Le 17 novembre 1521, Antonio Pigafetta, l'un des membres de l'expédition de Fernand de Magellan, débarque sur l'île de Tidore, dans l'archipelarchipel des Moluques, pour voir de ses propres yeuxyeux « comment naissent les girofles ». Guidé par des indigènesindigènes, Pigafetta rejoint les montagnes couvertes de girofliers (Eugenia caryophyllata).

Clous de girofle. © Équinoxe Madagascar, <em>Wikimedia commons,</em> CC by-sa 4.0
Clous de girofle. © Équinoxe Madagascar, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0

Impressionné par ces grands arbres au feuillage pyramidal, l'Italien note que « toutes les parties de l'arbre, aussi bien les feuilles que l'écorce et le boisbois, sentent le girofle ».

Les fleurs de giroflier. © Tino Frey, Wikipedia
Les fleurs de giroflier. © Tino Frey, Wikipedia

Le giroflier, un arbre aux parfums merveilleux

En effet, le giroflier est, comme le muscadier, l'un des végétaux qui contiennent l'une des plus fortes proportions d'huile essentielle (jusqu'à 17 %). Tant les feuilles que les fleurs et les fruits de ce grand arbre tropical dégagent des parfums merveilleux. Le calicecalice, rouge et long comme celui d'un œillet, contient un bouton de fleur, qui s'ouvre en révélant quatre pétalespétales blancs. Si elle est fécondée, la fleur du giroflier donne un fruit très aromatique, appelé mère de girofle, clou matrice, ou antofle, très apprécié en Indonésie confit dans le sucresucre. La partie la plus parfumée du girofle n'est pas ce fruit, mais le bouton, aux pétales encore soudés. En s'épanouissant, la fleur perd une grande part de son parfum, c'est pourquoi elle est cueillie juste avant d'éclore.

Une fois les clous de girofle séchés, ils prennent une couleur terre-de-Sienne. © Jorge Barrios Wikipedia
Une fois les clous de girofle séchés, ils prennent une couleur terre-de-Sienne. © Jorge Barrios Wikipedia

L'épice nommée clous de girofle

Séchés au soleil sur des nattes et remués constamment afin d'éviter la fermentationfermentation, les boutons floraux prennent une couleur terre-de-Sienne. Une fois débarrassés de leur tige, ou pédoncule, ils deviennent l'épice nommée clou de girofle, la tête de ce « clou » étant formée par la corollecorolle fermée et la pointe par le calice. Un giroflier fournit environ deux à trois kilogrammes de clous de girofle par an.

Clous de girofle en cours de séchage. © Tino Frey, Wikipedia
Clous de girofle en cours de séchage. © Tino Frey, Wikipedia

L'Indonésie est le plus gros producteur et également le plus gros consommateur de clou de girofle avec lequel sont parfumées les cigarettes locales, les fameuses kretek. Zanzibar et Madagascar sont également d'importantes sources de girofle, tant sous forme d'épices que d'huile essentiellehuile essentielle, mais les clous de girofle de l'île d'Amboine, aux Moluques, restent les plus réputés en raison de leur taille et de leur qualité.