L'alimentation du chat nourrit-elle son instinct de prédateur ? © zmijak, Adobe Stock
Planète

Comment faire pour que votre chat ait moins d'impact sur la biodiversité ?

ActualitéClassé sous :animaux , chat , Biodiversité

[EN VIDÉO] Le chat sauvage ou chat forestier, allié des agriculteurs  Le chat sauvage est un félin discret et difficile à observer dans la nature. Partez à sa rencontre dans cette vidéo reposante réalisée dans le Bugey. 

Félix le chat n'est pas seulement cette jolie boule de poils attendrissante, c'est aussi un redoutable prédateur et certains voient dans ce félin domestique une menace pour la biodiversité. Mais des chercheurs avancent que l'alimentation pourrait avoir une influence sur le comportement du chasseur. Ils ont peut-être la solution... 

Ce matin, votre chat a encore frappé ! Quelle « bonne » surprise de découvrir de bon matin, alors que le café n'a pas encore été bu, un cadavre de souris déposé sur le pas de votre porte. Les propriétaires de chats connaissent bien ce problème. Selon une étude récente, parue dans le journal Current Biology« des millions de chats de compagnie tuent des milliards d'animaux par an ». Si votre chat multiplie les cadavres d'oiseaux et de souris, jouez davantage avec lui et revoyez son alimentation, suggèrent alors des chercheurs. Car les chats qui mangent de la nourriture carnée seraient moins susceptibles de chasser des animaux, tels que les rongeurs ou les oiseaux.

L'étude s'est penchée sur les raisons qui poussent nos boules de poil à exercer leur rôle de prédateur dès lors qu'ils mettent la truffe dehors ; puis, à rapporter les corps inanimés de leurs proies telles des trophées à leur maître. Les auteurs de ces travaux ont réalisé plusieurs expériences avec plus de 300 félins (tous étaient habitués à chasser). Les chercheurs ont fait jouer les animaux, notamment avec un objet en plumes suspendus à une corde et une baguette afin que les chats puissent les traquer, les poursuivre et bondir, comme s'ils chassaient des êtres vivants. Après dix minutes de jeu, le nombre de cadavres d'animaux proposés par le chat devant la porte de leur propriétaire était réduit d'un tiers.

« Les chats aiment le frisson de la chasse, note le professeur Robbie McDonald, de l'université d'Exeter en Angleterre, qui a co-dirigé l'étude. À travers cette expérience, nous avons essayé de répondre à certains de leurs besoins ou de leurs désirs avant qu'ils ne pensent à aller chasser », explique le chercheur, qui recommande aux personnes, propriétaires d'un chat de jouer davantage avec lui, en utilisant par exemple une fausse souris.  L'alimentation du chat nourrit-elle son instinct de prédateur ?

 L'alimentation du chat domestique nourrit-elle son instinct de prédateur ? © FurryFritz, Adobe Stock

Une nourriture moins carnée favorise la chasse

L'aspect ludique n'est cependant pas le seul critère qui pousserait les chats à s'attaquer aux petits animaux. D'après la recherche, donner de la nourriture carnée à Grosminet permet également de dompter son penchant pour la chasse aux mammifères et aux oiseaux.

Il est possible que ces aliments laissent certains chats déficients en un ou plusieurs micronutriments, ce qui les inciterait à chasser

Le fait que les chats soient moins susceptibles de tuer s'ils sont nourris à la base de protéines animales pourraient s'expliquer par la teneur des acides aminés particuliers trouvés dans la viande, supposent les chercheurs.

« Certains aliments pour chats contiennent des protéines d'origine végétale et il est possible que ces aliments laissent certains chats déficients en un ou plusieurs micronutriments, ce qui les inciterait à chasser », développe Martina Cecchetti, chercheuse à l'université d'Exeter et coauteure de la recherche.

La viande de culture serait-elle la solution pour l'alimentation des animaux ?

Ce constat pose cependant un problème évident d'un point de vue environnemental. Car s'il permet de réduire la mise à mort d'animaux sauvages, conseiller de manger plus de viande s'avère antinomique. La prochaine étape pour ces chercheurs consistera donc à enquêter pour déterminer s'il existe des micronutriments qui pourraient être ajoutés aux aliments pour chats, par exemple dans les croquettes végétales.

L'arrivée de la viande cellulaire pourrait être également remédier au problème. Alors que cette méthode est de plus en plus développée en vue de trouver une alternative à la production de viande animale et aux abattoirs, cette idée commence également à faire son chemin pour nos animaux de compagnie préférés.

C'est notamment le cas de Shannon Falconer et Joshua Errett, fondateurs de l'entreprise Because Animals, basée aux États-Unis, pionnière dans la culture de la viande cellulaire destinée aux animaux de compagnie. La société planche actuellement sur la nourriture pour animaux conçue à partir de cellules de souris, obtenue sans cruauté animale à partir d'une biopsie de la peau d'un rongeur. Les fondateurs de Because Animal espèrent commercialiser leur produit d'ici fin 2021.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !