Le chat est manipulateur, dominateur et véhicule de nombreuses maladies. © Steve Jurvetson, Flickr
Planète

5 raisons scientifiques de détester les chats

Question/RéponseClassé sous :chat , allergie au chat , chat d'intérieur
 

[EN VIDÉO] Connaissez-vous ces faits sur les chats ?  Le Chat suit l'Homme depuis bien longtemps maintenant... Mais pensez-vous vraiment connaître ses capacités ? Certaines sont insolites, alors que d'autres lui donnent un côté extraordinaire ! 

En France, 28 % des foyers possèdent un chat en 2017. Les félins sont plus de 13,5 millions à baguenauder dans les maisons et appartements, un chiffre en hausse de 35 % en 7 ans. Leurs propriétaires leur vouent un véritable culte : 49,5 % d'entre eux les considérant comme un membre de la famille à part entière. Bien ingrat, le chat se fiche pourtant royalement de cette affection et se révèle manipulateur, menaçant et vecteur d'un bon paquet d'ennuis.

Les Français adorent les chats. Pourtant, non seulement le chat nous le rend pas, mais en plus il cultive farouchement son instinct sauvage et s'attaque à la biodiversité.

Le chat ne vous aime pas

« Certains maîtres pensent que leur chat a beaucoup d'affection pour eux, note le chercheur Daniel Mills, spécialiste du comportement animal à l'université de Lincoln au Royaume-Uni. En réalité, le chat voit son maître plus comme un fournisseur de ressources que comme un fournisseur de sécurité ». Ce dernier a reproduit avec des animaux une expérience psychologique bien connue destinée à mesurer l'attachement des enfants à leurs parents. Si les enfants et les chiens manifestent de la joie lors des retrouvailles, le chat montre autant d'intérêt pour les inconnus que pour son ou sa propriétaire. Et si vous êtes attendri par ses miaulements déchirants lorsque vous quittez la maison, « c'est plus l'expression de la frustration que celle de l'anxiété de vous voir partir », assure Daniel Mills.

Le chat est un tueur en puissance

Le chat serait un meurtrier en puissance et n'hésiterait pas à vous dépecer s'il était suffisamment gros, affirme une étude de l’université d’Édimbourg. D'après les chercheurs, les chats auraient des traits de caractère similaires aux lions africains, avec une tendance à la domination, l'impulsivité ou la névrose. « Si vous êtes debout près d'un groupe de lions, des fois tout ira bien et des fois ils vont bondir et attaquer sans raison. C'est la même chose pour les chats domestiques. Ils sont adorables et affectueux, mais peuvent changer à n'importe quel moment », met en garde Max Watchel, coauteur de l'étude. Un comportement dominateur que l'on retrouve quand il vous ramène ses proies à la maison : le chat n'a aucunement l'intention de vous faire un cadeau, mais entend vous démonter ses talents de chasseur et asseoir son sentiment de puissance.

Attention au chat qui dort : il ne guette que la bonne occasion pour vous sauter dessus. © pmonaghan, Flickr

Le chat vous manipule

Tranquillement installé sur le canapé, vous vous levez pour chercher à boire dans le frigo. À votre retour, le chat a pris votre place sans aucune gêne et refuse de bouger d'un poil. « Le chat a besoin d'être observé, admiré et d'être le centre unique de l'attention des humains de la maison. Il se donne pour cela tous les moyens d'y parvenir », explique la comportementaliste pour chats, Marie-Hélène Bonnet, au site Wamiz. Le chat aurait ainsi développé un miaulement particulier s'apparentant aux pleurs des enfants afin de nous attendrir. D'après des chercheurs de l’université de Sussex, le chat développe également des ronronnements aigus pour induire un sentiment d'urgence chez l'humain. « Les chats apprennent à exagérer fortement leur miaulement quand il s'avère efficace pour générer une réaction humaine », rapporte l’auteur de l’étude Karen McComb.

Le chat menace gravement la biodiversité

Si les chats sont particulièrement mauvais pour débarrasser les villes des rats, ce sont en revanche de redoutables prédateurs pour la faune sauvage. En 2013, une étude publiée dans Nature Communications estimait que les chats domestiques tuent chaque année 4 milliards d'oiseaux et 22 milliards de petits mammifères aux États-Unis, ce qui en fait la première cause de mortalité d'origine anthropique, devant les collisions ou les pesticides. D’après Tim Doherty, de l'université de Melbourne en Australie, le chat est responsable de l'extinction de 63 espèces de mammifères, oiseaux et reptiles dans le monde depuis 500 ans. Une catastrophe écologique qui a obligé le gouvernement australien à ériger une barrière de protection de 44 km pour protéger les espèces locales et à mettre en place un grand plan d'éradication visant à éliminer 2 millions de chats errants.

Le chat transmet des maladies

Le chat est un vecteur de nombreuses maladies, dont la toxoplasmose, une infection causée par un parasite qui peut entraîner une fièvre, des maux de têtes, des éruptions cutanées et une grande fatigue. Entre 15 et 65 % des chats auraient déjà été contaminés par le parasite. Citons aussi la maladie des griffes du chat, la gale, l'échinococcose ou la tularémie. Autant d'affections pouvant s'avérer dangereuses chez les personnes fragiles et les femmes enceintes. Le chat est par ailleurs une cause d’allergie assez fréquente (environ 3 % des personnes sont concernées) via une protéine présente dans leur salive, les squames ou l'urine. La présence d'un chat dans le foyer est ainsi susceptible de favoriser l'asthme chez les enfants ayant un terrain prédisposé. Pour les personnes concernées, pas d'autre solution que de se débarrasser au plus vite de l'animal.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !