Planète

La Drosera, un piège à glue

Dossier - Les plantes carnivores
DossierClassé sous :botanique , végétal , plantes

-

Les plantes carnivores ont un type d'adaptation remarquable dans le monde végétal. Ces plantes développent des formes exceptionnelles, parfois accompagnées de mouvements d'une extrême rapidité et de systèmes de nutrition très particuliers.

  
DossiersLes plantes carnivores
 

Il existe 80 à 110 espèces de Drosera localisées principalement dans l'hémisphère Sud. La moitié des espèces vit dans le Sud-Ouest de l'Australie. Il existe en Europe trois espèces de Drosera. Ces dernières présentent une rosette de feuilles colorées.

Souvent ces espèces sont peu visibles car elles se trouvent mélangées à des Ericacées sombres ou à des Sphaignes rougeâtres. Les Drosera françaises sont des espèces protégées que l'on ne doit pas récolter.

Les photos suivantes ont été réalisées sur Drosera aliciae.

Figure 2. Une Drosera vue du dessus. Les feuilles sont recouvertes de poils terminés par une sécrétion de mucilage collant. © Biologie et Mulitmedia
Figure 3. Feuilles de Drosera couvertes de poils. © Biologie et Mulitmedia
Figure 4. Les poils des feuilles de Drosera sont extrêmement collants comme le montrent ces deux images. © Biologie et Mulitmedia

Les poils de Drosera sécrètent un mucilage. Il est collant, et bouche l'entrée des trachées des insectes qui sont asphyxiés. Ces deux propriétés contribuent à immobiliser ces proies.

Figure 5. Poils collants à la surface d'une feuille de Drosera. © Biologie et Mulitmedia

Ensuite les poils se recourbent vers la proie et la feuille se replie.

Figure 6. Détail de l'extrémité d'un poil collant (à gauche). La gouttelette de colle n'est plus visible (à droite), par contre on distingue la complexité de l'extrémité du poil. © Biologie et Mulitmedia

Des glandes situées sur la surface de la feuille secrètent alors des enzymes digestivesqui, petit à petit vont dégrader les protéines de la proie mais non la carapace chitineuse des insectes. Les petites molécules azotées obtenues (acides aminés, ...) seront absorbées par les cellules superficielles et constitueront un supplément nutritionnel, principalement azoté, pour la plante.