De nouveaux résultats permettent de comprendre ce qui s’est passé la nuit du 18 aout 1961 lorsque la ville de Santa Cruz a été envahie par des oiseaux désorientés ou mourants, inspirant le cinéaste Alfred Hitchcock. L’acide domoïque, une toxine produite par du phytoplancton, serait en cause.
Cela vous intéressera aussi

Les habitants de la ville de Santa Cruz, en bordure de la baie de Monterey, en Californie ont vécu une expérience des plus étranges la nuit du 18 août 1961. Ils ont été réveillés vers 3 heures du matin par des nuées d'oiseaux marins, principalement des puffins fuligineux (Puffinus griseus), venant se jeter contre leurs maisons. Au petit matin, la ville était recouverte de volatiles désorientés, assommés ou morts. De nombreux spécimens avaient régurgité des anchois. Pour un zoologistezoologiste de l'époque, les oiseaux se seraient perdus dans le brouillardbrouillard, une explication loin d'être convaincante. Cet événement est resté dans les mémoires notamment parce qu'il a fortement inspiré Hitchcock pour son film Les Oiseaux.

Une équipe dirigée par Sibel Bargu, de l'université de Louisiane, vient de fournir une explication plus plausible dans un article publié le 22 décembre dans Nature Geoscience. Un rapprochement a été effectué avec un autre événement de mort massive d'oiseaux. En 1991, de nombreux pélicans brunspélicans bruns (Pelecanus occidentalis), des oiseaux piscivorespiscivores, ont été retrouvés morts dans la même région. Seulement cette fois, le coupable a été trouvé : l'acide domoïque.

L'acideacide domoïque est une neurotoxine produite par des organismes composant le phytoplancton : les diatoméesdiatomées du genre Pseudo-nitzschia. La toxinetoxine a été observée en grande quantité dans les estomacsestomacs des poissonspoissons ingérés par les pélicans. L'acide domoïque a une structure homologue au glutamate, le neurotransmetteurneurotransmetteur excitateur le plus important du système nerveux centralsystème nerveux central. La fixation de la toxine sur le récepteur spécifique du glutamateglutamate engendre différents problèmes chez les oiseaux et les mammifères : confusion, désorientation, convulsionsconvulsions, comacoma ou mort.

Alfred Hitchcock, qui possédait une villa à Santa Cruz, s'est inspiré de l'invasion des oiseaux qu'a subie cette ville pour réaliser son film <em>Les Oiseaux</em> sorti en 1963. De nombreux oiseaux ont percuté les maisons tandis que d'autres, sans doute attirés par la lumière, se précipitaient vers les personnes sortant des maisons. © Universal Pictures

Alfred Hitchcock, qui possédait une villa à Santa Cruz, s'est inspiré de l'invasion des oiseaux qu'a subie cette ville pour réaliser son film Les Oiseaux sorti en 1963. De nombreux oiseaux ont percuté les maisons tandis que d'autres, sans doute attirés par la lumière, se précipitaient vers les personnes sortant des maisons. © Universal Pictures

Les oiseaux de Santa Cruz étaient intoxiqués

Les symptômessymptômes de l'absorptionabsorption de la neurotoxine correspondent à ce qui a été observé sur les oiseaux de Santa Cruz en 1961. Les puffins fuligineux auraient-ils aussi été empoissonnés comme les pélicans bruns ?

Ne possédant pas d'échantillons d'eau de l'époque, les chercheurs ont analysé le contenu intestinal de zooplanctonszooplanctons herbivores (se nourrissant entre autres de diatomées), prélevés en 1961 et conservés jusqu'à aujourd'hui. Plus de 79 % des diatomées mangées par la microfaune aquatique de l'époque appartiennent au genre Pseudo-nitzschia. Les oiseaux ayant inspiré Hitchcock seraient donc morts empoissés à l'acide domoïque, comme les pélicans bruns.

Le scénario proposé par les scientifiques est le suivant. La baie de Monterey se trouve dans un environnement côtier très productif grâce à des courants d'upwelling. Ce type d'environnement et des conditions météorologiques favorables auraient été responsables d'un bloom planctonique. De grandes quantités de diatomées toxiques auraient été ingérées par les poissons, provoquant ainsi une accumulation de la neurotoxine dans la chaîne alimentairechaîne alimentaire. Ces poissons auraient à leur tour été mangés par les puffins fuligineux concentrant encore plus l'acide domoïque au point de causer les troubles neurologiques responsables du comportement des oiseaux.

Voilà une explication rationnelle qui n'aurait sans doute pas trop plu à Alfred Hicthcock...