Qu'en est-il aujourd'hui de la Planète ? © Ejaugsburg, Pixabay, DP

Santé

« Vive la rentrée », le billet d'humeur du Dr Arnaud Cocaul

ActualitéClassé sous :Divers , Homme et climat , Environnement

« Pendant que je dormais, pendant que je rêvais, les aiguilles ont tourné, il est trop tard... », chantait le poète. Environnement, consommation, société..., la rentrée m'invite à vous livrer un billet d'humeur.

Dans son rapport publié en août, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) alerte sur l'utilisation, sans précédent dans l'histoire humaine, des sols et de l'eau douce afin de pourvoir aux besoins croissants de la population mondiale en denrées animales, pour parler uniquement alimentation. 30 % des émissions de gaz à effet de serre et 70 % de la consommation d'eau douce sont issus de l'agro-alimentaire.

Notre environnement se dégrade

Les mauvaises nouvelles volent en escadrille et on apprend qu'un tiers des stocks de poisson sont surexploités, que la consommation de viande continue sa progression puisque tous les pays émergents veulent manger de la viande, de la volaille. Rien que pour l'Afrique, ce géant en termes de population, on prévoit une explosion de la consommation de bœuf et du porc de l'ordre de 200 % et de 211 % pour la volaille d'ici 2050, soit demain. Alors les industriels peu scrupuleux, les gouvernements corrompus continuent la déforestation en Afrique tropicale, en Amazonie, en Indonésie. Le permafrost est touché de façon irrémédiable aux pôles, l'Amérique de Donald Trump veut acheter le Groenland non pas pour en faire un sanctuaire écologique. La Chine continue de ratiboiser les océans en rachetant même des ports en Méditerranée, ce qui lui permet de trouver de nouvelles zones à exploiter.

Pour continuer le registre des mauvaises nouvelles après les vaches folles, les œufs au Fipronil et autres lasagnes à la viande de cheval, on nous sert des produits ultra-transformés riches en sirop de sucre inverti, amidon, arômes non indispensables mais tout cela Bio !

L'Angleterre qui sort de l'Union européenne le 30 octobre prochain, peut-être sans accord, risque de nous faire parvenir des produits canadiens ou américains à croissance ultra rapide comme des poulets bien trop dodus et qui n'ont jamais connus le plein air dans leur courte vie. L214 continuera de nous envoyer des vidéos d'abattoirs peu soucieux du bien être animal et Boucherie Abolition voudra faire la peau de tous les amateurs de viande qui subsistent en France.

Tirer la sonnette d'alarme

Tout cela n'est pas très réjouissant mais en tant que nutritionniste, je me dois de tirer une autre sonnette d'alarme. Le poids des adolescents garçons et filles (français) se dégradent d'après le dernier rapport gouvernemental du DREES publié en août 2019 (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques). 5,2 % des jeunes sont en obésité et 18,4 % en surcharge pondérale. On peut ajouter que la maigreur monte en puissance (plus de 11 % chez les jeunes filles) à l'heure d'Instagram, Snapchat, des selfies et autres réseaux viraux sociaux où l'on cherche à être « liker  » un maximum de fois pour se prouver que l'on est pas seul(e) au monde et qu'il y a des gens qui nous aiment. On touche au pathétique et à la perte de sens commun.

Je peux vous l'annoncer, en avant première, les chiffres vont continuer de se dégrader avec des phases temporaires faussement rassurantes de stagnation. Pourquoi ? Parce qu'entre autres la forêt amazonienne brûle, parce que les océans montent à la faveur de la fonte des glaces libérant des tonnes de CO2.

Pollution et obésité 

Quel rapport ? Je l'affirme : la pollution est pourvoyeuse d'obésité tout comme l'utilisation du glyphosate et autre chlordécone largement utilisés dans les années 1970 à 1990 aux Antilles. Le tissu adipeux est un tissu de protection pour notre corps stockant les substances toxiques afin de protéger coûte que coûte notre cerveau et notre appareil reproducteur. Plus on est gros, plus on peut se mettre à stocker. La perte de poids rapide est d'ailleurs dénoncée comme pratique dangereuse car libérant brutalement des substances néfastes dans l'organisme sans qu'il y ait moyen de contrôler l'élimination de ces toxiques.

L'obésité en augmentation dans le monde. © Joenomias, Pixabay, DP

Autre conséquence de la montée en puissance mondiale de l'obésité dans le monde actuel et futur, les besoins métaboliques de chacun vont augmenter. Notre ration alimentaire et nos besoins en eau vont donc augmenter, même si la population mondiale voyait son nombre rester constant.

Alors avec 9,7 milliards d'humains attendus en 2050, comment va-t-on maîtriser cela ? Je ne possède pas la réponse, je constate et je me désole.

Les palabres des politiciens cela devrait suffire, les actes dénoués d'intérêt partisan et de conflits d'intérêt priment et dès maintenant. « Pendant que je rêvais, les aiguilles ont tourné, il est trop tard, passe passe le temps, il n'y en a plus pour très longtemps » chantait Georges Moustaki. Nous avons rêvé d'un monde meilleur en 1968, je pense que nous l'avons dégradé de façon irrémédiable et nous en sommes responsables devant le tribunal de l'Histoire. Vive la rentrée ! 

On pourrait me trouver désabusé à la lecture de cet article, je crois pourtant qu'il reste des gens de bonne volonté mais ils ne sont pas suffisamment écoutés ou audibles. Les agitateurs d'idées et les lanceurs d'alerte doivent continuer leur travail. Il faut que cesse cette idée que le monde n'existe que pour l'Homme, l'anthropocentrisme qui officie largement actuellement. Un peu d'humilité de l'Homme face à la planète Terre est à remettre en perspective.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

En savoir plus sur le Dr Arnaud Cocaul

Le Dr Arnaud Cocaul est médecin nutritionniste, spécialisé dans la prévention de l'obésité et les troubles du comportement alimentaire en général. Il intervient dans les médias autour de sujets concernant la nutrition, et est favorable à une interface avec les médias. Il dispense des conférences grand public toujours dans l'esprit d'être un passeur et a participé à la réalisation d'une application ludique (Serious game) pour mobile, baptisée KcalMe.

Son encyclopédie des super aliments :