Planète

Protée anguillard

DéfinitionClassé sous :zoologie , Triton , salamandre
Photo de protée anguillard. © Boštjan Burger – domaine public

Protée anguillard – (Laurenti 1768) - Proteus anguinus

  • Ordre : Urodèles   
  • FamilleProteidae
  • Taille : 20/40 cm 
  • Longévité (estimée) : 58 ans (70 ans en bassins artificiels)

Statut de conservation IUCN : VU Vulnérable

Description

Le protée anguillard, ou salamandre des grottes, possède un long corps cylindrique, d'épaisseur constante, qui présente une segmentation bien visible. La queue bordée d'une fine nageoire est assez courte et plate. Les membres sont courts, presque atrophiés et sont terminés par un nombre de doigts inférieurs à la moyenne des urodèles : quatre au lieu de cinq à l'avant, et deux au lieu de quatre à l'arrière.

L'épiderme contient une faible quantité de riboflavine (pigment biologique) qui lui confère une couleur rose pâle, un peu comme la peau humaine. Ses organes internes sont visibles par transparence. Sa tête se termine par un museau court et aplati garni de petites dents. Le protée anguillard ne possède pas d'yeux et respire grâce à des branchies externes qui forment deux aigrettes derrière sa tête.

Habitat

On trouve généralement le protée anguillard dans les grottes karstiques du massif des Dinarides (Balkans occidentales) bordant le flanc oriental de la mer Adriatique,  en Italie aux alentours de la ville de Trieste, en Slovénie dans le haut-plateau du Karst, en Croatie, en Bosnie Herzégovine, et il pourrait être présent au Monténégro. En France, il colonise exclusivement la grotte de Choranche, située en lisière occidentale du plateau du Vercors.

Comportement

L'animal est cavernicole et vit dans l'obscurité, ce qui explique que ses yeux ne se soient pas développés, et sa teinte diaphane. Il a par contre développé d'autres organes sensoriels pour s'orienter et pour chasser, organes qui font partie de sa panoplie de sens qui se sont développés pour compenser la vision :

  • récepteurs photosensibles : la peau est sensible à la lumière et développe un pigment nommé mélanopsine qui noircit l'épiderme ; 
  • récepteurs chimiques : son odorat perçoit les plus faibles concentrations de composés organiques dans l'eau ;
  • récepteurs mécaniques : l'épithélium de son oreille interne capte les ondes sonores et les vibrations du sol et localise leur origine ;
  • et récepteurs électriques : il semblerait qu'il soit en mesure de ressentir d'infimes variations électriques comme le champ magnétique terrestre pour s'orienter.

Il se déplace par mouvements ondulatoires un peu à la façon d'une anguille (de qui il tire son nom vernaculaire) et vit, dort et se nourrit exclusivement dans l'eau. L'animal a un comportement grégaire. Hors période de reproduction, les protées peuvent se rassembler en nombre dans des anfractuosités ou sous les pierres.

Reproduction

La reproduction n'a jamais été observée dans le milieu naturel. Les données mentionnées ici ont été relevées en captivité. Comme chez les autres urodèles, le protée émet des phéromones pour attirer la femelle. Si cette dernière est intéressée, le mâle produit un spermatophore que la femelle s'empresse de placer à proximité de son cloaque. Une fois les œufs fécondés, ils sont pondus et déposés sur des roches sous la garde attentive de la mère. Ceux-ci mettent environ cinq mois pour se développer et émerger. Les larves mesurent alors 20 millimètres et pendant tout un mois, se nourrissent du vitellus contenu dans les cellules de l'appareil digestif.

Le développement des larves dure un peu plus de quatre mois lors desquels elles prennent la forme des individus adultes. Mais cette durée est fortement influencée par la température de l'eau. L'animal ne présente pas de métamorphose et conserve le stade larvaire. La maturité sexuelle n'est atteinte qu'au terme de 14 longues années.

Régime alimentaire

Le protée est un prédateur efficace malgré sa déficience visuelle. Il se nourrit de petits Crustacés, de Gastéropodes et d'Insectes. Il ingère ses proies sans les mâcher. La quantité de nourriture trouvée dans les grottes étant assez réduite, l'animal peut faire face à de longues périodes de disette. Dès qu'il en la possibilité, l'urodèle absorbe une grande quantité de nourriture qu'il stocke dans le foie sous forme de lipides et de glycogène, et qu'il peut ainsi utiliser en cas de besoin en réduisant son activité et son métabolisme.

Dans des cas extrêmes il serait en mesure de réabsorber ses propres tissus. Il a été établi par expérimentation qu'il pouvait survivre sans nourriture pendant une dizaine d'années.

Menaces

Du fait de son confinement dans certaines grottes souterraines, au sein desquelles règnent des conditions particulières et difficiles, le protée est particulièrement sensible aux modifications de son milieu. En effet, les eaux présentes dans le réseau des roches karstiques (principalement calcaires et poreuses) sont rapidement contaminées en cas de pollution de surface. Les eaux d'écoulement n'étant pas filtrées par une couche sablonneuse, elles atteignent rapidement les niveaux inférieurs et contaminent les organismes qui y vivent. L'animal est également victime des collectionneurs...

La limitation de sa répartition géographique, sa population décroissante et la fragmentation de ses lieux de vie l'ont classé comme vulnérable sur la liste rouge de l'UICN.

Cela vous intéressera aussi