Planète

L'Utriculaire, un piège à succion

Dossier - Les plantes carnivores
DossierClassé sous :botanique , plante , plante carnivore

Les plantes carnivores ont un type d'adaptation remarquable dans le monde végétal. Ces plantes développent des formes exceptionnelles, parfois accompagnées de mouvements d'une extrême rapidité et de systèmes de nutrition très particuliers.

  
DossiersLes plantes carnivores
 

Il existe plus de 180 espèces d'Utriculaires qui ont une répartition cosmopolite. Elles peuvent avoir un habitat aquatique ou terrestre, être épiphytes ou volubiles. En Europe, il existe six espèces qui sont présentes en France. Attention, certaines espèces sont protégées localement ou nationalement.

Les espèces françaises sont aquatiques, normalement flottantes et sans racine, même si des rameaux peuvent s'ancrer dans la vase. Elles ont la capacité de faire des turions qui leur permettent de subsister pendant les gelées.

Une utriculaire Utricularia asplundii × endresii. © Michal Rubeš , wikimedia commons, CC 3.0

L'Utriculaire fait partie de la famille des Lentibulariacées. Son nom provient du latin utriculus, « petite outre ».

Utricularia vulgaris. © Christian Fisher, Wikimedia commons CC 3.0

Le piège à succion à capture rapide de l'Utriculaire

Certaines ramifications des feuilles de l'Utriculaire portent de petites outres ou utricules (d'où le nom du genre). Ces utricules sont des pièges actifs à succion. L'utricule est fermé par une porte entourée de poils ramifiés qui constituent un leurre simulant des algues.

Un utricule. On observe des poils ramifiés. La taille de l'utricule est d'environ 1,5 mm. © Biologie et Mulitmedia, tous droits réservés

La porte est elle-même recouverte de poils sensibles. Lors de l'effleurement par une proie de certains de ces filaments, l'utricule s'ouvre, se gonfle et aspire l'eau ainsi que la proie. Ces pièges n'existent donc que chez les plantes aquatiques ou de milieux humides.

Représentation schématique du fonctionnement de l'utricule. L'utricule est sous tension. Lorsque la porte s'ouvre, l'utricule se gonfle et l'eau (et la proie éventuelle) sont aspirées. © Biologie et Mulitmedia, tous droits réservés

L'ouverture de la trappe et l'entrée de l'animal dans la vésicule sont rapides (moins de 1/500 de seconde) alors que le temps que met la plante pour reprendre sa forme originale peut durer jusqu'à une demi-heure.