Santé

On peut étudier le virus de la bronchiolite par bioluminescence

ActualitéClassé sous :maladie , bronchiolite , virus

Des chercheurs français ont mis au point une nouvelle méthode pour étudier un virus responsable de bronchiolites chez le jeune enfant et le veau. En visualisant la réplication du virus en temps réel chez des souris, les scientifiques pourront tester l'efficacité de vaccins et traitements antiviraux.

Les scientifiques suivent le développement de l'infection par bioluminescence. À gauche : souris infectée par le virus respiratoire syncytial, 3, 4, 5 et 7 jours après l’infection. À droite : souris témoin. © MA Rameix-Welti et al., Nature Communications 2014

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est le principal agent responsable de la bronchiolite chez le nourrisson (VRS humain) et de la pneumonie chez le veau (VRS bovin). À l'heure actuelle, il n'existe aucun vaccin chez l'Homme, et ceux destinés aux bovins sont peu efficaces sur le terrain. Or, il s'agit d'une affection particulièrement contagieuse qui touche la quasi-totalité des enfants de moins de 2 ans et qui représente la première cause d'hospitalisation des enfants de moins de 6 mois. Dans les élevages bovins, ce virus est responsable de plus de 60 % des maladies respiratoires observées dans les troupeaux laitiers et jusqu'à 70 % dans les troupeaux allaitants (production de viande). Ces virus représentent ainsi un problème majeur de santé humaine et animale.

Des chercheurs de l'Inra, avec une équipe de l'AP-HP et de l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, ont développé une nouvelle méthode qui permet d'étudier sur plusieurs jours la multiplication du virus chez des souris vivantes. Cette avancée technologique paraît en octobre 2014 dans Nature Communications.

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est un agent responsable de la bronchiolite du nourrisson. © CDC, Wikimedia Commons, DP

Visualiser la progression de l’infection chez la souris

La première étape de leurs travaux a consisté à insérer un gène exprimant une protéine luminescente (luciférase) dans le génome du virus. Après avoir été infectées, les souris ont reçu par voie nasale de la luciférine. Cette substance réagit avec la luciférase en produisant une bioluminescence détectable grâce à une caméra ultra-sensible. Les chercheurs ont ainsi pu observer le développement de l'infection au niveau du nez et des poumons, l'intensité du signal bioluminescent indiquant le degré de multiplication du virus.

Dans un second temps, les scientifiques ont administré aux souris une molécule antivirale. L'élimination du virus s'est traduite par une diminution, puis une absence de signal lumineux au bout de quelques jours.

L'évaluation des candidats vaccins ou antiviraux repose sur des modèles animaux, le modèle le plus utilisé étant la souris. Cependant, le VRS ne rend pas les souris « malades » et la mesure de la multiplication virale nécessite l'euthanasie de nombreux animaux et le recours à des techniques laborieuses et coûteuses. Cette nouvelle méthode représente une avancée importante pour étudier in vivo l'effet de molécules antivirales sur le virus respiratoire syncytial. Elle est relativement facile à mettre en place, ce qui contribuera à accélérer la recherche de solutions pour combattre ce virus.

Cela vous intéressera aussi