Parmi les curiosités géologiques qui parsèment le sol français il y en a une tout à fait remarquable et unique sur notre territoire. Il s’agit de la forêt fossile de Champclauson, dans la commune de la Grand-Combe, dans le Gard.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] l'anthracologie : l’étude archéologique des charbons de bois L’anthracologie est une discipline de l’archéobotanique spécialisée dans l’étude des charbons de bois. Elle permet de mieux comprendre le quotidien d’un site historique. Dans cette vidéo, l’Inrap nous en dit plus sur cette activité originale.

La région d'Alès est connue et exploitée depuis le Moyen Âge pour ses gisementsgisements de charbon. Les niveaux charbonneux se retrouvent dans des niveaux sédimentaires d'âge carbonifèrecarbonifère supérieur, soit âgés de 300 millions d'années. Comme son nom l'indique, cette période géologique est bien connue pour avoir produit d'importantes quantités de charbon, notamment en Europe de l'Ouest. À l'origine de cette spécificité, un taux de CO2 très important, environ 30 fois supérieur à celui du XIXe siècle, un climatclimat et des températures propices au développement d'une végétation dense et notamment de grands arbres à écorce.

Le niveau des mers est alors relativement bas, ce qui favorise la création de mers épicontinentales et de petits bassins. Il faut s'imaginer de vastes marécages tropicaux au-dessus desquels s'élèvent des arbresarbres de plus de 40 mètres de haut, comme les lépidodendrons, ainsi que des fougèresfougères arborescentes. La quantité de matièrematière organique en décomposition (restes de feuilles, de troncs...) est alors très importante dans ces petits bassins inondés. Au fur et à mesure de leur enfouissement, ces résidus de végétaux vont se transformer lentement en charbon.

Une grande part des ressources énergétiques utilisées lors de la révolution industrielle provient des dépôts de charbon du Carbonifère. Ils sont d'ailleurs toujours exploités actuellement.

La Pearl River aux États-Unis est un bon analogue de ce à quoi devait ressembler le paysage du Carbonifère. © Charlie Brenner from Jackson Mississippi, USA, <em>Wikimedia Commons</em>, CC by-sa 2.0
La Pearl River aux États-Unis est un bon analogue de ce à quoi devait ressembler le paysage du Carbonifère. © Charlie Brenner from Jackson Mississippi, USA, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.0

Des troncs de 300 millions d’années fossilisés en position debout

C'est ainsi que le bassin d'Alès, dans le Gard, est exploité de façon industrielle jusqu'en 2002, avec un pic d'activité en 1958. Quelque 20.000 mineurs travaillent alors dans la région pour sortir plusieurs millions de tonnes de charbon. Au début des années 1990, l'exploitation est cependant très réduite et ne subsiste qu'au niveau de quelques mines à ciel ouvert, notamment au nord du hameau de Champclauson. Sur ce site en particulier, les fronts de taille font apparaître les restes de troncs fossilisés, intactes et en position « debout ».

Si la grande partie de ces mines a ensuite été comblée et revégétalisée, une association a réussi à sauvegarder un petit affleurement afin de nous permettre de contempler ce à quoi ressemblait l'environnement du Carbonifère. Le site est aujourd'hui aménagé et permet d'effectuer un voyage de 300 millions d'années.

Tronc de sagillaire en position verticale visible sur le front de taille de l'ancienne mine de charbon à ciel ouvert de Champclauson. © 2019, Pierre Thomas, https://planet-terre.ens-lyon.fr
Tronc de sagillaire en position verticale visible sur le front de taille de l'ancienne mine de charbon à ciel ouvert de Champclauson. © 2019, Pierre Thomas, https://planet-terre.ens-lyon.fr

En premier lieu, on peut y contempler d'immenses troncs d'arbres verticaux. Les dessins de l'écorce sont encore bien visibles. Il s'agit de troncs de sigillaires, des arbres pouvant atteindre 30 mètres de haut. Ces troncs ne sont cependant pas « pétrifiéspétrifiés », comme ceux que l'on peut observer dans la célèbre forêt de bois silicifié aux États-Unis (voir première photo). Il ne s'agit donc pas de ce que l'on appelle couramment du « bois fossilefossile », ni de charbon d'ailleurs. L'intérieur des troncs est en fait constitué de grèsgrès, une roche sédimentaire qui a remplacé la matière organique. Seule l'écorce est encore en partie constituée de matière organique.

Une vaste plaine deltaïque sous un climat équatorial

Les stratesstrates sédimentaires qui entourent les troncs s'élevant verticalement ont d'ailleurs permis de reconstruire l'environnement qui régnait à cet endroit il y a 300 millions d'années. À la fin du Carbonifère, la région (située alors au niveau de l'équateuréquateur) était alors occupée par une grande plaine d'inondationinondation deltaïque, logée dans une dépression au cœur d'une immense chaîne de montagnes connue sous le nom de chaîne hercyniennechaîne hercynienne. Cette plaine était alors traversée par de nombreuses rivières qui charriaient des galets et d'importantes quantités de sédimentssédiments.

Dans cette zone marécageuse se développait une dense végétation produisant d'importantes quantités de matière organique. Lors des épisodes de crue, les rivières venaient déposer du sablesable autour des troncs, les enfouissant en position debout au fur et à mesure, jusqu'à ce qu'ils meurent. C'est ainsi que la partie enfouie, de 1 à 3 mètres, a été conservée. Ce site exceptionnel fait aujourd'hui partie du parc Dinopedia.