L'ornithorynque est un animal hors du commun qui vit en Australie. © Ash, Adobe Stock
Planète

Voilà pourquoi les ornithorynques sont si bizarres

ActualitéClassé sous :génétique animale , ornithorynque , monotrème

Les ornithorynques sont bizarres et leur génome l'est tout autant ! Pour la première fois, les scientifiques ont séquencé entièrement leur génome et découvert l'origine de certaines caractéristiques étranges de cet animal surprenant.

Avec son bec plat de canard, ses pattes palmées, sa queue de castor et ses éperons venimeux situés aux chevilles, l'ornithorynque (Ornithorynchus anatinus) est sûrement le mammifère le plus bizarre existant actuellement. Pour la première fois, un groupe international de scientifiques est parvenu à reconstituer son génome en intégralité, et notamment la région des chromosomes sexuels, incomplète jusqu'à présent. Ces résultats permettent d'expliquer comment sont apparues certaines des caractéristiques uniques de l'ornithorynque.

Les ornithorynques et les échidnés représentent les deux dernières lignées de monotrèmes encore vivantes. Les monotrèmes sont des mammifères ovipares, mais qui nourrissent leurs petits avec du lait. Ils ont divergé des thériens, (les mammifères placentaires et les marsupiaux) il y a 187 millions d'années pour évoluer de leur côté d'une façon bien étrange, comme en témoigne l'analyse de leur génome.

Quatre des cinq espèces vivantes de monotrèmes. L'ornithorynque (en haut à gauche), l'échidné à nez court (en haut à droite), l'échidné à nez long (en bas à gauche) et l'échidné de Barton (en bas à droite). © Ypna, Wikimédia, CC by-sa 4.0

Un génome tout aussi étrange que son porteur

Les scientifiques se sont d'abord intéressés aux chromosomes sexuels de l’ornithorynque. Ce dernier est un cas unique, puisqu'il possède dix chromosomes sexuels (cinq paires XX chez la femelle, et cinq paires XY chez le mâle), tandis que les autres thériens n'en ont que deux (une paire XX chez la femelle et une paire de XY chez le mâle). Cette particularité semble être le vestige d'une forme ancestrale de chromosome, configurée en anneau, qui n'existe plus chez les animaux mais a été observée chez les plantes.

Ce n'est pas la seule bizarrerie ! En comparant les chromosomes sexuels de l'ornithorynque à ceux d'autres animaux comme l'opossum, le diable de Tasmanie, la poule ou le lézard, les scientifiques ont découvert qu'ils sont plus proches de ceux des oiseaux que ceux des mammifères.

Pour nourrir ses petits, la femelle ornithorynque transpire littéralement du lait au travers de sa fourrure. Mais ce lait n'a pas grand-chose à voir avec celui d'une vache, les scientifiques ont observé des gènes codant pour des caséines, la protéine du lait, à la fonction inconnue en plus de ceux présents chez les autres mammifères. 

La femelle pond aussi des œufs, mais là encore rien à avoir avec ce qu'il se passe chez les oiseaux ou les reptiles. Ces deux derniers requièrent trois gènes pour former les protéines constitutives de l'œuf. Dans le génome de l'ornithorynque, il n'en reste qu'un seul encore fonctionnel. 

Alors que les protéines de la famille des défensines sont impliquées dans le système immunitaire de tous les autres mammifères, chez l'ornithorynque elles sont le composant majoritaire de leur venin

L'ornithorynque est résolument bizarre, du bout de son bec jusqu'aux confins de son génome, mais grâce à ces résultats, les scientifiques comprennent mieux pourquoi. 

« Les nouveaux génomes des deux espèces [l'ornithorynque et l'échidné à nez court, ndlr] permettront de mieux comprendre [...] l'évolution de ces extraordinaires mammifères ovipares », concluent les auteurs de l'étude.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !