Les rats et la peste. © yadamons, Fotolia

Sciences

Pourquoi y avait-il la peste au Moyen Âge ?

Question/RéponseClassé sous :Moyen Âge , la peste au Moyen Âge , bacille de la peste

La peste au Moyen Âge a ravagé une grande partie de l'Europe. Réapparue en 1347 en Asie, elle se propage rapidement via les guerres, et touche les populations les plus faibles, faisant au passage des millions de victimes.

La réapparition de la peste au Moyen Âge en Occident est due au voyage d'une bactérie, le bacille de Yersin. Celle-ci, qui puise son origine en Asie centrale, se transmet via les puces et les rats et permet la migration de la maladie de l'animal vers l'homme. Cette propagation a été l'œuvre des rats occupant les bateaux ancrés dans les ports italiens. La bactérie Yersinia pestis est transmise aux puces qui se nourrissent du sang des rongeurs. Lorsqu'un rat meurt, les parasites abandonnent son corps et peuvent se reporter sur l'homme.

En 1347, la peste noire, comme on la surnomme, prend une forme pulmonaire et tue en à peine quelques jours ceux qui ont contracté le virus. La peste n'est pas une épidémie propre au Moyen Âge mais elle fut la plus désastreuse, la plus mortelle. Les Européens n'avaient plus vu la peste à leurs portes depuis plusieurs années, les premiers cas de peste furent décelés au VIe siècle. Au Moyen Âge, la pandémie se répand comme une traînée de poudre sur le pourtour méditerranéen, et atteint aussi bien l'Égypte que la France. Les populations sont déjà affaiblies par les nombreuses épidémies et famines qui ravagent les pays.

La peste d'Elliant, 1849, huile sur toile de Louis Duveau. © Musée des Beaux-Arts de Quimper, Wikimédia Commons, domaine public.

Plus d'un tiers de la population victime de la peste au Moyen Âge

Très contagieuse, la peste noire sévit pendant plus de cinq ans dans toute l'Europe, avant de disparaître complètement. Le froid et les nombreuses guerres ont en effet permis à la maladie de se propager encore plus rapidement. La médecine se montrait impuissante face à cette catastrophe sanitaire. Le désarroi de la population a entraîné des atrocités. Le peuple juif fut désigné bouc émissaire, des pogroms firent disparaître des dizaines de milliers de juifs. 

On estime à environ 35 % la population qui fut touchée et foudroyée par la maladie, soit plus de 25 millions d'Européens. Cette épidémie eut des conséquences démographiques, économiques et sociales durables sur la civilisation européenne.

À savoir

On doit à Yersin la découverte du bacille de la peste (Yersinia pestis), en 1894.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi