Le biochar, un déchet efficace pour atténuer notre empreinte carbone

Classé sous :Réchauffement climatique , agriculture , gaz à effet de serre

Le biochar, produit issu de la pyrolyse de biomasse (copeaux de bois, déjections animales, etc.), aurait le potentiel de réduire significativement l'empreinte carbone de l'agriculture. Il est capable d'attirer le carbone de l'atmosphère dans le sol pour l'y stocker. Mais dans quelles proportions ? Dans une méta-analyse d'environ 300 articles, des scientifiques dévoilent que le biochar « contribue à la formation de carbone organique dans le sol en moyenne à 3,8 % et peut réduire les émissions d'oxyde nitreux du sol de 12 à 50 %, ce qui augmente [ses] avantages d'atténuation du changement climatique ».

Stephen Joseph, l'un des auteurs, précise que « les rendements moyens des cultures étaient passés de 10 à 42 % » lorsque ce composé sert d'engrais. Mais il va plus loin, en réduisant les concentrations de métaux lourds dans les tissus végétaux « de 17 à 39 % » et en augmentant la disponibilité du phosphore pour ces végétaux. « Nous avons découvert que les effets positifs du biochar dépendaient de la dose, souligne Stephen Joseph, mais également de l'adéquation des propriétés du biochar aux contraintes du sol et aux besoins en nutriments des plantes. »

Avec une nuance tout de même, puisque Stephen Joseph est membre de l'Australian New Zealand Biochar Industries, et qu'il travaille pour des universités recevant des fonds publics et privés pour développer le biochar. Un développement également encouragé par le récent rapport du GIEC sur le changement climatique et les terres émergées. 

Le biochar, utilisé plus amplement, pourrait réduire de façon significative l'empreinte carbone de l'agriculture. © fotoinfot, Adobe Stock
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Tirer profit des nouvelles technologies pour l'agriculture  Le "smart farming" ou l'agriculture de précision se développe en Europe pour permettre aux exploitants de mieux produire et ainsi développer leurs revenus. Les fermes se modernisent via l'utilisation de nouvelles technologies, à quoi vont-elles ressembler dans le futur ?