Les édulcorants et les additifs alimentaires sont utilisés dans de nombreux aliments et boissons. Des chercheurs ont approfondi le sujet et les résultats de leur étude suggèrent qu'ils pourraient bien représenter un facteur de risque accru de maladies cardiovasculaires qui sont la première cause de mortalité dans le monde. Identifier les facteurs de risque associés à ces maladies pour mieux les prévenir constitue un véritable enjeu de santé publique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une expérience astucieuse pour savoir si votre soda est vraiment sans sucre Comment être certain qu’un soda ne contient que peu ou pas de sucre ? Unisciel et l’université de Lille 1 nous proposent en vidéo une expérience qui pourra fournir la réponse. Petit indice : il suffit de connaître la masse volumique du contenu de la canette…

Une équipe de chercheurs français s'est intéressée aux conséquences sur la santé de la consommation d'édulcorants. Ils ont analysé les données de santé de 103.388 adultes participants à l'étude de cohortecohorte française NutriNet-Santé au regard de leur consommation globale de ce type d'additifs alimentaires. Cette étude a été conduite par et chercheuses de l'Inserm, de l'Inrae, du Cnam, de l'Université Sorbonne Paris Nord et d'Université Paris Cité, au sein de l'Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren). Les résultats de ces analyses statistiques publiés dans le British Medical Journal suggèrent une association entre la consommation générale d'édulcorants et un risque accru de maladies cardiovasculaires.

L'innocuité des édulcorants fait débat 

Les effets délétères des sucres ajoutés ont été établis pour plusieurs maladies chroniques, ce qui a conduit les industries alimentaires à utiliser des édulcorants artificiels comme alternatives dans une large gamme d'aliments et de boissons. Cependant, l'innocuité des édulcorants artificiels fait l'objet de débats et les données restent contrastées quant à leur rôle dans l'apparition de diverses maladies. Une publication récente avait par exemple observé une association entre la consommation d'édulcorants et le risque accru de cancer.

Sur les bases d'une même méthodologie impliquant une vaste étude en population, l'équipe, a voulu examiner les associations entre la consommation d'édulcorants et le risque de maladies cardiovasculaires (maladies coronariennes -- maladies qui touchent les artèresartères coronaires ayant pour fonction d'alimenter le cœur en sang -- et maladies cérébrovasculaires -- les maladies cérébrovasculaires sont causées par des lésions cérébrales survenues suite à une circulation sanguine insuffisante ou à une hémorragie cérébrale).

Alors que l'augmentation du risque de maladies cardiovasculaires associée à la consommation de boissons édulcorées a été suggérée par plusieurs études épidémiologiques, aucune ne s'était, jusqu'à présent, intéressée à l'exposition aux édulcorants artificiels dans leur ensemble, et pas seulement aux boissons qui les contiennent. Or les édulcorants sont par exemple présents dans certains produits laitiers, et une multitude d'aliments allégés.

Les scientifiques se sont ici appuyés sur les données communiquées par 103.388 adultes français participant à l’étude NutriNet-Santé. © Mathilde Touvier/Inserm
Les scientifiques se sont ici appuyés sur les données communiquées par 103.388 adultes français participant à l’étude NutriNet-Santé. © Mathilde Touvier/Inserm

Une évaluation précise de l'exposition aux additifs

Les scientifiques se sont ici appuyés sur les données communiquées par 103.388 adultes français participant à l'étude NutriNet-Santé. Les volontaires ont eux-mêmes déclaré, via des questionnaires spécifiques, leurs antécédents médicaux, leurs données sociodémographiques, leurs habitudes en matièrematière d'activité physique, ainsi que des indications sur leur mode de vie et leur état de santé. Ils ont également renseigné en détail leurs consommations alimentaires en transmettant aux scientifiques des enregistrements complets sur plusieurs périodes de 24 heures, incluant les noms et marques des produits. Cela a permis d'évaluer précisément leurs expositions aux additifs, et notamment aux édulcorants.

Le saviez-vous ?

L’étude NutriNet-Santé est une étude de santé publique coordonnée par l’Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle (Eren, Inserm/Inrae/Cnam/Université Sorbonne Paris Nord) qui, grâce à l’engagement et à la fidélité de plus de 170.000 Nutrinautes, fait avancer la recherche sur les liens entre la nutrition (alimentation, activité physique, état nutritionnel) et la santé. Lancée en 2009, l’étude a déjà donné lieu à plus de 250 publications scientifiques internationales. Un appel au recrutement de nouveaux Nutrinautes est toujours lancé afin de continuer à faire avancer la recherche sur les relations entre la nutrition et la santé.

En consacrant quelques minutes par mois à répondre, via Internet, sur la plateforme sécurisée etude-nutrinet-sante.fr aux différents questionnaires relatifs à l’alimentation, à l’activité physique et à la santé, les participants contribuent à faire progresser les connaissances sur les relations entre l’alimentation et la santé.

Après avoir recueilli les informations sur le diagnosticdiagnostic de maladies cardiovasculaires au cours de la période de suivi (2009-2021), les chercheurs et chercheuses ont effectué des analyses statistiques afin d'étudier les associations entre la consommation d'édulcorants et le risque de maladies cardiovasculaires des participants. Ils ont tenu compte de nombreux facteurs potentiellement confondants tels que l'âge, le sexe, l'activité physique, le tabagisme, les antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires, ainsi que les apports en énergieénergie, alcoolalcool, sodiumsodium, acides gras saturés et polyinsaturés, fibres, sucre, fruits et légumes et viande rouge et transformée.

Les édulcorants, une alternative au sucre de moins en moins recommandée

Les scientifiques ont constaté que la consommation totale d'édulcorants était associée à une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires, et plus précisément de maladies cérébrovasculaires. Concernant les types d'édulcorants, l'aspartameaspartame était plus étroitement associé au risque de maladies cérébrovasculaires et l'acésulfame-K et le sucralose au risque de maladies coronariennes.

Voir aussi

Naturellement vôtre : les risques liés aux cocktails des additifs alimentaires

« Cette étude à grande échelle suggère, en accord avec plusieurs autres études épidémiologiques sur les boissons édulcorées, que les édulcorants, additifs alimentaires utilisés dans de nombreux aliments et boissons, pourraient représenter un facteur de risquefacteur de risque accru de maladies cardiovasculaires », explique Charlotte Debras, doctorante et première auteure de l'étude. Des recherches supplémentaires dans d'autres cohortes à grande échelle seront nécessaires pour venir reproduire et confirmer ces résultats.

« Ces résultats, en accord avec le dernier rapport de l’OMS publié cette année, ne soutiennent pas l'utilisation d'édulcorants en tant qu'alternatives sûres au sucre et fournissent de nouvelles informations pour répondre aux débats scientifiques concernant leurs potentiels effets sur la santé. Ils fournissent par ailleurs des données importantes pour leur réévaluation en cours par l'Autorité européenne de sécurité des alimentsAutorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et d'autres agences de santé publique dans le monde », conclut Dr Mathilde Touvier, directrice de recherche à l'Inserm et coordinatrice de l'étude.