Près de Guiyang, dans le sud-ouest de la Chine, des chercheurs ont retrouvé des traces d'anciens fossiles datant du début du Trias. Leur diversité remet en question l'hypothèse selon laquelle les écosystèmes marins se seraient remis lentement de l'extinction massive du Permien-Trias.


au sommaire


    Dans le sud-ouest de la Chine, se trouve une formation géologique particulièrement bien préservée, dans laquelle des paléontologuespaléontologues viennent de mettre au jour une quantité étonnante de fossiles. L'assemblage, appelé « Guiyang Biota », est le plus ancien « lagerstätte fossile mésozoïque connu », explique une étude publiée dans Science. Il contient en outre plusieurs dizaines d'espèces différentes, des poissons, des ammonites, des mollusquesmollusques et des décapodes.

    Diverses méthodes ont été utilisées pour dater les multiples fossiles, dont la datation à l'uraniumuranium-|c9025ceb7ceb660c05547494de6dc5ca| et celle au carbonecarbone. Elles indiquent toutes une provenance d'il y à environ 250,83 millions d'années, soit seulement 1 million d'années après l'extinction de masseextinction de masse du Permien-Trias il y a 252 millions d'années ! Surnommée « la grande mort », cette extinction a été la pire de l'histoire du vivant et a tué plus de 70 % de la biodiversitébiodiversité terrestre, et près de 95 % des espèces marines. Elle fut causée par d'importants changements climatiqueschangements climatiques, et à leur origine un volcanismevolcanisme intensif.

    Reconstruction artistique du Guiyang Biota. Il contient des représentants de tous les niveaux trophiques, en particulier d'abondants fossiles de poissons et de décapodes, y compris des coelacanthes d'environ 1 mètre de long, et les premières occurrences de homards et de crevettes, prolongeant le premier record de 1,5 million d'années. © Dinghua Yang, Haijun Song
    Reconstruction artistique du Guiyang Biota. Il contient des représentants de tous les niveaux trophiques, en particulier d'abondants fossiles de poissons et de décapodes, y compris des coelacanthes d'environ 1 mètre de long, et les premières occurrences de homards et de crevettes, prolongeant le premier record de 1,5 million d'années. © Dinghua Yang, Haijun Song

    Une rediversification rapide et résiliente des écosystèmes marins après « la grande mort »

    Peu d'éléments permettent de reproduire les conditions juste après l'extinction du Permien-Trias, faute de fossiles. Le Guiyang Biota est donc le premier en son genre. Et surtout, « cet assemblage démontre la montée rapide des écosystèmesécosystèmes marins de type moderne après l'extinction massive du PermienPermien-|220708a4c4987864b3e3c36ab304d691| », explique l'étude.

    Car, jusqu'à aujourd'hui, plusieurs modèles existaient pour reproduire la diversification progressive après l'extinction de masse, dont un lent et continu. La publication l'élimine, car « le Guiyang Biota contient des représentants de tous les niveaux trophiques et représente une pyramide trophique complète », indiquant une diversification bien plus rapide que ce qui était imaginé auparavant.