Les premiers écosystèmes marins apparaissent pendant le Cambrien inférieur, ainsi qu'une exceptionnelle diversité d'êtres vivants (ici, Anomalocaris canadensis). © Matteo De Stefano, Muse, CC by-sa 3.0
Planète

Origine de la vie : les deltas, berceaux des premiers animaux modernes ?

ActualitéClassé sous :Géologie , paléontologie , animaux

L'explosion cambrienne peut être observée dans différents gisements, notamment celui de Chengjiang, en Chine. Une nouvelle étude de ce site montre que la vie des premiers animaux, il y a plus de 500 millions d'années, tire son origine dans un delta. 

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] 5 animaux qui sont des fossiles vivants  L'ornithorynque, le nautile, le cafard, le cœlacanthe ou la tortue à nez de cochon n'ont que très peu évolué depuis des millions d'années. 

Il y a environ 530 millions d'années, pendant le Cambrien, la Terre a connu un big bang zoologique avec l'apparition soudaine d'une multitude d'espèces animales, végétales et bactériennes. Parmi les témoins de cette explosion cambrienne, le biote de Chengjiang, un site -- dans le Yunnan, au sud-ouest de la Chine -- qui livre une faune exceptionnellement diversifiée d'assemblage de fossiles au sein duquel les détails des caractéristiques anatomiques externes et internes ont été incroyablement bien préservées.

Plus de 250 espèces de divers fossiles y ont été retrouvés, comme des arthropodes (ancêtres des cloportes, mille-pattes, araignées, scorpions, insectes) ainsi que les premiers vertébrés (ancêtres des mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens et poissons) apportant une multitude d'indices sur l'environnement dans lequel ces organismes se sont développés et multipliés. 

Le nombre de taxons enregistrés dans le site de Chengjiang est 300 % plus élevé que dans le Sirius Passet (qui a approximativement le même âge que le Chengjiang) et 27 % plus élevé que la carrière de Burgess, le site le plus célèbre ayant une préservation fossile exceptionnelle. © Rice University

Une collaboration internationale entre les universités du Yunnan, d'Exeter, de la Saskatchewan, de Lausanne, de Leicester et de l'Académie chinoise des sciences, s'est formée sur ce site et a donné lieu à cette nouvelle étude publiée dans la revue Nature Communications. Cette large équipe de scientifiques a évalué l'environnement sédimentaire qui a existé à l'époque du gisement de Chengjiang, c'est-à-dire il y a environ 520 millions d'années, à l'aide des dernières connaissances acquises via les données récupérées sur le terrain, la modélisation des dépôts et des expériences sur l'écoulement des sédiments.

L’environnement des premiers animaux sur Terre

Cette étude montre que le biote de Chengjiang a été formé par une variété de types d'écoulement qui indique l'influence d'un delta soumis à celle des rivières et des vagues. Il semblerait donc que la plupart des animaux dans ces lieux vivaient dans un delta riche en oxygène et en nutriments mais avec une salinité instable et des taux de sédimentation élevés. Les preuves de courants marins dans l'environnement passé indiquent aussi que la zone était affectée par des inondations issues de tempêtes

Un delta est un type d'embouchure que peut former un cours d'eau à l'endroit où il se jette dans un océan, une mer ou un lac © Nasa, Jesse Allen, Earth Observatory, University of Maryland's Global Land Cover Facility, DP

Ces résultats sont très importants car ils indiquent que les premiers animaux ont survécu à des conditions instables et à des facteurs stressants, contrastant avec le courant de pensée selon lequel les animaux colonisent des environnements marins plus profonds et plus stables. Finalement, cet environnement instable aurait pu contribuer à l'adaptation des espèces ainsi qu'à leur diversification.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !