Planète

Qui est ce petit campagnol amphibie ?

Dossier - Qui est le le campagnol amphibie ?
DossierClassé sous :zoologie , espèce menacée , campagnol amphibie

-

Actif de jour comme de nuit, en été comme en hiver, il est végétarien et souffre beaucoup de la disparition de ses milieux de vie et des traitements chimiques utilisés contre ses cousins les campagnols terrestres.

  
DossiersQui est le le campagnol amphibie ?
 

Les rongeurs ne possèdent qu'une seule paire d'incisives à la mâchoire supérieure. Ces dents, dont la croissance est continue, s'usent en frottant sur les incisives inférieures. Comme l'émail de la face avant des incisives est plus dur que celui de la face arrière, ces dents s'usent en un biseau tranchant.

En outre, le mouvement de la mandibule n'est autorisé que d'avant en arrière. Le campagnol amphibie se distingue des autres campagnols par une taille imposante : - une longueur moyenne de 20 cm ;- un poids de 150 à 250 grammes.

Voici sa fiche signalétique :

- Classe :  Mammalia
- Sous-classe  : Eutheria
- Ordre  : Rodentia (la moitié des espèces de mammifères !)
- Famille :  Arvicolidae
- Genre :  Arvicola (2 espèces terrestris et sapidus)
- Espèce :  sapidus
 
Sous-espèce : sapidus plus clair, jaunâtre,  présent au Portugal et dans le sud de  l'Espagne
Sous-espèce : tenebricus plus foncé, marron, présent en France et dans le nord de l'Espagne

Attention :  les Muridae sont les rats, souris et autres...
Attention :  le terme anglais de water vole s'applique au campagnol terrestre forme aquatique et non au campagnol amphibie qui n'existe pas en Angleterre.

A. sapidus

Le genre Arvicola est représenté, en France, par 2 espèces : le Campagnol amphibie et le Campagnol terrestre dont une forme est aquatique. Ces 2 espèces qui n'ont été séparées que dans les années 1950 posent de sérieuses difficultés d'identification d'autant que le Campagnol terrestre comporte 2 sous-espèces dont une est aquatique et ne peut être différenciée sur le terrain de A. sapidus. La différentiation des crânes est aussi difficile... Voici un schéma des dents ci-dessous qui peut être utile, mais qui n'est pas non plus évident à utiliser.

Crâne de Campagnol
Dents de Campagnol amphibie - A. sapidus

Les traces laissées par A. sapidus

- Patte avant environ 1,5 à 2,3 cm ;
- Patte arrière : 2 à 3,1 cm avec 5 soles plantaires. Quand il marche il ne laisse pas de trace de la queue ;
- Petits terriers dans la berge de 6 cm de diamètre environ souvent en partie submergés du moins en hiver.

Les crottes ont des bouts arrondis, sont vertes et mesurent 5-10 mm de long et 4 de diamètre. Elles sont rarement isolées. Ce campagnol a de petits crottiers sur la berge ou sur des pierres isolées.

Crottier de A. sapidus - Tous droits réservés

Petits garde-manger sur les bords des cours d'eau ou sur des pierres comme de petits réfectoires ! L'empreinte des incisives en forme de biseau est bien visible sur les restes alimentaires en général des brins végétaux.

Garde-manger de A. sapidus - Tous droits réservés

Habitat : Régions humides, méandres abandonnés, canaux, étangs etc. de l'eau douce pratiquement immobile, un fort couvert végétal.

Habitat préféré : un arrangement complexe d'étangs de différentes tailles  entourés d'un paysage. La découverte de latrines permet de confirmer la présence de campagnols. Les campagnols amphibies sont sensibles à la fois aux caractéristiques locales des étangs et aux caractéristiques du paysage. À l'échelle du paysage, ils se rencontrent surtout dans les étangs situés près d'autres étangs habités par des campagnols, loin des secteurs fréquentés par les prédateurs, à une altitude peu élevée et colonisés par d'abondantes graminées. Leurs berges sont recouvertes d'arbustes et on trouve peu de lapins dans les environs. Les campagnols préfèrent les sites où le couvert végétal est haut.

Régime alimentaire : essentiellement végétarien, joncs, roseaux, graminées, cresson etc. et racines, écorces...il ne dédaigne pas les écrevisses, alevins et quelques amphibiens.

Mode de vie : il plonge très bien, nage lentement, peut rester sous l'eau plusieurs minutes et creuse des terriers (voir ci-dessus) mais fait aussi des nids. Vie familiale par petits groupes, ils colonisent la berge et lors d'épisodes de fortes populations on a compté jusqu'à 5 individus pour 100 mètres de rive, l'habitat étant pour ainsi dire linéaire, puisqu'il occupe essentiellement le rivage. Personne n'a jamais mentionné de dégâts aux activités humaines et son impact négligeable n'a jamais occasionné de plaintes contrairement à ses cousins le ragondin et le rat musqué, qui d'ailleurs mettent aussi sa survie en danger.

Reproduction : la saison de la reproduction de mars à octobre permet 3-4 portées par an avec une moyenne de 3,5 petits par portée. La maturité sexuelle des petits est atteinte vers 1 mois et leur durée de vie est de 2 à 4 ans.