La bronchiolite est une infection virale très fréquente chez le nourrisson. Pour certains d’entre eux, l’infection peut être grave. Du fait des gestes barrières, le virus de la bronchiolite a très peu circulé durant l'hiver 2020-2021. Le Conseil scientifique prédit une épidémie de grande ampleur pour l’hiver 2022 et potentiellement une pression sur le système hospitalier.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Une femme décède du coronavirus après une greffe de poumon Une femme est décédée après avoir reçu une greffe de poumons infectés au virus SARS-CoV-2, ce qui représente le premier cas connu de transmission par transplantation. © Futura

Tous les parents d'enfants qui ont eu une bronchiolite s'en souviennent : la respiration est bruyante, difficile et sifflante. Si les symptômessymptômes sont très impressionnants pour les parents, la bronchiolite est une maladie bénigne la plupart du temps. L'infection est généralement asymptomatique chez l'adulte.  En France, la bronchiolite concerne 30 % des enfants de moins de deux ans. Pour 1 % d'entre eux, elle va nécessiter une hospitalisation de plusieurs jours ou semaines. Les enfants de moins de 6 mois ou les bébés prématurés, particulièrement fragiles, sont les plus à risque de faire une forme sévère de la maladie.

Le virusvirus respiratoire syncytial (VRS) est responsable de la maladie. Très contagieuse, elle se transmet par la salivesalive, les éternuements ou bien les mains. Durant l'hiverhiver 2020-2021, avec le port du masque et le lavage des mains réguliers, le virus de la bronchiolite a très peu circulé. Le nombre de passages aux urgences pour bronchiolite a été divisé par deux. Les enfants nés après mars 2020mars 2020 ont peu ou pas été en contact avec le virus et ne sont donc pas immunisés. Il n'existe à ce jour, ni vaccinvaccin ni traitement contre le virus de la bronchiolite.

Les vaccins anti-grippe et anti-covid sont-ils compatibles ? La réponse dans Covipod avec Julie Kern, notre journaliste santé diplômée d'infectiologie. © Futura

Une épidémie plus intense et plus tardive dans l’hiver

L'épidémie de bronchiolite démarre en général début novembre, avec un pic fin décembre, et se termine à la fin de l'hiver, fin mars. Dans l'hémisphère sudhémisphère sud, il a été observé que l'épidémie de bronchiolite a été plus intense et décalée dans le temps. En France, il se pourrait donc que l'épidémie soit décalée au mois de janvier 2022.

Le Conseil scientifique alerte sur la possibilité d’une épidémie de grande ampleur pour l’hiver 2022

Le Conseil scientifique alerte sur la possibilité d'une épidémie de grande ampleur pour l'hiver 2022, qui pourrait entraîner une nouvelle pressionpression sur le système hospitalier, dans les services de pédiatriepédiatrie. De plus, les services pédiatriques accueillent actuellement un nombre élevé d'enfants relevant de soins de psychiatrie, faute de place disponible dans les services adaptés.

Se laver les mains permet d'éviter les contaminations. © Herby me, Adobe Stock
Se laver les mains permet d'éviter les contaminations. © Herby me, Adobe Stock

Comment protéger mon enfant ?

Des gestes simples peuvent permettre d'éviter une bronchiolite chez un nourrisson. Ce sont les gestes barrières que nous appliquons depuis le début de la pandémie de Covid-19Covid-19 !

Lors de la phase épidémique, et en particulier avec les enfants de moins de 6 mois, il faut prendre certaines précautions :

  • se laver régulièrement les mains ;
  • éviter le contact entre l'enfant et des personnes enrhumées ;
  • ne pas échanger d'objets entre enfants : tétines, doudous, jouets ;
  • bien aérer la chambre de l'enfant ;
  • éviter les lieux bondés : centres commerciaux, transports en commun...

En cas de rhume ou de potentielle bronchiolite, les lavages de nez plusieurs fois par jour sont efficaces et soulagent l'enfant. En cas de fièvrefièvre, vous pouvez administrer du paracétamol. Surélever le haut du corps de l'enfant lorsqu'il est allongé peut aussi l'aider à mieux respirer.

Certains signes doivent alerter et vous amener à consulter :

  • une respiration très rapide ou très bruyante ;
  • un enfant très agité ;
  • un enfant somnolent, qui ne réagit plus ;
  • des prises alimentaires difficiles sur plusieurs repas consécutifs.