Planète

Les prédateurs les plus fréquents

Dossier - Qui est le le campagnol amphibie ?
DossierClassé sous :zoologie , espèce menacée , campagnol amphibie

-

Actif de jour comme de nuit, en été comme en hiver, il est végétarien et souffre beaucoup de la disparition de ses milieux de vie et des traitements chimiques utilisés contre ses cousins les campagnols terrestres.

  
DossiersQui est le le campagnol amphibie ?
 

Le gros problème est que les prédateurs - sauf la fouine - sont aussi en voie de disparition ! Il faudra donc, arriver à sauver la proie et le prédateur.

A - La belette :

Le plus petit carnivore d'Europe, la Belette (Mustela nivalis Linné) mesure 16 à 19 cm pour la femelle, 18 à 22 cm pour le mâle. La queue est longue 50 mm. Le poids moyen varie de 60g (femelle) à 110g (mâle). Le corps est brun roux dessus, blanc dessous. Elle a des cris aigus. L'accouplement a lieu au printemps, la gestation dure 5 à 6 semaines, et les petits naissent en été. Le nombre des jeunes est souvent fonction de la quantité de petits rongeurs qui constituent la base de sa nourriture. Il peut être de 8, voire de 10 lors des "années à campagnols".


Belette - Tous droits réservés

Son gîte, garni de poils et de plumes, se situe sous un tas de pierres, dans un trou, une souche, ou une meule de foin. Animal alerte, rapide, se dressant parfois à la verticale pour observer les alentours, elle fréquente les lisières de bois, les haies, les talus, les buissons, les broussailles, les villages, les montagnes, et les plaines céréalières où pullulent les campagnols. Son territoire peut atteindre 2 hectares. Son activité est autant diurne que nocturne.

B - L’hermine :

C'est le prototype du petit carnivore : corps long et mince, oreilles courtes et arrondies. Un peu plus massif que la belette, l'hermine est souvent confondue avec elle en été. La queue de l'hermine terminée par un pinceau noir est le principal signe de reconnaissance. Elle mesure 30 à 42 cm dont 10 à 12 cm pour la queue. Les femelles sont plus petites que les mâles. Le poids varie de 100 à 300 grammes.

Certaines années, dans les régions de plaine, de nombreux individus conservent leurs couleurs d'été. La plupart des habitats lui conviennent : prés, prairies bocagères, lisières, fossés, haies, friches, régions marécageuses, dunes... Elle semble rare au cœur des forêts et dans les grandes plaines céréalières où les abris ont disparu.


Hermine

Comme la belette l'hermine est adaptée à la chasse aux rongeurs dans leurs galeries. Elle en fait son quotidien puisque jusqu'à 99% de son alimentation est composée de campagnols terrestres surtout, de mulots, ou de rats. Un individu adulte consomme 3 à 8 campagnols par jour soit 1000 ou 3000 par an ! Qui a dit que l'hermine était "inutile" ? Il en résulte des diminutions importantes de densité de populations d'hermines pendant les phases de déclin de ses proies. Elle se nourrit occasionnellement de lézards, grenouilles, escargots, insectes, taupes, musaraignes, jeunes oiseaux, éventuellement fruits. Si elle pénètre dans les poulaillers ou les élevages, c'est pour les mêmes raisons que la belette : le poulailler n'est pas bien construit, ou les poules ne sont pas enfermées la nuit !

Voici 4 critères pour distinguer l'hermine de la belette :

-- l'hermine a le bout de la queue noir ; elle est plus longue ; la ligne de séparation dessus-dessous est régulière chez l'hermine, en zigzag chez la belette ;
-- le pelage est moins ras et moins foncé chez l'hermine ;
-- Les prédateurs principaux de l'hermine sont les renards, les chats harets et sauvages et le grand-duc ;
-- Le nombre de jeunes est très variable, les effectifs sont tributaires de l'abondance en proies. Contrairement à la belette qui peut avoir deux portées par an, l'hermine n'en a qu'une. En cause : un mécanisme d'implantation différée des embryons qui l'oblige à attendre 9 à 11 mois avant de se reproduire à nouveau. Ainsi, alors que la production maximale d'une belette adulte est de 30 jeunes en une vie, la valeur correspondante chez l'hermine est de 13. Les densités maximales, à l'échelle locale, sont de 1 à 2 individus pour 10 hectares dans les habitats favorables (marécages, bocages...).

C - La fouine :

Martes fouina. C'est un petit mammifère carnivore de la famille des mustélidés, qui comprend des animaux comme la martre, le putois ou le vison. D'une taille voisine de 50 cm pour un poids de 2 kg environ. Son pelage est brun-gris, avec une tache blanche plus ou moins étendue au niveau de la gorge. Son aire de répartition, vaste, s'étend de l'Europe (à l'exception de l'Islande, de la Scandinavie et des îles Britanniques) jusqu'à la chaîne de l'Himalaya et à l'ouest de la Chine, en passant par le sud de la Russie.


