Planète

Tara Océans 2013 : l'expédition se prépare au départ vers l'Arctique

ActualitéClassé sous :océanographie , Tara Oceans Polar Circle 2013 , océan

Jour J-2 avant le départ de l'expédition Tara Oceans Polar Circle 2013, qui s'en va faire le tour de l'Arctique. Contacté par Futura-Sciences, Romain Troublé, le secrétaire général de Tara Expéditions, s'est confié sur les préparatifs en cours, mais aussi sur le déroulement et les objectifs scientifiques de ce périple de 25.000 km à bord de la goélette Tara.

Le Tara est une goélette : le mât avant est plus petit ou, comme c'est le cas ici, aussi haut que le mât principal. Elle dispose d’une coque d'aluminium et d’une double quille relevable, conçue pour résister à la glace. À bord de ce navire de 36 mètres de long pour 10 de large, la place est prévue pour la quinzaine de personnes, équipage et scientifiques, qui œuvrent à bord. © Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

Les préparatifs vont bon train aux abords d'un quai de Lorient, là où la goélette Tara s'apprête pour sa prochaine expédition scientifique : Tara Oceans Polar Circle 2013« C'est un peu le bazar, mais tout va trouver sa place au dernier moment », selon Romain Troublé, le secrétaire général de Tara Expéditions que Futura-Sciences a contacté. Le nombre de choses à stocker lorsque l'on prend la mer pour sept mois est effectivement conséquent. « Il y a de la nourriture partout, sous les bannettes, dans les fonds, etc. », même si des aliments frais seront achetés durant les escales.

La goélette larguera les amarres le dimanche 19 mai à 15 h 00, emmenant 14 membres d'équipage. Elle prendra la direction des îles Féroé, pour entamer son périple de 25.000 km autour du pôle Nord dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, donc en empruntant d'abord le mythique « passage du nord-est » au large de la Sibérie. « Nous connaissons approximativement la route que nous allons suivre, mais la navigation et le choix précis des sites de prélèvement dépendront d'un savant mélange entre les conditions météorologiques, les conditions de mer et les données satellite (caractéristiques des masses d'eau, couleur des océans, courants, etc.). »

Tara Oceans Polar Circle est avant tout une aventure scientifique qui va parachever l'ambition de Tara Océans. Durant une précédente campagne d'un peu moins de trois ans (de septembre 2009 à mars 2012), 126 scientifiques s'étaient relayés à bord de la goélette pour récolter et analyser des échantillons d’eau et les organismes planctoniques qu'ils contenaient, dans tous les océans du globe, sauf... en Arctique.

Itinéraire que suivra Tara Oceans Polar Circle 2013 entre mai et décembre 2013. Les étoiles grises indiquent les positions prévues des stations de prélèvement. © Tara Expéditions

La biodiversité planctonique de l’Arctique à la loupe

Concrètement, la goélette devrait s'arrêter en mer deux à trois fois par mois, pour une durée de deux jours, afin de réaliser toute une série de prélèvements. Ces derniers seront effectués à trois profondeurs différentes : en surface, entre 0 et 200 m (là où il y a le plus de phytoplancton, à cause de la présence de lumière et de nutriments), entre 500 et 1.000 m (notamment pour quantifier la matière organique qui précipite). De plus, durant les déplacements du navire, des mesures physico-chimiques seront réalisées en continu par une quinzaine d'appareils dédiés : température, salinité de l’eau, turbiditépigments de l’eau, pression partielle en CO2 dissous, etc.

« Des photographies d'organismes vivants seront faites à bord, mais comme pour toutes les missions océanographiques, la plupart des analyses se feront en laboratoire ». Elles devraient permettre de mieux connaître les organismes planctoniques peuplant l'Arctique, du virus à la larve de poisson, tout en caractérisant les interactions qui les unissent et leur dépendance aux propriétés physico-chimiques de leur environnement. Le projet Tara Oceans Polar Circle va tout simplement « s'intéresser à un écosystème entier », ce qui est assez rare à une telle échelle. Il apportera sa contribution à la recherche polaire active en Arctique.

L'étude du plancton n'est pas anodine, tant les informations qu'il fournit sont nombreuses, notamment dans cette région sensible au réchauffement climatique. Le phytoplancton participe activement au fonctionnement du plus grand puits de carbone de la planète, en capturant de grandes quantités de CO2, tout en produisant 50 % de l'oxygène consommé sur Terre. Or, « on n'a aucune idée précise de la quantité de carbone qu'absorbent les océans, et à quel rythme. Il existe bien des projections, mais elles sont imprécises. Cependant, les premiers résultats de Tara Oceans nous permettent déjà d'avoir une première vision de ce fonctionnement. »

La rosette de Tara Océans a été mise au point au laboratoire de Villefranche-sur-Mer, par Marc Picheral. Elle porte dix bouteilles de prélèvement et, dispose d’un l'UVP (Underwater Vision Profiler) visible au premier plan. Cette caméra, dirigée vers le bas, filme tout au long d’une descente la tranche d'eau éclairée par deux projecteurs horizontaux. Un ordinateur capte les images et compte les organismes (entre 500 microns et quelques centimètres), en temps réel. Des structures fragiles sont ainsi repérées et identifiées, alors qu'elles seraient écrasées dans un filet à plancton. © Jean-Luc Goudet, Futura-Sciences

Voir jusqu’où s’immiscent les pollutions anthropiques

Les 21 laboratoires impliqués dans le projet Tara Océans poursuivent également l'aventure. « Les échantillons que nous prélèverons seront analysés avec le même matériel, selon le même protocole et avec le même calibrage. Nous pourrons ainsi faire des comparaisons. Cependant, nous nous sommes aussi associés avec des centres de recherche canadien et russe pour profiter de leur expérience de l'Arctique. »

De nouveaux paramètres seront aussi étudiés durant cette navigation circumpolaire. « Un capteur pouvant mesurer la concentration en mercure atmosphérique a été installé sur le mât. Des mesures seront également réalisées dans l'eau, pour déterminer les quantités dissoutes. [...] Nous tirerons aussi un filet adapté à la récolte de particules de plastique 15 à 20 minutes par jour. » Ainsi, l'expédition permettra de déterminer quelles pollutions anthropiques peuvent s'immiscer dans des régions particulièrement reculées de la planète.

Un rôle de sensibilisation du public à ne pas oublier

La goélette Tara, achetée en 2003 par la styliste Agnès b. et Étienne Bourgois, le directeur général de la marque de vêtement éponyme, a reçu quelques systèmes supplémentaires en vue de son futur voyage. « Une plaque chauffante a été installée sur le pont pour éviter que la rosette CTD ne gèle », puisque la température devrait osciller entre -10 °C et 5 °C. Le laboratoire de pont, où ont lieu les filtrations scientifiques, et la soute avant, ont également été équipées d'un système de chauffage, car « certains échantillons, ainsi que les fruits et légumes ne doivent pas geler ».

Enfin, un système de caméras est actuellement installé sur le voilier. Cinq minutes du quotidien de l'expédition seront ainsi filmées, puis présentées sur Internet sous forme de petites séquences vidéo. En effet, cette aventure humaine vise également à interpeller et à sensibiliser le public à la crise écologique des océans.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi