Les docteurs de peste portaient-ils vraiment un masque armé d'un bec ? © illustrissima, Adobe Stock
Santé

Cabinet de curiosités : le masque du docteur de peste, mythe ou réalité ?

ActualitéClassé sous :médecine , histoire , peste

Bienvenue dans ce troisième chapitre du Cabinet de curiosités ! Aujourd'hui, nous voyageons quelques siècles en arrière, à la rencontre d'une figure mythique de l'histoire de la médecine : le docteur de peste. Ce personnage légendaire a-t-il vraiment existé ? C'est la question que nous allons tenter d'élucider.

 
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vidéo : nouveau cas de peste bubonique en Mongolie-Intérieure  Dimanche 5 juillet 2020, les autorités de la région de Mongolie-Intérieure, au nord du pays, ont annoncé qu'un berger est atteint de la peste bubonique. 

Peu d'épisodes ont autant marqué l'Histoire et l'imaginaire collectif que la terrible peste noire qui a ravagé l'Europe entre les années 1346 et 1353, éradiquant entre un quart et la moitié de sa population. On associe à cette ère de pestilence l'image des corps perclus de bubons jonchant les rues, des portes fermées contre les émanations de charniers que l'on brûle, et des processions de flagellants mêlant leurs prières aux sons des lamentations. Et bien sûr, bien sûr, on lui associe l'image du célèbre masque à tête d'oiseau habillant le visage des médecins de peste. À tort.

Masque et bouquet garni

La première mention du masque à bec d'oiseau n'arrive que deux siècles et demi après la peste noire, durant la seconde vague, plus longue et plus sporadique, de la pandémie. On attribue à Charles Delorme, l'extravagant premier médecin de Louis XIII, la description d'un costume protecteur en 1619. Celui-ci consiste en une chemisette, des culottes, des bottines et des gants en cuir de caprin (maroquin du Levant), ingénieusement enfilés pour ne laisser aucune ouverture à l'air extérieur. Un long manteau, lui aussi de cuir, ou de toile de lin cirée, recouvre le tout tandis que le visage est équipé de bésicles et d'un faux nez en forme de bec.

Pourquoi l'ajout de cet appendice singulier ? La théorie des miasmes, en vogue à l'époque, suggère que certains airs « mauvais » sont porteurs de maladies, et que les germes -- dont on ignore alors l'existence -- ne se transmettent pas via le contact entre deux individus mais par l'inhalation de ces vapeurs nocives, présentes dans certains endroits contaminés. Pour le porteur du masque, il importe donc de se prémunir contre ces gaz en purifiant l'air qui parvient à ses narines. Pour ce faire, il opte pour un « bouquet garni » de vinaigre ou d'herbes aromatiques comme la myrrhe, le thym, le camphre ou les clous de girofle, dont il imbibe deux petits morceaux d'éponge placés entre les ouvertures à l'avant du bec et son nez.

Le docteur de peste, ainsi que le dépeint l'illustration accompagnant le poème satirique « Doctor Schnabel von Rom ». © Paul Fürst, Domaine public, Wikimedia Commons

Tous masqués ? Pas si sûr

C'est néanmoins ce que suggère la théorie car, dans les faits, les sources historiques attestant de l'usage de ce type de masque sont rares et ambiguës. Le plus ancien masque jamais retrouvé nous provient d'un lazaret vénitien et daterait du tournant du XVIIIe siècle, soit près de deux cents ans après la première description faite par Delorme. La première illustration connue date pour sa part de 1656, mais vient en accompagnement d'un poème satirique italien particulièrement acerbe, et doit donc être interprétée avec précaution. D'autres caricatures de médecins romains ou marseillais circulent par la suite durant le XVIIIe siècle, les dépeignant masqués et portant à la main un bâton dédié à tâter le pouls des patients en se tenant à une saine distance.

L'illustration présentée par Bartholin en 1661. © Staatliche Bibliothek Regensburg

En 1661, le médecin danois Thomas Bartholin publie la description d'un médecin romain qu'il accompagne d'une illustration semblant corroborer la légende. Malheureusement, un rapide coup d'oeil à l'image suffit à percevoir qu'il s'agit là d'une copie trait pour trait de la caricature accompagnant le pamphlet italien. Quant aux deux masques découverts en Allemagne, Marion Maria Ruisinger, du musée d'Ingolstadt, offre sur eux un éclairage fascinant, suggérant que peu d'éléments semblent soutenir l'idée qu'ils auraient été utilisés dans un but médical.

Masque présenté au musée d'Ingolstadt, dont l'origine et l'emploi demeurent incertains. © DMMI

Au final, les sources historiques -- ou plutôt l'absence de sources historiques pointant vers un usage clair et répandu des masques de docteurs de peste -- semblent indiquer que ceux-ci relevaient plus de l'objet satirique et symbolique que d'un véritable accessoire dans la panoplie du docteur de l'époque. De nombreuses expérimentations ont certainement eu lieu au cours des siècles que dura la pandémie, néanmoins aucune ne semble avoir donné naissance à un masque de cette forme dont l’usage se serait généralisé. Nous avons probablement la commedia dell'arte, le carnaval de Venise et les quelques pamphlets massivement diffusés à l'époque, à remercier pour l'élévation au rang de légende celui que l'on appelle le médecin de peste.

Et de trois ! Rendez-vous dans deux semaines avec une nouvelle curiosité. © AdobeStock, nosorogua, Futura
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !