempts de démencedémence et d'accident vasculaire cérébral. Les chercheurs ont examiné la relation entre les concentrations en oméga-3 des globules rouges et les mesures de l'IRMIRM cérébrale (soit le volumevolume total du cerveau, le volume total de la matièrematière grise et le volume de l'hippocampehippocampe) et de la fonction cognitive (la mémoire épisodiquemémoire épisodique, la vitessevitesse de traitement, la fonction exécutive et le raisonnement abstrait).

Résultat : il suffit de consommer ne serait-ce qu'un peu d'oméga-3 pour constater des bénéfices pour le cerveau. Toutefois, un indice d'oméga-3 plus élevé était associé à des volumes d'hippocampe plus importants et à un meilleur raisonnement abstrait (à savoir la capacité de comprendre des concepts complexes à l'aide d'un raisonnement logique). Des études supplémentaires dans cette tranche d'âge devront confirmer ces résultats exploratoires.