Fouine - Tous droits réservés

Son habitat normal est constitué par les forêts de feuillus. Son régime alimentaire est composé de petits mammifères, rongeurs, mais aussi d'oiseaux, d'insectes, de vers, et de fruits. On observe deux périodes d'accouplement, entre juillet et août, puis entre février et mars. Les jeunes naissent, avec un poids de 30 g, entre fin mars et début mai.

D - Le faucon crécerelle :

Petit rapace, le faucon crécerelle est l'oiseau de proie le plus courant, et c'est celui qui apparaît le plus souvent dans les zones habitées, mais sa population n'augmente pas, bien au contraire, car la lutte contre les campagnols lui enlève ses proies ! Le faucon crécerelle se distingue de l'épervier par ses ailes plus pointues et sa poitrine mouchetée et non striée. Le mâle est plus petit et plus fin que la femelle. Les mâles ont une tête et la queue gris-bleu, avec l'arrière du corps roussâtre, moucheté de noir ; les extrémités des ailes et la queue sont noires. Le dessous est bleu-gris avec des rayures foncées. Les femelles sont plus grandes et plus trapues.


Faucon crécerelle - Tous droits réservés

Avec la buse, le faucon crécerelle est le rapace diurne le plus commun en Europe. Il est facile à reconnaître grâce à son habitude de voler sur place qui lui permet d'examiner rapidement de vastes étendues de terrain pour repérer ses proies. Cette technique de vol stationnaire est typique de l'espèce. Le faucon plane haut dans le ciel puis il plonge en piqué. Il préfère chasser à découvert.

Il mange surtout des rongeurs (campagnols), de gros insectes, des lézards, des grenouilles et des lombrics, mais capture aussi des petits passereaux par surprise Les débris indigestes de ses proies, micromammifères essentiellement, sont crachés en « pelotes ».

Reproduction

-- Période de nidification : avril à juillet ;
-- Nombre de couvaisons : une seule couvée ;
-- Nombre d'œufs : 3 à 6 œufs blancs tachés de brun-roux ;
-- Incubation : 27 à 29 jours (femelle) ;
-- Nid : il ne fait pas de nid, pond dans un arbre creux, un trou, un vieux nid de pie ou de corbeaux. ;
-- Envol des jeunes : 27 à 32 jours ;
-- Taux de survie : 66 %

E - Busard cendré :

Le Busard cendré est le plus petit des quatre busards européens. Il a une silhouette svelte et affinée. Comme son nom l'indique, le mâle est d'un gris cendré, foncé. Au vol, dessous, on peut distinguer deux bandes noires sous les secondaires alors qu'une seule est visible du dessus et le bout de l'aile est entièrement noir. La femelle ou l'immature sont roux vif dessous et roussâtre strié de noir dessus. Le croupion est blanc, la queue barrée de plusieurs bandes. Il n'a pas d'habitat-type mais on le trouve dans les zones humides : marais, polders, tourbières surtout dans les paysages découverts : landes, prairies, champs de graminées où il trouve des conditions favorables à la nidification et à la chasse. Il occupe une grande partie de l'Europe.


Busard cendré - Tous droits réservés

C'est un oiseau migrateur. Il arrive en avril et repart en septembre. Il prend ses  quartiers d'hiver au sud du Sahara. Il chasse à l'affût ou en volant à 2 ou 3 mètres de hauteur. Le succès de sa traque dépend de son aptitude à surprendre sa proie.

Les couples se forment lorsque les oiseaux atteignent l'âge de 2 ou 3 ans. Ce lien dure toute leur vie. Cette espèce réalise une parade nuptiale assez complexe. Le nid, petit, est construit à terre dans la végétation herbacée, ce qui explique la menace à l'époque des moissons. La femelle pond de 3 à 5 œufs. L'incubation dure entre 28 et 35 jours. Les jeunes busards quittent le nid en marchant au bout de 3  semaines mais l'envol ne s'effectue qu'au bout de 35 ou 40 jours.

Compte tenu de sa taille modeste, le busard cendré se nourrit principalement de micromammifères (campagnols, mulots) mais aussi de passereaux tels que les alouettes, les bruants et les pipits. En effet, le busard ne poursuit pas ses proies et celles qui ont le bon réflexe de s'envoler, ont en général la vie sauve. Reptiles et gros insectes fournissent également une partie de son alimentation.

L'espèce est en régression à cause :

-- des travaux de récolte précoce des céréales (modernisation de l'agriculture) qui ont lieu quand les jeunes n'ont pas encore quitté le nid ; 
-- de la chasse ;
-- de la disparition des habitats.


Hibou moyen duc - Tous droits réservés

Et bien entendu les rapaces nocturnes dont le moyen duc et la chouette effraie en particulier sont de grands amateurs de campagnols en général et sûrement aussi de campagnols amphibies. C'est quand même un gros animal pour ces oiseaux de même que pour le faucon crécerelle mais je ne doute pas que s'il en ont un, ils le mangeront !