Le chat s’adapte parfaitement à la vie en appartement. © Ryan, Flickr

Planète

Trois bonnes raisons d’élever son chat à l’intérieur

Question/RéponseClassé sous :chat , chat d'intérieur , chat domestique

Le chat a gardé son instinct sauvage et il semble donc naturel de le laisser déambuler dehors. Pourtant, loin de lui rendre service, cette pratique met en danger votre famille, la biodiversité et votre chat lui-même. Voici nos conseils pratiques pour bien élever son chat en appartement.

Contrairement aux chiens ou aux vaches, spécifiquement élevés pour servir d'animaux domestiques, le chat a assez peu évolué par rapport à son ancêtre sauvage. L'enfermer dans un appartement exigu peut donc sembler cruel pour la plupart des propriétaires. Selon une étude britannique, 90 % des chats domestiques sont d'ailleurs autorisés à déambuler dehors. Pourtant, il y a davantage de bénéfices à faire vivre son chat en appartement.

Le chat transmet des maladies

Selon une étude parue dans la revue Biology Letters en avril 2019, les chats élevés à l'extérieur ont trois fois plus de chances se contracter des parasites que leurs homologues casaniers. Les chats sont notamment vecteurs de Toxoplasma gondii, à l'origine de la toxoplasmose, ou de Bartonella henslae qui entraîne la maladie des griffes du chat avec des pustules inflammatoires et des conjonctivites. Le danger est d'autant plus grand que les chats passent volontiers leur temps sur les canapés à être caressés ou à dormir sur le lit. À l'extérieur de la maison, le chat contribue aussi à disséminer les infections à ses congénères et laisse derrière lui des crottes, elles aussi, sources de contamination.

Le chat risque un accident

D'après l'assureur britannique Petplan, 250.000 chats sont tués chaque année par une voiture en Grande-Bretagne, soit 650 par jour. Selon une étude française de 2002, les accidents de la route sont responsables de 5,20 % des décès des chats domestiques, cette proportion pouvant atteindre 50 % chez les jeunes individus. Mais il n'y a pas que les voitures qui représentent un danger. Nos amis à quatre pattes ont des comportements particulièrement risqués, mangeant ou buvant des produits potentiellement dangereux, grimpant aux arbres ou sur des toits sans arriver à redescendre ou explorant des tuyaux étroits au risque de rester coincés.

Le chat décime la vie sauvage

Un chat divaguant dans la nature est un véritable tueur en série. Selon la Ligue de protection des oiseaux (LPO), les chats sont responsables de la mort de 75 millions d'oiseaux en France. Un chat capture en moyenne 2,4 proies par semaine, dont 50 % sont tout bonnement laissées mortes sur place. Ses principales victimes : 68 % de petits mammifères (mulots, souris, musaraignes...), 23 % d'oiseaux et 9 % de reptiles. En Australie, les chats seraient à l'origine de la disparition d'un tiers des espèces sauvages. En France, il menace certaines populations de chauve-souris déjà fragilisées par la réduction de leur habitat.

Un chat élevé en appartement a besoin d’un perchoir et de distraction. © Zlatko Unger, Flickr

Élever son chat en appartement : mode d’emploi

Les chats élevés en appartement ne semblent pas présenter plus de problèmes de santé que leurs congénères d'extérieur, mais il convient tout de même de prendre quelques précautions pour éviter les problèmes de comportement et d'obésité.

  • Adaptez la quantité de nourriture à son mode de vie.
  • Donnez-lui des sources de distraction ; il existe toutes sortes de gadgets technologiques à cette fin, comme des robots affichant des rayons lasers de couleur, des souris télécommandées ou même des « roues à hamster » dans lequel le chat peut se défouler. Mais une bête boîte en carton ou un jouet fera aussi bien l'affaire.
  • Changez régulièrement son environnement, surprenez-le avec de nouvelles odeurs, aliments ou aménagements de la pièce.
  • Offrez-lui un perchoir en hauteur comme un arbre à chat et un rebord de fenêtre duquel il pourra assouvir son instinct de guetteur (attention à ne pas laisser la fenêtre ouverte pour éviter une chute).
Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !