Santé

KoRV: le génome du koala assiégé par un virus

ActualitéClassé sous :génétique , koala , virus

En étudiant différentes populations de koalas vivant en Australie, des chercheurs de l'université du Queensland ont découvert pourquoi nombre de marsupiaux en liberté et en captivité développent des cancers : leur génome est en train d'être envahi par un virus...

Le KoRV, un rétrovirus qui touche les koalas est en train de passer de la forme infectieuse à la forme endogène

Les rétrovirus sont des virus à ARN qui insèrent une copie de leur génome dans les chromosomes des cellules infectées. Certains d'entre eux demeurent intégrés dans le génome de leur hôte, sont transmis de génération en génération et se désactivent au fil du temps. Ces rétrovirus endogènes sont largement répandus dans le monde animal et, pour la plupart, ils ont déjà envahi les différentes espèces depuis plusieurs milliers d'années. C'est ainsi qu'environ 8% du génome humain est constitué d'éléments rétroviraux.

Chez le koala, l'entrée du KoRV (rétrovirus du koala) dans le génome est nettement plus récent, puisqu'il remonte à 100 ou 200 ans. C'est justement en étudiant la présence de ce virus dans différentes régions d'Australie que des chercheurs de l'université du Queensland ont découvert que, contrairement aux autres rétrovirus endogènes qui sont relativement stables et présents chez tous les membres d'une espèce, certaines populations de koalas d'Australie ne présentent pas le KoRV, et d'autres si.

En ajoutant à cela la forte activité du virus, qui provoque de nombreux cancers chez les koalas, il semblerait bien que le KoRV soit actuellement en train de passer de la forme infectieuse à la forme virale. Une transition qui donne un aperçu de ce qui peut arriver à une espèce animale lorsqu'elle est confrontée à une attaque virale de cet ordre.

« Tandis que de nombreux rétrovirus endogènes ne sont dans notre génome qu'au titre de passagers, certains peuvent perturber l'organisme et engendrer des cancers. D'un autre côté, ils peuvent également se montrer très bénéfiques et devenir de véritables partenaires génétiques», explique le docteur Paul Young, qui supervisait l'étude aux côtés du docteur Joanne Meers.

D'après les chercheurs, qui publient aujourd'hui leurs travaux dans la revue Nature, observer le virage que sont en train de décrire les koalas pourrait nous permettre de mieux comprendre ce qu'il s'est passé il y a plusieurs millions d'années, alors que les premiers rétrovirus envahissaient le génome humain...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi