Planète

Une molaire dévoile l’existence d’un ornithorynque géant

ActualitéClassé sous :paléontologie , zoologie , nouvelle espèce

Voici 5 à 15 millions d'années, l'Australie abritait des Obdurodon tharalkooschild, des ornithorynques géants qui aimaient probablement se repaître de tortues. Nous devons cette information à la découverte d'une seule et unique molaire fossilisée, car les représentants de ce groupe avaient des dents à l'époque.

Représentation artistique d'un Obdurodon tharalkooschild se nourrissant d'une tortue dans un environnement proche de celui qui devait exister à Riversleigh (Australie) voici 5 à 15 millions d'années. L'encart à droite et en haut de l'image montre la molaire fossilisée de l'ornithorynque qui a été mise au jour par Rebecca Pian, sur ce même site. © Peter Schouten (dessin) et Rebecca Pian (photographie de la dent)

Jusqu'à maintenant, les zoologistes pensaient que la lignée des ornithorynques était relativement linéaire, les espèces qui la composent se succédant les unes derrière les autres durant l'histoire évolutive de ce taxon. La découverte d'une dent appartenant à une espèce inconnue de monotrèmes, une molaire, vient de leur donner tort. Les derniers représentants vivants de ce groupe, les Ornithorhynchus anatinus, auraient eu des cousins par le passé, voilà 5 à 15 millions d'années.

Certains s'offusqueront : « Mais les ornithorynques n'ont pas de dents ! » Effectivement, l'espèce actuelle n'en a plus, mais certains de ses ancêtres en avaient bel et bien. La molaire a été découverte par Rebecca Pian sur le site de Two Trees dans le nord-ouest du Queensland (Australie), au sein de la zone fossilifère de Riversleigh qui est inscrite à la liste du patrimoine mondial de l'humanité depuis 1994. C'est également cette chercheuse du Muséum américain d'histoire naturelle qui est l'auteure principale de l'article, fraîchement publié dans le Journal of Vertebrate Paleontology au sujet de cet événement.

Les ornithorynques sont des mammifères semi-aquatiques qui pondent des œufs, comme les échidnés. © Arthur Chapman, Flickr, cc by nc sa 2.0

Une nouvelle espèce au nom inspiré d’une légende aborigène

En comparant la taille de la molaire avec celle d'autres dents d'ornithorynques éteints, les chercheurs ont estimé que son propriétaire mesurerait environ un mètre de long. Il s'agit donc du plus grand ornithorynque jamais découvert. À titre de comparaison, il était deux fois plus long que les Ornithorhynchus anatinus qui peuplent actuellement l'est de l'Australie et la Tasmanie. Les traces d'usure observées sur la molaire ont fourni une autre information intéressante : elle était utilisée pour écraser des proies relativement dures, comme des tortues dont plusieurs fossiles ont également été trouvés à Riversleigh.

Cette nouvelle espèce de mammifères, qui était probablement semi-aquatique, a reçu le nom scientifique d'Obdurodon tharalkooschild. Le nom de genre Obdurodon désigne une dent endurcie en grec. Il a été choisi par le passé de manière à différencier les ornithorynques dentés de ceux qui ne l'étaient pas. Le terme tharalkooschild a quant à lui été inspiré par une légende aborigène qui attribue l'apparition du premier ornithorynque à un croisement entre Bigoon, un rat d'eau australien mâle, et Tharalkoo, une cane.

Il s'agit de la deuxième espèce d'ornithorynques découverte à Riversleigh. La première, Obdurodon dicksoni, y aurait vécu il y a 15 à 19 millions d'années. Elle nous a fourni le seul crâne fossilisé d'ornithorynque répertorié à ce jour. Cependant, il ne s'agit pas du plus vieux représentant connu de ce groupe. Ce titre est détenu par Monotrematum sudamericanum, un individu doté de dents qui a vécu en Patagonie, donc en Amérique du Sud, voici 61 millions d'années.

Cela vous intéressera aussi