Planète

Le koala lutte contre la chaleur… en choisissant bien ses arbres

ActualitéClassé sous :zoologie , koala , arbre

-

Le jour, les koalas ne choisissent pas leurs arbres au hasard. En cas de fortes températures, ils apprécient tout particulièrement les grands arbres au feuillage dense, car ils bloquent mieux les rayons du soleil et qu'il y fait donc plus frais. Ainsi, les programmes de conservation ne devraient plus négliger le rôle de ces végétaux impliqués dans la thermorégulation de ces marsupiaux, surtout lorsqu'une augmentation de la fréquence des événements climatiques extrêmes est attendue dans les années à venir.

Il subsisterait à ce jour entre 43.000 et 80.000 koalas en Australie. Pourtant, ils étaient plusieurs millions en 1788, avant d'être chassés pour leur fourrure. © Todd Odegaard, Flickr

Figure emblématique de l'Australie, le koala est au cœur de nombreuses préoccupations depuis quelques années, vu le déclin observé de sa population. L'espèce Phascolarctos cinereus se caractérise par un régime alimentaire assez strict, puisqu'il est quasi exclusivement composé de feuilles d'eucalyptus. Ainsi, les koalas s'observent au sein d'habitats spécifiques, que l'urbanisation réduit, fragmente ou modifie petit à petit (ce qui facilite notamment de mauvaises rencontres, par exemple avec des chiens). D'autres facteurs aggravent la disparition progressive de ce mammifère, comme les feux de broussailles, diverses maladies ou encore les sécheresses.

Ces marsupiaux sont principalement nocturnes. Ils évoluent donc de nuit à travers les eucalyptus, et se reposent de jour dans d'autres arbres. Pour la première fois, une étude menée par Mathew Crowther (université de Sydney, Australie) s'est intéressée à ce comportement, en cherchant à comprendre quels facteurs conditionnaient le choix des arbres habités en journée. Pour ce faire, 40 koalas ont été équipés durant trois ans de balises GPS, afin de suivre leurs déplacements dans la Liverpool Plains. Cette région agricole aux paysages fragmentés se trouve dans le nord-ouest de la Nouvelle-Galles du Sud, près de la ville de Gunnedah.

Grâce au suivi par satellite, les chercheurs impliqués dans le projet ont identifié et mesuré tous les arbres fréquentés de jour, dont ils ont aussi évalué la densité du feuillage. Suite au traitement statistique des données, une tendance est vite apparue : les arbres ne sont pas choisis au hasard, mais en fonction de la température maximale du jour ! Ils participent donc, selon l'article paru dans la revue Ecography, à la thermorégulation des koalas.

La journée, les koalas apprécient prendre du repos dans des arbres tels que les Brachychiton ou les Casuarina cristata. Ils couvrent principalement leurs besoins en eau en consommant les feuilles d'eucalyptus, ce qui leur évite d'avoir à descendre des arbres, au risque de rencontrer un prédateur. © indeliblemistakes, Flickr, cc by sa 2.0

Les koalas fuient la chaleur dans les grands arbres

Concrètement, plus il fait chaud et plus les koalas se réfugient au sommet de grands arbres au feuillage fourni, où il fait donc plus frais que dans leurs eucalyptus, puisque les rayons du soleil y pénètrent moins. Ces animaux préfèrent également les végétaux situés dans des « zones basses », car il y fait plus frais qu'au sommet d'une colline. Ce comportement leur permettrait donc de se protéger au mieux lors des journées chaudes ou durant les vagues de chaleur, car les hautes températures peuvent les stresser, causer des déshydratations, voire la mort. L'étude le rappelle malheureusement très bien, puisqu'un quart des koalas suivis n'a pas survécu à la vague de chaleur qui a touché l'Australie en 2009.

La plupart des programmes de conservation et de restauration de l'habitat des koalas s'emploient à replanter des eucalyptus et à protéger les marsupiaux d'éventuels prédateurs. À la lumière des nouveaux résultats, ces solutions ne seraient pas totalement appropriées, puisqu'elles n'offrent aucun moyen de protection face aux hautes températures. Elles devraient donc être révisées, ce qui signifie qu'il faut à la fois planter des arbres nourriciers et d'autres qui servent d'abris. Il est évident qu'il est déconseillé d'abattre les végétaux matures présents sur les territoires qu'occupent les marsupiaux. Ces adaptations sont d'autant plus importantes que la fréquence des événements climatiques qualifiés d'extrêmes est amenée à augmenter à l'avenir, en raison du réchauffement planétaire en cours. 

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi